et on entretient toujours

Guatapé

Guatapé est une petite ville sur les bords d’un immense lac artificiel : l’embase de Guatapé. De très belles maisons traditionnelles avec des soubassements peints. De véritables fresques sur le métiers des propriétaires ou de leurs hobbys._DSC6548

Nous stationnons sur un grand parking à 200m de la place du village et heureusement, les rues étroites ne nous auraient pas permis de circuler. Heureusement, les trucs-tucs sont làOLYMPUS DIGITAL CAMERA.

_DSC6552

Le spectacle se trouve dans la rue sur les façades et nous, on adore alors on déambule d’une rue à l’autre et on se régale._DSC6556

Tiens, celui là, il doit conduire des camions...

Tiens, celui là, il doit conduire des camions…

_DSC6572


_DSC6569

et on entretient toujours

et on entretient toujours

_DSC6582

 

 

_DSC6560

la plus ancienne rue

la plus ancienne rue

Forcement on visite l’église._DSC6602

tout en bois

tout en bois

 

Quelques finca de café sur les hauteurs de Guatapé mais beaucoup moins qu’à Filandia.

des plantations de café

des plantations de café

On reprend la route de Carthagène toujours aussi lente et mauvaise.

l'amusement : se faire remorquer par les camions jusqu'en haut de la côte pour la redescendre bille en tête !

l’amusement : se faire remorquer par les camions jusqu’en haut de la côte pour la redescendre bille en tête !

Les maisons colombiennes sont toujours très fleuries que la maison soit modeste ou non, en ville ou en campagne.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sur le bord de route, on peut faire son marché : fruits, légumes, poissons mais aussi s’arrêter boire un délicieux jus d’orange ou de fruits exotiques

Un judos natural naranja por favor ....

Un judos natural naranja por favor ….

et un poisson...

et un poisson…mais on a juste pris la photo.

Bivouac sur l’immense parking d’une station service. On est crevé de la route….

Entre temps, nous recevons un mail : notre bateau a du retard. Au lieu de 29, puis du 5, il arrivera le 9. Pourvu que ce soit la bonne date, on doit prendre l’avion le 10 à Bogota pour retourner en France !  De plus, nous sommes sur la route de Carthagène alors que nous aurions pu aller sur Barrichara pour visiter San Gil et Villa Leyva ! Et pas de route transversale pour y aller. On continue donc et nous décidons d’aller sur la mer Caraïbes. Depuis Caucasia, on retrouve la nonchalance des Caraïbes, déjà la température grimpe au lieu des 20-25°, on tourne à 30-34°.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Medellin

En partant de la Finca Playa Verde, Gérard a eu un problème de frein et on a reculé dans le ravin Heureusement, un tronc d’arbre nous a arrêté : le ravin faisait au bas mot 50m. Donc direction Perrera pour changer les garnitures de frein.IMG_9754 (1)

une pelle nous a sortie de ce mauvais pas

une pelle nous a sortie de ce mauvais pas

IMG_9769IMG_9784

Dans la nuit un chauffeur bourré, nous a serré tellement prêt qu’il nous a fait valsé la fenêtre des toilettes. Réveil brutal.. Donc dimanche matin, à 7h, avant de partir, Gérard repose la fenêtre ….heureusement pas cassée.

le con !

le con !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après avoir tourner en rond plus d’une heure, nous avons trouvé la route de Cathagène et oui, le dimanche matin certaines artères sont réservés aux coureurs, cyclistes, randonneurs. 

et ça grimpe toujours...

et ça grimpe toujours…

Bon, on ne vient pas à Medellin pour son architecture encore moins pour ces espaces verts, c’est l’une des villes les plus polluée de Colombie. Par contre, Medellin est une ville bouillonnante d’activité et ça grouille de monde.

La route est mauvaise, des nids de poule, non des nids d’autruche, des routes affaissées, des travaux et des camions à la queue leu leu et comme ça grimpe, on roule à 35km/h et on descend à 40 donc on se traîne ….pour enfin arriver à Medellin le soir. OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La police et les militaires sont très présents. Les barrages sont réguliers et les policiers fouillent systématiquement les camions et les voitures…sauf nous….sauf 2 fois mais c’était uniquement parce qu’ils n’avaient jamais vus d’aussi grande « casa rodante » ! Et encore, ils nous ont demandé la permission.

On va dans un  parking sécurisé, le « Pyramide » et on nous fait une place pour la nuit. Le matin, Gérard discute : il y a un mécano (on s’en fiche) mais un carrossier et Gérard se met d’accord avec Juan pour réparer la bosse qu’on avait fait à la Finca et aussi pour passer un coup de Polish sur le camion, il a des rayures avec les arbres. Pendant ce temps, on va dans le centre de Medellin.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous prenons un taxi jusqu’à la Plazoleta de las Esculturas : cette place détient 23 statues de Botero, un sculpteur colombien originaire de Medellin et connu dans le monde entier. OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Nous profiterons de visiter le musée d’Antoquia : Antoquia est le nom de la région où nous sommes. Le musée est immense et sur 5 étage. Beaucoup de peintres sud-américains et modernes. Ce n’est pas vraiment notre tasse de thé mais on s’est régalé des peintures de Botero car non seulement c’est un sculpteur mais aussi un peintre très prolifique et au moins, on ne peut que se rappeler son style : tout en grosseur et en rondeur.

non, je n'ai pas servi de modèle !

non, je n’ai pas servi de modèle !

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous visiterons la plus ancienne des églises de la ville toute blanche et or mais le spectacle se fait dans la rue.OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA Nous devons aller chez Movistar pour recharger notre puce de téléphone ce qui nous permet de voir le spectacle de la rue. Nous profitons aussi pour nous faire couper les cheveux pour 10 € pour nous 2. Et pour une fois, je ne suis pas trop mal coiffée.  Ça va nous faire drôle en rentrant : resto entre 3 et 5€, Gas oil à 50cts, fruits et légumes à un prix très bas 3 ananas pour 80cts (et excellent) la viande, on en parle pas, c’est pareil. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Petit métier des rues

Petit métier des rues

Nous partons mardi pour Guatapé par une très belle autoroute payante mais les routes le sont aussi et au moins pour une fois, on a une belle route de qualité.