IMG_2534

LA COSTA VERDE ET LA PRAIA DAS CATEDRAIS

LA COSTA VERDE

 

Nous partons de Cobreces sur la côte Cantabrique et nous longeons l’océan. A quelques kilomètres, Comillas puis San Vincent de la Barquera, petits villages touristiques à taille humaine : pas d’immeubles disgracieux et même s’il y a beaucoup de touristes (mais nous sommes dimanche) ces villages ont gardé leur âme. En arrière-plan, on aperçoit «les Picos de Europa» qui sont les sommets les plus hauts de la cordillière cantabrique. C’est devenu un parc protégé et nous irons au retour le visiter.IMG_5930IMG_2455IMG_5941IMG_2466IMG_2463

 

Nous quittons la province de Cantabrie pour les Asturies et sommes sur la « costa verde » qui tire son nom de la couleur de l’océan.  Nous prenons la A8, une 2×2 voies. Arrêt au Cabo Vidio : vues magnifiques sur les falaises avec une plage en contre bas. Tout petit parking, on ne peut pas rester longtemps.IMG_2471IMG_2472IMG_2470IMG_2469IMG_2468

 

Nous nous arrêtons plage de San Pedro pour déguster des calamars et des chipirons frits. Il est pourtant plus de 14h mais nous sommes encore les tous premiers à déjeuner !

Nous voulons dormir au Phare de Coana mais l’aire de camping-cars n’existe plus, nous irons 2km plus loin sur la plage de Foxos. Beaucoup de pêcheurs, le coin doit être propice !IMG_5961

Gérard sort sa ligne mais les poissons sont plus malins, il faut dire que l’eau est translucide et on les aperçoit donc eux aussi.

 

LA PRAIA DAS CATEDRAIS

La veille, nous avons fait par internet une demande pour un permis de visite de la plage des cathédrales pour 15h (horaire de la marée basse). Dans la soirée, nous avons reçu par mail notre QRcode.

Nous sommes dans le Rias Atlas, c’est la côte nord de la Galice. Montagnes qui tombent dans l’océan donnent une côte très découpée et nous parcourons une belle route dans une forêt de pins et d’eucalyptus. Un orage dans la nuit à détraquer le temps et ce matin , il fait gris.

Nous nous garons près du restaurant de la plage, il faut attendre marée basse pour y descendre. Nous parcourons le chemin côtier mais on ne voit pas grand-chose.IMG_2495 IMG_2496 IMG_2498 (1) IMG_2499 IMG_2512 (1)

Nous déjeunons au restaurant d’un menu à 15€ vin et eau compris : moules à la provençale, joue de porc en ragoût (spécialité du coin) et d’une tarte.

IMG_2512 (1)14h30, on passe le check-point et nous descendons.

Succession de falaises sculptées et de grottes, le site est impressionnant. Sur plus de 600m la roche est taillée dans la montagne.

On a fait des dizaines et dizaines de photos, le lieu est superbe.IMG_2696IMG_2678

IMG_5973 IMG_5982 IMG_5992 IMG_5996 IMG_5998 IMG_6008 IMG_6011 IMG_6016 IMG_6025 IMG_6029

4800 personnes seulement, par marée, peuvent accéder au site afin d’éviter trop d’affluence.IMG_2653 IMG_2648 IMG_2645 IMG_2639 IMG_2618 IMG_2598 IMG_2590 IMG_2580 IMG_2568 IMG_2546 IMG_2520 IMG_2671

 

Nous arrivons en fin d’après-midi sur le port de Foz et nous y dormons. Mardi, c’est jour de marché à Foz. On fera le plein de fruits, on rachètera jambon et pancetta.

 

Nous passons Viveiro qui ne nous a pas enthousiasmé et partons vers le phare de Bares. C’est la pointe la plus septentrionale de l’Espagne. Nous redescendons vers la praia de Bares, parait-il l’une des plus belles de la Galice mais oui, elle est belle, mais on a vu mieux ! On y a quand même dormi et nous étions seul au monde.

 

IMG_5908

VITORIA-GATEIZ, capitale basque espagnole

Vendredi 10 : VITORIA GATEIZ

Vitoria-Gatez est la capitale du Pays Basque espagnol, ville construite sur une colline. La vieille ville a reçu 3 fois le prix Europa Nostra pour la conservation et la préservation de son patrimoine médiéval.

Nous partons du parking camping-cars en vélo jusque la vieille ville, environ 3 km. Puis, à pied on déambule dans les rues.IMG_5910 IMG_5896IMG_5897
IMG_5899 La cathédrale Santa Maria est en pleine rénovation et on ne peut la visiter que sur RDV.IMG_5893

Nous partons vers la Plaza Espana de forme carrée avec des arcades sur ces 4 côtés IMG_5902puis on passe sous les arcades pour aller sur la plaza Virgen Blanca : la Vierge Blanche, sainte patronne de la ville. Au milieu, un monument à la victoire contre Napoléon.IMG_5908 IMG_5904

IMG_2422 IMG_2414IMG_2397Pour aller de la ville nouvelle à la ville médiévale, on a soit des ascenseurs, soit des escalators. Nos mollets sont préservés !

Il est 18h. Toutes les rues se remplissent, les bars installent tables et chaises.IMG_2399

On arrive au camion et Gérard s’aperçoit qu’il n’a plus son porte-feuille. Depuis quand ? mystère, la dernière fois il a fait le plein du camion. Je vous passe les détails, on fait arrêt sur la carte bancaire mais en vérifiant rien n’a été débité. Heureusement, j’ai la mienne, on peut continuer les vacances.

Samedi : départ pour la côte Cantabrique. On passe par l’arrière pays basque : de petites routes de montagne sympa mais on se traîne.IMG_5917 IMG_5916 On part de Vitoria-Gateiz avec du brouillard et même un peu de pluie mais on retrouve vite la chaleur et le soleil.

Nous laissons Bilbao pour le retour. Nous voulons manger en bord de mer et nous essaierons de nous arrêter à Laredo. Ville touristique avec des immeubles hideux en bord de plage et pas de parking bref, nous passons notre chemin. De loin nous verrons Santander, port de pêche de l’anchois et nous partons vers Santillana Del Mar. Nous trouverons un parking pour déjeuner.

Ce soir, nous somme à Cobreces, petit village en bord de mer : paysage breton : côte découpée, falaises à 10km de Santillana et de Comillas.IMG_2430IMG_2433IMG_2431IMG_2436
IMG_2443 IMG_2441

IMG_2290

DESERT DES BARDENAS REAL

Jeudi 9 :

Hier soir, nous nous sommes garés au parking camping-cars à Arguedas au pied des maisons troglodytes. Habitées jusqu’en 1965, celles-ci sont maintenant des attractions touristiques. Plus personnes n’y habitent et pourtant avec 38° dehors, celles-ci sont drôlement fraiches. Bon, niveau confort c’était un peu spartiate. Le soir, les montagnes s’illuminent et nous avons un son et lumière, non juste la lumière (on a préféré).IMG_5862IMG_2161IMG_2167

IMG_2174IMG_2187 IMG_2186 IMG_2185 IMG_2184
IMG_2182

Ce matin, nous partons pour les Bardenas. Arrivés au centre d’information, Gérard crève ou plutôt son vélo ! Heureusement, on avait prévu… et pourtant on a une bande anti-crevaison.
IMG_5865

Les Bardenas est un site classé Biosphère par l’Unesco et s’étend sur 42000 ha.

Nous visitons la Bardena Blanca qui entoure une zone militaire, le Polygone de Tir.

IMG_2194Des sols en argile et en gypse ont été façonnés au fil des siècles par les eaux. Le tour des Bardenas fait 34km mais comme on est parti de Arguedas nous avons pédalé dur 52 km. Nous avions prévu 3l d’eau et nous avons bien fait car le soleil tape sur ce sol désertique. On a l’impression que des cow-boys vont apparaître sur leurs chevaux mais non ce n’est ni le Grand Canyon, ni Monument Valley !

IMG_5867IMG_2300 IMG_5885
IMG_2270 IMG_5874 IMG_5872

IMG_2341 IMG_2338 IMG_2312

TF1 avait fait un super reportage sur la région le midi et nous avions gardé ça en mémoire et nous n’avons pas été déçu. On peut faire les Bardenas en voiture, en camping-car, en moto, en vélo et même à pied pour les plus courageux.

