la presqu'île

PENISCOLA

Lundi 21, nous repartons de Tarragone pour le delta de l’Ebre (100km). Le vent s’est levé et sur la route, nous devons ralentir en raison des violentes bourrasques.

Il faut savoir qu’en Espagne vous avez 3 types de routes, les nationales, les autovia et les autopista. Les autovia sont des 4 voies gratuites et notées par un A et signalées en bleu tout comme les autopista  qui elles, sont des autoroutes payantes et notées par AP ou C. Vous pouvez donc avoir pour le même trajet la A7, gratuite, la AP7, payante mais certaines AP sont devenues gratuites, les concessions étant venues à terme, le gouvernement a voulu les rendre gratuites et ça pour environ 1000km de route. (ce n’est pas en France que ça arriverait !) par exemple le tronçon La Jonquera-Barcelone  et au-delà, est devenue gratuite.Un vrai casse-tête, même le GPS n’arrive plus à savoir si les autovia AP sont payantes ou non !

le rêve : on casse les péages

le rêve : on casse les péages

La végétation change et devient plus méditerranéenne : amandiers en fleurs, orangers, mandariniers, oliviers.

Les amandiers en fleurs

Les amandiers en fleurs

La plaine du delta de l’Ebre est marécageuse et l’on y plante du riz mais c’est aussi une plaine de maraichage en ce moment, on récolte des artichauts. C’est aussi une réserve naturelle et protégée pour l’observation des oiseaux. On devait faire une halte mais il y a tellement de vent que l’on décide de descendre plus au sud à 35 km.  D’ailleurs on n’a pas vu un oiseau !

Nous voici à Peniscola, 1er arrêt à l’aire de la Volta : super bondée. On repart. Il faut savoir qu’en Espagne, le camping sauvage est interdit et ici la police applique à la lettre l’interdiction. On trouve une 2ème aire à une centaine de mètres de la mer et là, pas trop de monde. Ce sera notre bivouac pour 2 nuits. Demain nous irons visiter la vieille ville de Peniscola car aujourd’hui si la température à l’abri du vent voisine avec les 20°, le vent, lui souffle à 70km/h.

IMG_6654

Peniscola est une presqu’île rocheuse et au sommet une forteresse y fut construite. De part et d’autre de la presqu’île, la ville balnéaire s’est développée. Nous sommes côté nord de la ville balnéaire.

la presqu'île

la presqu’île

La vieille ville est bâtie sur le promontoire et est entourée d’une muraille. Jusqu’au XVIIIè, il n’existait qu’une seule porte pour pénétrer dans la ville.

Construit au XIVè siècle par les templiers en surplomb de la mer sur la presqu’île, il était imprenable. Le pape Luna y séjourna et y mourut.IMG_4424

l'ermitage

l’ermitage

IMG_4432

la place d'armes de la forteresse

la place d’armes de la forteresse

IMG_4447 IMG_6663

Gérard et le pape Luna

Gérard et le pape Luna

De  la forteresse, on a des vues superbes sur Pensicola et la merIMG_4441IMG_4431

La ville est bien agréable avec ses ruelles tortueuses et en pente. Aïe, les genoux mais entre le parc Guell, Tarragone, nous commençons à en avoir l’habitude de grimper.IMG_4412 IMG_4411IMG_4466

 

De la forteresse, nous irons visiter le parc d’artillerie qui donne sur la mer et des canons protégeaient le château.IMG_6667 IMG_6666 IMG_4473

le parc

le parc

 

Déjà 14h, nous déjeunons dans un resto le « Pason por el pulpo », spécialiste du poisson et du poulpe. Nous choisirons une « fritura de la lonja » arrosée d’un rosé bien frais. Un bon moment ….Un peu de vélo pour digérer et retour au camion.

IMG_4482

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *