Archives pour la catégorie Espagne Verte 2021

IMG_3193

SAN SEBASTIAN

Comme nous avions pris l’option de faire la côte entre Santander  et Sans Sebastian sur le retour  (rappel : nous étions descendu directement à Pamplume), nous voilà parti de Tapia et de cette très belle plage de Serantes pour la côte Biscaye.

Pas de chance, c’est le week-end et toutes les plages sont bondés, les camping-cars sont à touche touche : tout ce qu’on déteste. On roule, on s’arrête mais non vraiment ça ne nous plait pas. On regrette un peu d’être parti si vite de Serantes mais peut-être que là aussi la plage est pareillement bondée.

Direction San Sebastian, par l’autoroute en 2 petites heures, nous y sommes. Et là aussi, l’aire de camping-cars prévue pour 40 est bondé : 50 à 60 camping-cars sont tassés les uns sur les autres, ils peuvent à peine ouvrir leur porte ! les rues adjacentes sont pareillement pris d’assaut. Nous préférons nous éloigner et c’est en périphérie que nous trouverons notre bonheur : un immense parking de centre commercial vide sur l’arrière du centre. Nous y passerons une nuit tranquille et comme le lendemain, c’est dimanche. Pas de bruit.

 

Nous descendons les vélos et par la piste cyclable nous arrivons en moins d’une demi-heure à la plage de la Concha. La plage emblématique de San Sebastian ! c’est un peu comme les Niçois avec la promenade des Anglais ou Marseille et la Cannebière.

La baie est magnifique, la plage immense bordée par une esplanade et des jardins. IMG_3193Les tamaris sont les arbres fétiches de San Sebastian. Ils ont été importés au XVIIIème S par Paul Ducasse, jardinier de son état.IMG_6361IMG_3208

On parcourt la jetée et passons devant la Perla, centre de thalassothérapie et le café de la Concha,  bâtiments qui datent de la Belle Epoque donne un petit air rétro. Nous sommes dimanche et les Espagnols se promènent à pied ou en vélo mais surtout pas en voiture, on les voit à peine, elles sont inexistantes en ville.IMG_6366IMG_3191 IMG_3192IMG_3244IMG_6359

Moins connue, la plage de Ondarreta en prolongement de la Concha juste séparée par un rocher IMG_3222 IMG_3223

Il fait beau, il fait chaud et il y a beaucoup de monde par contre, nous sommes stupéfaits : depuis plus de 3 semaines que nous sommes en Espagne, les gens portent automatiquement le masque aussi bien dans la rue, sur la plage, dans les magasins. Ils le retirent uniquement au restaurant et au café. Ou s’ils sont seuls mais aussitôt que l’on croise quelqu’un, aussitôt le masque est remis. Pourtant, leur couverture vaccinale est très importante, l’une des meilleurs d’Europe et il se dit même que 99% des plus de 70 ans sont vaccinés avec les 2 doses. A San Sebastian, ce n’est pas 90% de la population qui a le masque mais 90% qui ne l’a pasIMG_6367IMG_3202IMG_3206 IMG_3207IMG_3243

Balade sur le port IMG_3236IMG_3241et puis nous partons vers la vieille ville et ses rues étroites.IMG_3210

Plaza de Constitution : place avec des arcades, vous remarquerez les portes fenêtres sont numérotés  car jadis la place servait d’arènes et les balcons servaient de tribunes.IMG_3227IMG_3226
A l’église Santa Maria, c’est l’heure de la messe et on peut constater comme partout ailleurs, la ferveur religieuse n’est plus aussi importante qu’avant. Quelques dizaines de personnes suivent le service religieux alors qu’il y a des milliers de personnes dans les rues ! La basilique a été reconstruite dans un style baroque et est superbe.IMG_3211IMG_3212

Nous profitons  aussi pour goûter aux fameux tapas appelés à San Sebastian : pintxo. Un échantillon de pintxos avec une sangria pour moi et une bière pour Gérard fera notre repas du midi.IMG_3232

Nous rentrons au camion en milieu d’après-midi et nous décidons de partir pour la frontière qui n’est qu’à quelques dizaines de kilomètres. Il n’y a aucun intérêt de rester sur un parking.

Ç a sent la fin de notre périple espagnol ….mais avant on refait le plein du camion bon, on est près de la frontière donc on le paiera 1,22€

 

IMG_6312

LUGO puis retour sur la côte des Asturies

 

Nous avons décidé de passer par LUGO, ancienne capitale sous l’empire romain. Des romains, elle en a gardé sa muraille longue de plus de 2km large de 4 voir 7m par endroit et haute de 5 à 10m. Dotée de 70 tours, elle ceint la vieille ville.

Bon, on va être franc, on n’a pas été emballé par le charme de cette ville. En partant de Baiona, nous avons longé la vallée du Mino puis on voulait faire la gorge du Sil.

A 20km au sud d’Ourense, un panneau sur la droite nous indique le « canon de Sil » à part qu’on est parti sur une petite route secondaire qui nous a fait passer de minuscules villages en minuscules villages, perdus au fin fond du monde avec en fond de toile, la forêt et une vue plongeante sur le Mino mais point de Sil à l’horizon.

IMG_6304On arrive à retrouver la N120 et on remonte vers Lugo, on passe au-dessus du Mino et du Sil par un immense pont. On aperçoit une single route qui devrait nous permettre de longer la gorge mais vu la largeur de la route (on vient de faire 20 bornes en serrant les fesses), on ne s’y risque pas avec le camion. On prendra juste des photos du pont.IMG_6307

On arrive à Lugo par une autoroute puis par une voie express et le parking à camping-car est près de la vieille ville en surplomb de la ville nouvelle. La vue est superbe et le parking suffisamment éloigné de la rue pour être au calme. Nous y déjeunons et après avoir sorti les vélos, nous partons à l’assaut de la vieille ville.

Bon, dire que l’on est déçu n’est pas gentil pour cette ville mais à 16h, déjà tous les commerces sont fermés, la ville est morte, peu ou pas de touristes dans les rues. La muraille faite de granit et d’ardoise est grise, percée de plusieurs portes et celles-ci nous permettent d’entrer dans la ville qui est piétonne.IMG_6312

IMG_6314

Les murailles font jusqu’à 10m de hauteur avec une largeur de 4 à 7m et font le tour de la vieille ville soit environ 2,5kmIMG_6315

L’attrait de la ville, ce sont ces places mais là, à part la praza Campo, elles sont peu animées en ce vendredi.IMG_6319IMG_6320

Toutefois, la cathédrale est superbe mais fermée, le palais épiscopale aussi sous oublier ces quelques belles maisons à galeries comme partout en Galice.IMG_3174IMG_6327IMG_6328IMG_6329

A 17h30, on décide de partir après avoir fait le plein d’eau et vidanger le camion vers les plages des Asturies, il faut bientôt penser au retour alors on préfère le faire sur la côte. Il nous faut 2 petites heures pour gagner la plage de Serantes près de Tapia. IMG_3182IMG_3183

on retrouve même des « cathédrales » il faut dire que nous ne sommes pas très loin de cette plage IMG_6349Là, nous sommes seuls au monde. Même le soleil est absent en cette fin de journée ! Nous y resterons 2 jours, un soir un camping-car portugais nous a tenu compagnie et le lendemain soir, un van français.IMG_6354IMG_6352

Gérard a bien essayé de pêcher mais les poissons n’étaient pas suicidaires…mais j’avais anticipé j’en avais acheté !

IMG_3121

BAIONA

 

Lundi 20, nous partons pour la plage de Lanzada, l’une des plus belles plages de Galice. Un immense parking nous donne l’idée du monde l’été.

Plage de sable fin de 4km de long assez ventée pour attirer les sky-surfs et assez de vagues pour les surfeurs. Aujourd’hui, pas de vent, pas de vagues mais du soleil. Peu de monde, on peut profiter de la plage.

On n’a même pas de photos à vous montrer, les portables sont restés dans le camion !

Djinn est ravie de pouvoir se baigner, nous, on trouve l’eau un peu fraîche…De chaque côté de la plage, des rochers recouverts de …moules. Ni une, ni deux, Christo retourne chercher sacs et couteaux au camion et nous ramassons notre repas de ce soir.IMG_0863 IMG_0868

La légende sur cette plage dit que les femmes stériles doivent s’y baigner la veille de la Saint Jean pour se retrouver enceinte. Jolie légende (mais la morale ne dit pas si c’est grâce aux Appollons rencontrés ce jour-là).

Sur le parking, nous nettoyons notre pêche puis nous décidons de ne pas rester sur cet immense parking pour la nuit et partons à Poio.

Ce soir, c’est moules à la provençale, moules farcies et moules marinières avec pommes de terre sautées arrosées d’un Albarino. Tout un programme !

IMG_3034Baiona, c’est presque à la frontière portugaise et c’est une des stations balnéaires que nous avons préférées. Nous sommes à 1,5km de centre-ville sur un parking réservé aux camping-cars qui surplombe l’océan.

Le soir, on était au 1ère loge pour assister au coucher du soleil.IMG_3051 IMG_3042 IMG_3053

Gérard s’essaie à la pêche. Peine perdue, le poisson n’est pas suicidaire. Par contre, un pêcheur espagnol revient avec 3 énormes sars !IMG_6277 2 IMG_6276 2

Le lendemain matin, nous partons en vélo visiter Baiona. La citadelle Monterreal domine la ville.

IMG_3056 IMG_3057IMG_3121 IMG_3059 IMG_3060 On peut faire le tour en se promenant sur la muraille et de là, on voit les iles Cies, le port et la ville.

IMG_3061 IMG_3063 IMG_3064 IMG_3065IMG_3076 IMG_3075 IMG_3079 IMG_3085

Le panorama est superbe des remparts

IMG_3086 IMG_3090 IMG_3104Dans la citadelle, les anciens bâtiments ont été rénovés et ce sont les clients d’un hôtel 5* qui profitent de cette magnifique vue.IMG_3094

Nous repartons vers le port : une réplique de la caravelle « la Pinta » est amarrée. On paie nos 2€ par personne et nous voici à bord.

Petit rappel : la « Pinta » faisait partie des 3 navires de la flotte de Christophe Colomb et c’est à Baiona que la « Pinta » est revenu pour annoncer la découverte de l’Amérique.

Nous avons été déçus : mat en acier, pas d’explications, quelques pauvres mannequins défraichis.IMG_3122 IMG_3128 IMG_3127 IMG_3126 IMG_3124

Gérard regarde avec envie les poissons qui nagent dans les eaux limpides du portIMG_3146

Comme dans beaucoup de petits ports, dans la vieille ville, de petites ruelles avec des maisons blotties les unes contre les autres comme pour se protéger du vent et des tempêtes. Nous déjeunons dans un restaurant d’une paella « maresco » gigantesque que nous en ramènerons au camion.IMG_3156 IMG_3159

Elles sont sympas les poubelles !

C’est la fin de saison et on profite des soldes à 50% dans les magasins et on rentre toujours en vélo mais avons attendu que l’orage passe.

On ne sait pas si ce sont les moules ou l’eau ou le melon (ou peut-être l’Albarino) mais c’est pas trop la forme merci au Coca-citron et à l’Imodium.

Un dernier apéro avec Christo et Zerha qui eux, partent demain pour le Portugal et nous, pour remonter vers Lugo et les Asturies et pour bientôt la France…

 

 

 

IMG_6255

ILE D’AROUSA ET CAMBADOS, RÉGION des RIAS BAJA

 

Nous sommes sur l’île d’Arousa. Un pont de plus de 2km relie l’île au continent.

Une partie de l’île est réserve naturelle et on n’a pas droit de faire la pêche à pied par contre en faisant le tour en vélo on a pu voir des ostréiculteurs et oui, il y a des huitres en Espagne !


IMG_2958 IMG_2959 IMG_2960 IMG_2965 IMG_2966
IMG_2969 IMG_2970 IMG_2971

Nous avons l’impression d’être dans les côtes d’Armor !

Cambados est de l’autre côté du pont. C’est la ville viticole et le cépage cultivé dans la région est l’Albarinos. Nous sommes dimanche mais on voit des vendangeurs. On s’arrête, on discute avec eux, ils nous offrent du raisin et nous invitent à le goûter Plaza Fefinans.IMG_6256 IMG_6255 IMG_6252

Après la visite des ruines de l’église Santa Maria,IMG_6249 IMG_6247 IMG_6245 IMG_6240

nous partons vers la place FefinansIMG_3008 IMG_3007 IMG_3005IMG_3004

La cave viticole est en pleine effervescence. Les vendangeurs amènent le raisin qui est testé pour voir le degré de sucre, pesé, équeuté.IMG_3025IMG_3022IMG_3019

IMG_3013IMG_6262

Nous allons au restaurant nous régaler de fruits de mer, Cambados est non seulement connu pour son vin mais aussi pour ses fruits de mer.IMG_3023IMG_3023

Au menu : araignée et crevettes, risotto aux fruits de mer le tout accompagné de …vin blanc Albarinos !IMG_3030 IMG_3029 IMG_3028

 

 

 

 

 

IMG_2939

SAINT JACQUES DE COMPOSTELLE

 

Vendredi 17 : ce matin, le temps est gris, limite pluie. Nous ne sommes pas téméraires au point de prendre les vélos. Ce sera le bus.

A peine arrivés à Saint Jacques, il se met à pleuvoir et bien pleuvoir.

 

Saint Jacques de Compostelle est la 3ème ville sainte après Jérusalem et Rome. Nous avons déjà visiter Jérusalem et Rome mais jamais Saint Jacques.

Le bus nous dépose dans la ville nouvelle et nous prenons les rues piétonnes de la vieille ville pour aller à la cathédrale.IMG_6179IMG_6154 IMG_6155

Pour visiter la cathédrale, une queue de 100m mais tout compte fait, ça va assez vite. La cathédrale est somptueuse.IMG_2792

La cathédrale a été reconstruite du XI au XII ème Siècle sur une basilique bâtie sur la tombe de l’apôtre car en 997, la basilique a été détruite par le raid des Maures.IMG_2939IMG_2788

C’est Maitre Matéo qui a édifié cette nouvelle cathédrale et c’est profusion de sculptures. Un travail d’orfèvre ! Nous visiterons le musée de la cathédrale et nous pourrons voir une exposition des œuvres de Matéo.IMG_6196

Au 1er étage du musée, on peut voir les trésors de la cathédrale, la bibliothèque et une collection de tapisseriesIMG_2912IMG_2916 IMG_2917

La cathédrale a été bâti en suivant un plan en croix et elle est immense. Accolé, le cloitre est actuellement en travaux. Sous la cathédrale, la crypte qui date du IXèmeS (reste de l’ancienne basilique) abrite les tombeaux de l’apôtre et de 2 de ses disciples : Saint Théodore et Saint Athanase.IMG_2827

Revenons à la cathédrale, l’autel est somptueux.
IMG_2807IMG_6171IMG_6169 Le botafumeiro  (l’encensoir) trône dans la nef et pèse 150kg et c’est avec un système de courroie que l’on peut s’en servir. Deux orgues se font face.IMG_6167

Il est plus de 14h et nous cherchons dans les rues piétonnes un restaurant et nous y dégusterons une parrillada.IMG_2831IMG_2835 En ressortant, nous avons la surprise de revoir le soleil et nous décidons de retourner à la cathédrale pour refaire les photos. C’est quand même plus beau avec un ciel bleu ! donc, vous aurez les photos de l’après-midi !IMG_6219

C’est sur la grande place qu’arrivent les pèlerins
IMG_6190

IMG_6221 IMG_6220
IMG_2865IMG_6185IMG_6184IMG_6183Le cloitre IMG_6202 IMG_6199

 

 

 

IMG_6066

LA COSTA DA MORTE

 

A partir de A Coruna, nous sommes sur la Costa da Morte, la côte de la mort appelée comme ça en raison des nombreux naufrages sur cette côte découpée et rocheuse. Nous passons A Coruna, c’est une grande ville avec un port de pêche et sans grand intérêt. Nous ferons juste nos courses dans un supermarché pour acheter du poisson car c’est comme chez nous, on ne trouve plus de poissonniers. Nous achetons de la raie, des dorades, des sardines et des calamars. On nous confirme que le poisson est frais sauf le calamar qui est surgelé et qui vient de … Patagonie et lorsque nous étions en Patagonie, on n’arrivait pas à en acheter. Allez comprendre !

 

Nous ferons un arrêt à Camarinas, c’est la capitale de la dentelle espagnole. Le musée est fermé mais une boutique est ouverte et nous pouvons admirer les dentelles. Ce sont les mêmes points que la dentelle du Puy mais avec des fuseaux beaucoup plus gros que les nôtres et un carreau rectangulaire plus pour faire de la dentelle au Km. J’achète des fuseaux pour montrer à mes amies dentellières.IMG_6080 IMG_6079 IMG_6078 La ville par elle-même est quelconque et nous passons notre chemin pour aller à Muxia. On est sur une belle plage pas facile d’accès mais le soir, il y a du vent et les sky-surfs sont de sortie. Des camping-caristes espagnols nous expliquent que le camping sauvage est interdit en Espagne (ça, on le savait) mais toléré dans beaucoup de région mais qu’en Galice, la police est sévère sauf pour les étrangers. La nuit, elle vient photographier les plaques des camions et les propriétaires reçoivent la photo et l’amende !IMG_6116

On verra en rentrant, ce soir nous sommes 3 : 2 allemands et nous. Pour l’instant, on n’a jamais eu de soucis avec la police. Il est vrai que les campings sont souvent fermés à cette époque de l’année mais en revanche, il y a beaucoup de parkings ou aires de service et souvent gratuites.  Alors, lorsqu’il y en a une près de notre point de chute, nous y allons.IMG_6114 IMG_6113

Vues da Costa Morte

Jeudi 16 au matin, nous partons pour le cabo Fistera. Un peu trop touristique à notre goût mais la vue comme sur tous les caps est magnifique.IMG_2727 IMG_2729 IMG_2721

IMG_6094 IMG_6091
IMG_6088 IMG_6096

Le midi, on s’arrêtera déjeuner sur une petite plage où nous sommes seuls au monde.IMG_6068 IMG_6069

C’est aussi la route du chemin de CompostelleIMG_6089IMG_6103

Nous repartons pour Carnota. La plage est belle mais ce n’est pas pour la plage que nous y allons mais pour voir un horreo, l’un des plus grand de Galice. IMG_6136Dans cette région, chaque famille ou communauté avait son horreo qui est un grenier à blé. Ils sont en pierre et sur poteaux. Celui de Carnota fait 35m de long mais souvent ils font 3 ou 4m. Depuis quelques années, il est interdit de les détruire, ils font partis du patrimoine.IMG_6134IMG_6066 IMG_2741

Dernières photos de la Costa da Morte IMG_6114 IMG_6113IMG_6142 et nous prenons la route de Saint Jacques de Compostelle.

Les éoliennes sont omniprésentes sur toutes les montagnesIMG_6146IMG_6148

 

Nous dormons à 6km sur une aire de camping-cars à Milladoiro et nous rencontrons une famille française, tellement rare que nous sommes obligés de le souligner
IMG_2946

Nous sympathisons avec Christopher, Zehra et leurs 2 filles Victoire et Cassandre.

Gérard bave devant leur superbe 6 roues Man….
IMG_2946Ils partent sur les routes du monde pour une durée indéterminée et nous passons la soirée à parler voyages et bons plans. Nous décidons de partir demain à St Jacques en vélo tous ensemble.

 

IMG_2534

LA COSTA VERDE ET LA PRAIA DAS CATEDRAIS

LA COSTA VERDE

 

Nous partons de Cobreces sur la côte Cantabrique et nous longeons l’océan. A quelques kilomètres, Comillas puis San Vincent de la Barquera, petits villages touristiques à taille humaine : pas d’immeubles disgracieux et même s’il y a beaucoup de touristes (mais nous sommes dimanche) ces villages ont gardé leur âme. En arrière-plan, on aperçoit «les Picos de Europa» qui sont les sommets les plus hauts de la cordillière cantabrique. C’est devenu un parc protégé et nous irons au retour le visiter.IMG_5930IMG_2455IMG_5941IMG_2466IMG_2463

 

Nous quittons la province de Cantabrie pour les Asturies et sommes sur la « costa verde » qui tire son nom de la couleur de l’océan.  Nous prenons la A8, une 2×2 voies. Arrêt au Cabo Vidio : vues magnifiques sur les falaises avec une plage en contre bas. Tout petit parking, on ne peut pas rester longtemps.IMG_2471IMG_2472IMG_2470IMG_2469IMG_2468

 

Nous nous arrêtons plage de San Pedro pour déguster des calamars et des chipirons frits. Il est pourtant plus de 14h mais nous sommes encore les tous premiers à déjeuner !

Nous voulons dormir au Phare de Coana mais l’aire de camping-cars n’existe plus, nous irons 2km plus loin sur la plage de Foxos. Beaucoup de pêcheurs, le coin doit être propice !IMG_5961

Gérard sort sa ligne mais les poissons sont plus malins, il faut dire que l’eau est translucide et on les aperçoit donc eux aussi.

 

LA PRAIA DAS CATEDRAIS

La veille, nous avons fait par internet une demande pour un permis de visite de la plage des cathédrales pour 15h (horaire de la marée basse). Dans la soirée, nous avons reçu par mail notre QRcode.

Nous sommes dans le Rias Atlas, c’est la côte nord de la Galice. Montagnes qui tombent dans l’océan donnent une côte très découpée et nous parcourons une belle route dans une forêt de pins et d’eucalyptus. Un orage dans la nuit à détraquer le temps et ce matin , il fait gris.

Nous nous garons près du restaurant de la plage, il faut attendre marée basse pour y descendre. Nous parcourons le chemin côtier mais on ne voit pas grand-chose.IMG_2495 IMG_2496 IMG_2498 (1) IMG_2499 IMG_2512 (1)

Nous déjeunons au restaurant d’un menu à 15€ vin et eau compris : moules à la provençale, joue de porc en ragoût (spécialité du coin) et d’une tarte.

IMG_2512 (1)14h30, on passe le check-point et nous descendons.

Succession de falaises sculptées et de grottes, le site est impressionnant. Sur plus de 600m la roche est taillée dans la montagne.

On a fait des dizaines et dizaines de photos, le lieu est superbe.IMG_2696IMG_2678

IMG_5973 IMG_5982 IMG_5992 IMG_5996 IMG_5998 IMG_6008 IMG_6011 IMG_6016 IMG_6025 IMG_6029

4800 personnes seulement, par marée, peuvent accéder au site afin d’éviter trop d’affluence.IMG_2653 IMG_2648 IMG_2645 IMG_2639 IMG_2618 IMG_2598 IMG_2590 IMG_2580 IMG_2568 IMG_2546 IMG_2520 IMG_2671

 

Nous arrivons en fin d’après-midi sur le port de Foz et nous y dormons. Mardi, c’est jour de marché à Foz. On fera le plein de fruits, on rachètera jambon et pancetta.

 

Nous passons Viveiro qui ne nous a pas enthousiasmé et partons vers le phare de Bares. C’est la pointe la plus septentrionale de l’Espagne. Nous redescendons vers la praia de Bares, parait-il l’une des plus belles de la Galice mais oui, elle est belle, mais on a vu mieux ! On y a quand même dormi et nous étions seul au monde.