Ce soir, nous avons entendu que l’essence, en France, a atteint son niveau le plus haut depuis 2018 et bien en Espagne c’est 10 à 15 cts de moins et dans les stations PL qui sont souvent dans les zones industrielles, on paie le GO 1.16 voir 1.12€ !

Ça vous fait rêver !

IMG_2133

LE CHÂTEAU D’OLIVE

Mercredi 8 : départ pour les Bardenas Reales, il fait toujours aussi chaud avec un grand soleil. (90KM)

Sur notre route, arrêt à Olite  qui est un petit village médiéval surplombé d’un magnifique château construit par et pour les Rois de Navarre. C’est Charles III, roi de Navarre mais aussi Comte d’Evreux qui a bâti ce château, au XIVème S

Au XIXème, pendant la guerre d’indépendance, le palais fut incendié pour éviter aux troupes françaises de l’investir. Il ne restait que des ruines et c’est seulement à partir du 1937 que le château a fait parti d’un grand plan de rénovation qui a duré plus de 30 ans et qui lui a permis de retrouver toute sa splendeur.

Visite à 2€ pour les séniors au lieu des 3,5€ pour adultes. On rêve !IMG_5860

IMG_2108 IMG_2110 IMG_2111 IMG_2114 IMG_2121 IMG_2125 IMG_2127 IMG_2128 IMG_2133

En sortant, nous parcourons les petites ruelles médiévales puis on trouve un marché de quoi acheté un melon, des tomates et des fruits : pêches et raisins qui sont bons, sucrés, gouteux et mangeables de suite. Pas besoin d’attendre qu’ils murissent dans la corbeille et qu’ils s’abiment aussitôt.
Dans la région de Navarre, le masque contre le Covid est obligatoire à l’extérieur comme à l’intérieur et c’est assez bien respecté.

On mange au camion puis sieste pour Gérard et Djinn qui se sont mis à l’heure espagnole. Nous repartirons après pour Arguedas, porte d’entrée du désert des Bardenas Real. Toujours pas de Wifi et ce n’est pas demain dans le désert que j’en aurai alors le blog ce sera pour plus tard….Bon je me suis connectée avec mon téléphone ….

 

IMG_2075

PAMPLUME

Lundi 6 : Départ pour Labenne dans les Landes à 220km. Il fait très chaud et dire que l’on a eu un été médiocre avec pluie et sans vraiment de soleil et de chaleur. Sur la route, le thermomètre monte allègrement à  38°. Record de chaleur battu pour un début de septembre sur la France ! Heureusement, nous avons la clim’ dans le camion pour dormir !

PAMPLONA : 110km

Mardi matin, nous partons de Labenne. Nous décidons à Biarritz de prendre l’autoroute pour aller plus vite (7€). En effet faire les derniers 40km avec les feux rouges et la circulation alors que l’Espagne est annoncée à 15mn par l’autoroute, il n’y a pas photo.

Pas de soleil, il est voilé mais il fait tout de même 30°. On passe la frontière sans presque le savoir et personne pour nous demander le pass sanitaire mais comme pour la France, c’est pareil alors on ne va pas s’offusquer : le covid ne vient que par avion !

Nous voici sur la N121 en direction de Pampelune : nous sommes dans les Pyrénées espagnoles, la route est belle et nous traversons de beaux paysages. Mais pourquoi Pampelune et non pas la côte et bien en consultant la météo il y a des orages de prévu.

Bien sûr, c’est là que map.me fait des siennes heureusement que j’ai google.map pour trouver le parking.

A midi, nous sommes arrivés au parking pour camping-car à 15mn du centre historique.IMG_2086

Nous sommes garés pour 10€ la nuit. Seul problème je n’arrive pas à payer avec ma carte, c’est un monsieur espagnol qui paiera pour moi avec sa carte bleue. Ah l’Europe, tout n’est pas encore au point. Heureusement qu’il y a des gens sympas.

Par contre, nous avons pour le prix tous les services y compris l’électricité ce qui nous permet d’avoir la clim’.

