IMG_2133

LE CHÂTEAU D’OLIVE

Mercredi 8 : départ pour les Bardenas Reales, il fait toujours aussi chaud avec un grand soleil. (90KM)

Sur notre route, arrêt à Olite  qui est un petit village médiéval surplombé d’un magnifique château construit par et pour les Rois de Navarre. C’est Charles III, roi de Navarre mais aussi Comte d’Evreux qui a bâti ce château, au XIVème S

Au XIXème, pendant la guerre d’indépendance, le palais fut incendié pour éviter aux troupes françaises de l’investir. Il ne restait que des ruines et c’est seulement à partir du 1937 que le château a fait parti d’un grand plan de rénovation qui a duré plus de 30 ans et qui lui a permis de retrouver toute sa splendeur.

Visite à 2€ pour les séniors au lieu des 3,5€ pour adultes. On rêve !IMG_5860

IMG_2108 IMG_2110 IMG_2111 IMG_2114 IMG_2121 IMG_2125 IMG_2127 IMG_2128 IMG_2133

En sortant, nous parcourons les petites ruelles médiévales puis on trouve un marché de quoi acheté un melon, des tomates et des fruits : pêches et raisins qui sont bons, sucrés, gouteux et mangeables de suite. Pas besoin d’attendre qu’ils murissent dans la corbeille et qu’ils s’abiment aussitôt.
Dans la région de Navarre, le masque contre le Covid est obligatoire à l’extérieur comme à l’intérieur et c’est assez bien respecté.

On mange au camion puis sieste pour Gérard et Djinn qui se sont mis à l’heure espagnole. Nous repartirons après pour Arguedas, porte d’entrée du désert des Bardenas Real. Toujours pas de Wifi et ce n’est pas demain dans le désert que j’en aurai alors le blog ce sera pour plus tard….Bon je me suis connectée avec mon téléphone ….

 

IMG_2075

PAMPLUME

Lundi 6 : Départ pour Labenne dans les Landes à 220km. Il fait très chaud et dire que l’on a eu un été médiocre avec pluie et sans vraiment de soleil et de chaleur. Sur la route, le thermomètre monte allègrement à  38°. Record de chaleur battu pour un début de septembre sur la France ! Heureusement, nous avons la clim’ dans le camion pour dormir !

PAMPLONA : 110km

Mardi matin, nous partons de Labenne. Nous décidons à Biarritz de prendre l’autoroute pour aller plus vite (7€). En effet faire les derniers 40km avec les feux rouges et la circulation alors que l’Espagne est annoncée à 15mn par l’autoroute, il n’y a pas photo.

Pas de soleil, il est voilé mais il fait tout de même 30°. On passe la frontière sans presque le savoir et personne pour nous demander le pass sanitaire mais comme pour la France, c’est pareil alors on ne va pas s’offusquer : le covid ne vient que par avion !

Nous voici sur la N121 en direction de Pampelune : nous sommes dans les Pyrénées espagnoles, la route est belle et nous traversons de beaux paysages. Mais pourquoi Pampelune et non pas la côte et bien en consultant la météo il y a des orages de prévu.

Bien sûr, c’est là que map.me fait des siennes heureusement que j’ai google.map pour trouver le parking.

A midi, nous sommes arrivés au parking pour camping-car à 15mn du centre historique.IMG_2086

Nous sommes garés pour 10€ la nuit. Seul problème je n’arrive pas à payer avec ma carte, c’est un monsieur espagnol qui paiera pour moi avec sa carte bleue. Ah l’Europe, tout n’est pas encore au point. Heureusement qu’il y a des gens sympas.

Par contre, nous avons pour le prix tous les services y compris l’électricité ce qui nous permet d’avoir la clim’.

Nous partons en vélo, traversons les jardins de la Cuidadela. En son centre la citadelle conserve sa poudrière et la salle d’arme. Les jardins sont magnifiquement entretenus et il y a profusion de fleurs et une armée de jardiniers s’occupe de ce petit paradis.   IMG_2022

De là, nous laissons nos vélos et partons visiter la vieille ville à pied et forcément la 1ère visite, c’est pour la cathédrale Santa Maria : magnifique. Son cloitre est entouré de colonnes baroques sculptées, les frontons des portes sont taillés dans la pierre.  Dans la chapelle Barbazane  se tient une exposition sur Santa Maria. Y sont exposés manteaux, bijoux, couronne de toute beauté. Nous pouvons voir des vestiges de l’ancienne église romane, la cathédrale, elle, a été reconstruite au XIVème S.