Nous partons en vélo, traversons les jardins de la Cuidadela. En son centre la citadelle conserve sa poudrière et la salle d’arme. Les jardins sont magnifiquement entretenus et il y a profusion de fleurs et une armée de jardiniers s’occupe de ce petit paradis.   IMG_2022

De là, nous laissons nos vélos et partons visiter la vieille ville à pied et forcément la 1ère visite, c’est pour la cathédrale Santa Maria : magnifique. Son cloitre est entouré de colonnes baroques sculptées, les frontons des portes sont taillés dans la pierre.  Dans la chapelle Barbazane  se tient une exposition sur Santa Maria. Y sont exposés manteaux, bijoux, couronne de toute beauté. Nous pouvons voir des vestiges de l’ancienne église romane, la cathédrale, elle, a été reconstruite au XIVème S.

IMG_2032 IMG_2043 IMG_2042 IMG_2035

Pas possible de visiter le musée.

Dans la ville, on rencontre beaucoup de pélerins qui font la route vers St Jacques de Compostelle, ils arrivent de France par le col de Roncevaux et sont de toutes nationalités. On les reconnait à leur énorme sac à dos et leurs bâtons de marche.

Nous allons plaza de Toros mais on ne peut pas visiter l’arène qui n’est couverte que pendant les fêtes de Sanfermines jour de la Saint firmin fêté au mois de juillet. C’est à ce moment là que la ville vibre pour ses toros.IMG_2076

Détour par la plaza del Castillo : énorme place entourée d’immeubles à arcades. Nous prenons une petite rue et là,  nous nous arrêtons déjeuner. Nous sommes déjà à la mode espagnole, il est plus de 14H30 !IMG_2064

Menu du jour : carpaccio de thon rouge, calamars à la plancha et crème brûlée. Nous nous sommes régalés mais les espagnols aiment les tapas et c’est en plus très convivial.IMG_2068

Tous les bistrots ont quelques tables et chaises dehors et l’on mange sur le pouce un voir 2 tapas avec une bière ou un verre de vin.IMG_2027 IMG_2025

Détour par le monument El Encierro et nous arrivons après une balade à travers la vieille ville et ce dédale de rues à retrouver nos vélos !IMG_2075 Encore un petit tour par les archives nationales et les remparts, un arrêt pour acheter du pain et du jambon de Serrano pour ce soir et nous voici de retour au camion où Djinn nous attendait sagement.IMG_2080IMG_2081IMG_2083

 

IMG_1952

DEPART POUR L’ESPAGNE : 1ère étape Montignac et Sarlat

Samedi 4 septembre 2021, à nous les vacances maintenant que les « actifs » ont repris le travail et les enfants, l’école.

Depuis le Covid, nous avons pu, pendant les périodes hors confinement, parcourir la France mais nous avions envie d’un peu de dépaysement alors ce sera l’Espagne. D’accord, ce n’est pas franchement un gros dépaysement mais ….

Au programme, l’Espagne atlantique : Pays Basque, Asturies, Galice, Navarre… C’est si près de la France que jamais nous n’avons jamais fait cette région.

Nous nous sommes renseignés pour le Covid et avec le pass sanitaire européen, pas de problème.

 

Nous descendons, avec le soleil, tranquillement par les nationales avec un 1er arrêt dans le Périgord Noir : Montignac. Nous avons vu le reportage sur la nouvelle reconstitution de la grotte de Lascaux et je voulais la voir. Juste un petit détour !

Dimanche 5 : Nous avons vérifié sur Internet : plus besoin de réserver, il y a des places sans problème, les vacances sont terminées. Nous arrivons pour 10h30. Le batiment en béton est moderne et à coûter la bagatelle de 54 millions d’euros mais le résultat est à la hauteur et en 1h30, nous visiterons la reconstitution de la nouvelle grotte avec les explications d’Olivier qui a su nous rendre vivante cette visite.

Nos ancêtres les Cro-Magnons étaient de véritables artistes. On vous met les photos qui sont bien plus parlantes…IMG_1950IMG_1952 IMG_1963

ça c’est l’envers du décors !

La grotte de Lascaux, la vraie, a été découverte fortuitement en 1940 et fermée en 1963 et depuis on visite Lascaux 2 et maintenant Lascaux 4 qui est la reproduction à l’identique de la grotte d’origine qui a été numérisée pour que Lascaux 4 soit la plus fidèle possible et c’est un pari réussi ! Pas de photos possible sauf dans ce qui est appelé l' »atelier ». On nous explique le fac-similé de la grotte.

 

13h : un petit foie gras poêlé au bord de la Vézère et nous voilà parti pour Sarlat à 30km.IMG_1985 IMG_1986

Visite ou re-revisite de cette belle ville q’est Sarlat. On ne se lasse pas de la voir et revoir. Nous serons très sérieux car non, on ne remangera pas de foie gras : on l’a juste acheté pour plus tard…et mangera juste une salade pour le soir !IMG_2010 IMG_2001 IMG_1994

 

Lundi 6 : Départ pour Labenne dans les Landes à 220km. Il fait très chaud et dire que l’on a eu un été médiocre avec pluie et sans vraiment de soleil et de chaleur. Sur la route, le thermomètre monte allègrement à  38°. Record de chaleur battu pour un début de septembre sur la France ! Heureusement, nous avons la clim’ dans le camion pour dormir !

IMG_3128

La côte atlantique marocaine de Kenitra jusqu’à Sidi Fini

 

Je ne vais pas vous refaire les articles précédents sur le Maroc (autant lire les précédents articles des années précédentes) alors je vais essayer de vous faire voyager sur la côte atlantique …..

Déjà pour vous donner une idée des prix,  le change est de 1€ pour 10 Dirahm. La monnaie est stable depuis des années. On peut changer partout dans les bureaux de change ou dans une banque mais avec son passeport.

Le gaz-oil : environ 10 Dr

Les légumes tous pratiquement au même prix : 4Dr le kg tomates, choux fleurs, concombres, pommes de terre, carottes

Les fruits : clémentines et oranges 7 Dr le Kg, dito les fraises, les framboises à peine plus chères. Le grand verre de jus d’orange 18 Dr

Le poisson que ce soit les soles, les bars, c’est 70 Dr, le homard  entre 130 et 180 Dr le kg, l’araignée de 2kg 150 Dr, la langouste entre 200 et 300 Dr le kg. Les huitres restent chères : 70 Dr la douzaine mais les oursins sont donnés entre 10 et 50 Dr les 12.

Les campings entre 90 et 120 Dr la nuit et les parkings gardés pour la nuit 40 Dr. La journée, on paie 2 à 5 DR pour stationner que ce soit pour 1 ou plusieurs heures.

Les restos entre 25 et 50 Dr la tagine, 50 et 70 le poisson, 50 Dr le couscous que l’on ne peut manger que le vendredi au Maroc. Dans les restaurants plus touristiques la note monte à 100 Dr le plat !

 

 

De Asilah jusqu’à Kenitra, nous prendrons une autoroute de bonne qualité et pas chère .

Pour nous, camion poids lourd, ce sera  14€ pour 250km ! Un vrai plaisir de payer ! A Kenitra, pas grand-chose à faire nous repartons pour El Jadida. Nous nous arrêtons au camping international, titre un peu ronflant pour un camping municipal pas cher mais si on ne s’y arrête pas pour ses aménagements, on s’y arrête pour l’accueil et son emplacement.

 

Entre temps, arrêt pour faire le plein de clémentines et d’oranges. Surprise : plus de sacs en plastique, interdit maintenant au Maroc. On utilise des sacs intissés ou des sacs papiers ! Quel super idée !

IMG_2873

 

El Jadida est l’ancienne cité portugaise de Mazagan et est classée par l’Unesco.IMG_2858

dans les dédales des ruelles de la cité

dans les dédales des ruelles de la cité

Visite de la ville, de sa citerne d’eau et des remparts construits pendant l’occupation portugaise au XVIème S. Le midi, on se régale d’une tagine aux poissons et de calamars frits (le péché mignon de Gérard).

la citerne de plus de 5000m3 du 16ème S

la citerne de plus de 5000m3 du 16ème S

IMG_2837 IMG_2841

Au camping, le pêcheur passe vendre sa pêche : soles à 70dh le Kg, araignées énormes. On se laisse tenter….

un régal ! araignée de plus de 2kg étendue plus on nous les cuit

un régal ! araignée de plus de 2kg étendue plus on nous les cuit

 

Gérard profitera d’aller golfer sur le golf de Mazagan. Le Maroc est l’une des destinations pour les golfeurs du monde entier. Des golfs de qualité, un climat clément qui permet de golfer l’hiver alors qu’en Europe, il pleut.IMG_1049 IMG_1051

 

De El Jadida, il faut aller jusqu’à Azemour à une vingtaine de kilomètre. C’est la 1ère ville authentique marocaine du nord. Enfin, vous êtes bercé dans l’ambiance et l’odeur marocaine. La cité a été construite au  bord de l’oued juste à l’embouchure et a été fortifiée pendant la période portugaise.IMG_3263IMG_3255 IMG_3253 IMG_3239 IMG_3236IMG_3251

C’est aussi une cité de tisserands et vous pourrez les voir travailler sur d’antiques métiers à tisser. Sur les murs de la vieille médina, des artistes ont peints de très belles fresques.IMG_3221IMG_3228

 

Nous prenons la route côtière pour rejoindre Oualida, la cité des huitres. La route est en mauvaise état mais c’est la seule que nous aurons.

Nous traversons les cultures maraichères et profitons de nous arrêter acheter des légumes. Le maraîcher est tellement content de notre arrêt qu’il nous fait visiter ses champs et nous précise que sa culture est bio sans engrais chimiques que du bon fumier ! et les tomates, courgettes et carottes sont superbes. On fait le plein.

très fier de nous montrer ses jardins

très fier de nous montrer ses jardins

IMG_3174 IMG_3179 IMG_3175



 

Sur le grand parking-caravaning de Oualida, on sera une trentaine de camions. A peine arrivé, les vendeurs d’huitres sont là à nous proposer soles, huitres, vernis, couteaux. Ils sont en mobylettes avec leur caisse de poissons pour être plus mobile.IMG_3152 IMG_3157IMG_3187IMG_3127 IMG_3123 IMG_3134 IMG_3128

Oualida est une jolie ville balnéaire avec une lagune où de milliers d’oiseaux marins trouvent refuge.

 

Prendre la RNI pour Essaouira. Impossible de dormir sur Essaouira, nous irons au camping Le Calme à 15km et nous retournerons en ville en scooter.
IMG_2939 IMG_2940

Nous sommes maintes fois venus à Essaouira et c’est toujours avec plaisir que nous y retournons.

Nous retournons faire une petite visite dans la médina toujours aussi belle mais toujours aussi touristique. En plus, le Roi Mohamed VI est attendu et tous les services techniques de la ville mettent bouchée double : on repeint en blanc tous les bâtiments officiels, on repeint jusque les bordures de trottoirs, on met les drapeaux IMG_2918et on nettoie le port à fond : les pêcheurs sont priés de ranger filets, bateaux et de mettre de l’ordre dans leur désordre….On profitera d’aller tout de même acheter d’excellents oursins.IMG_2881IMG_2908IMG_2894IMG_2915 IMG_2926 IMG_2928

 

On continue le long de la côte par la RNI.

IMG_3093 La route est belle, les vues sur la mer, superbes. On retrouve les aganiers et les chèvres perchées dans les arbres pour manger ces glands que les femmes marocaines ramassent pour en faire une huile pour la cosmétique. C’est le travail des femmes et des coopératives ont été créées pour promouvoir ce produit. C’est aussi le paradis des abeilles : on y vend un excellent miel ou plutôt des excellents miels. Après Tamrit, la route est agrandie et en plein travaux.IMG_3101 IMG_3100

On arrive sur la côte touristique : les surfeurs apprécient la côte pour les rouleaux de la mer et la région de Tagazhout a complètement changé en 6 ans.

Fini le camping sauvage où 200 camping-cars profitaient de la côte, ce sont des résidences touristiques, des programmes sans fin de travaux pour des complexes  touristiques, des hotels haut de gamme. Le tout au 3/4 vides mais de très belles qualités. Un nouveau golf a été créé sur les hauteurs de Tagazhout et pas facile à jouer d’après Gérard.

Nous allons donc au camping juste pour quelques jours et pour voir Bertrand qui est à Tagazhout pour la saison de surf. Ici, c’est 4*tout est prévu pour les touristes : piscine, supermarché, artisans, programme d’animations.  Tout ce qu’on n’aime pas mais je comprends les touristes qui restent là 3 voir 4 mois ! Il fait beau, doux et chaud, la vie est bon marché, les marocains gentils.56f5ecd2-7d48-4a7b-b44f-30ab99718265 3811f367-95f4-45a9-8bfe-15a880d6f01f

 

Nous allons faire un tour au souk de Agadir car à part le souk, il n’y a rien de typique à Agadir : tout est fait pour le tourisme grâce à sa plage de sable fin de plus de 6km, de son soleil, de ses golfs. Ici, on parle plus français, allemand que marocain !IMG_2950IMG_2963IMG_2946IMG_2964

 

Dans toutes les grandes villes,  on voit fleurir des Marjane, grand hyper marché  où l’on peut acheter saucisson, fromage et produits français. Nous, on préfère les souks, c’est plus sympa!

 

Le midi, on s’arrête le long de la route dans les petits restos. Quand il y a des tagines sur leur Kanoun, on s’arrête. La tagine se fait avec la viande de bœuf, de chèvre, de mouton selon les région mais aussi aux poissons. Quand aux légumes ce sont ceux de saisons mais aussi aux pruneaux, raisins secs ou citrons confits. Et puis pour 25dr, je ne vais pas cuisinerIMG_3080IMG_3110IMG_2910IMG_2954

pain traditionnel

pain traditionnel

IMG_3069IMG_3016

 

Ah, enfin le Maroc que l’on aime. La route vers Mirleft est belle.IMG_3216IMG_3112IMG_2877

Nous nous arrêtons au port de débarquement. Gérard fait connaissance avec un pêcheur marocain, Mameth.IMG_1002 Ici, c’est un spot réputé pour la pêche comme Tagazhout est un spot de surf mondialement connu par tous les surfeurs. On est au futur port de débarquement et on peut y rester.IMG_2981 (1)IMG_0990

Gérard a sorti sa canne mais je préfère assurer : j’achète un homard au pêcheur du coin : pas moins de 2kg que l’on fait griller au barbecue.IMG_2993IMG_2998

Nous sommes bien au port et nous y resterons 3 jours  mais quelques kilomètres plus loin, il y a la très belle plage et un très beau parking et l’on peut y rester la nuit. Pour 40dr, il est même surveillé la nuit.IMG_3045IMG_3044 (1) IMG_3034 (1) IMG_3051

Les plages au Maroc sont propres et oui, beaucoup d’efforts ont été fait sur la propreté aussi bien en ville qu’à la campagne. Les poubelles sont ramassées, plus de sacs en plastique qui trainent partout.

Depuis Agadir, il fait chaud. A partir de 10h on retire le pull et jusqu’à 17h on profite du soleil. Après, on remet le pull. Nous avons eu un peu de pluie la nuit mais parait-il qu’il y a eu un déluge au nord du Maroc, la fin de la tempête que la France et l’Espagne ont pris de plein fouet.

On ira jusqu’à  Sidi Ifni. Ancienne enclave espagnole du Sahara Espagnol devenu marocaine après beaucoup de négociations entre les 2 pays

On déjeune au marché aux poissons d’une tagine de poissons et Gérard d’un mix de poissons le tout bien trop copieux. Les crevettes nous ferons le diner du soir…


IMG_3032
IMG_3024

merci de nous dire la signification du panneauIMG_3025
On remontera gentiment avec un arrêt pour faire lustrer le camion et changer un panneau solaire défectueux mais qui a tout de même 13 ans. On profitera de faire vérifier les feux  côté droit qui depuis l’Espagne ne marche plus.

Puis c’est le retour vers l’Espagne. En 5 semaine, il fait plus chaud 25° et les amandiers sont en fleurs.IMG_3285IMG_3288 IMG_3290

Déjà 5 semaines, bien trop cour et ce sera notre seul regret.