IMG_2032 IMG_2043 IMG_2042 IMG_2035

Pas possible de visiter le musée.

Dans la ville, on rencontre beaucoup de pélerins qui font la route vers St Jacques de Compostelle, ils arrivent de France par le col de Roncevaux et sont de toutes nationalités. On les reconnait à leur énorme sac à dos et leurs bâtons de marche.

Nous allons plaza de Toros mais on ne peut pas visiter l’arène qui n’est couverte que pendant les fêtes de Sanfermines jour de la Saint firmin fêté au mois de juillet. C’est à ce moment là que la ville vibre pour ses toros.IMG_2076

Détour par la plaza del Castillo : énorme place entourée d’immeubles à arcades. Nous prenons une petite rue et là,  nous nous arrêtons déjeuner. Nous sommes déjà à la mode espagnole, il est plus de 14H30 !IMG_2064

Menu du jour : carpaccio de thon rouge, calamars à la plancha et crème brûlée. Nous nous sommes régalés mais les espagnols aiment les tapas et c’est en plus très convivial.IMG_2068

Tous les bistrots ont quelques tables et chaises dehors et l’on mange sur le pouce un voir 2 tapas avec une bière ou un verre de vin.IMG_2027 IMG_2025

Détour par le monument El Encierro et nous arrivons après une balade à travers la vieille ville et ce dédale de rues à retrouver nos vélos !IMG_2075 Encore un petit tour par les archives nationales et les remparts, un arrêt pour acheter du pain et du jambon de Serrano pour ce soir et nous voici de retour au camion où Djinn nous attendait sagement.IMG_2080IMG_2081IMG_2083

 

IMG_1952

DEPART POUR L’ESPAGNE : 1ère étape Montignac et Sarlat

Samedi 4 septembre 2021, à nous les vacances maintenant que les « actifs » ont repris le travail et les enfants, l’école.

Depuis le Covid, nous avons pu, pendant les périodes hors confinement, parcourir la France mais nous avions envie d’un peu de dépaysement alors ce sera l’Espagne. D’accord, ce n’est pas franchement un gros dépaysement mais ….

Au programme, l’Espagne atlantique : Pays Basque, Asturies, Galice, Navarre… C’est si près de la France que jamais nous n’avons jamais fait cette région.

Nous nous sommes renseignés pour le Covid et avec le pass sanitaire européen, pas de problème.

 

Nous descendons, avec le soleil, tranquillement par les nationales avec un 1er arrêt dans le Périgord Noir : Montignac. Nous avons vu le reportage sur la nouvelle reconstitution de la grotte de Lascaux et je voulais la voir. Juste un petit détour !

Dimanche 5 : Nous avons vérifié sur Internet : plus besoin de réserver, il y a des places sans problème, les vacances sont terminées. Nous arrivons pour 10h30. Le batiment en béton est moderne et à coûter la bagatelle de 54 millions d’euros mais le résultat est à la hauteur et en 1h30, nous visiterons la reconstitution de la nouvelle grotte avec les explications d’Olivier qui a su nous rendre vivante cette visite.

Nos ancêtres les Cro-Magnons étaient de véritables artistes. On vous met les photos qui sont bien plus parlantes…IMG_1950IMG_1952 IMG_1963

ça c’est l’envers du décors !

La grotte de Lascaux, la vraie, a été découverte fortuitement en 1940 et fermée en 1963 et depuis on visite Lascaux 2 et maintenant Lascaux 4 qui est la reproduction à l’identique de la grotte d’origine qui a été numérisée pour que Lascaux 4 soit la plus fidèle possible et c’est un pari réussi ! Pas de photos possible sauf dans ce qui est appelé l' »atelier ». On nous explique le fac-similé de la grotte.

 

13h : un petit foie gras poêlé au bord de la Vézère et nous voilà parti pour Sarlat à 30km.IMG_1985 IMG_1986

Visite ou re-revisite de cette belle ville q’est Sarlat. On ne se lasse pas de la voir et revoir. Nous serons très sérieux car non, on ne remangera pas de foie gras : on l’a juste acheté pour plus tard…et mangera juste une salade pour le soir !IMG_2010 IMG_2001 IMG_1994

 

Lundi 6 : Départ pour Labenne dans les Landes à 220km. Il fait très chaud et dire que l’on a eu un été médiocre avec pluie et sans vraiment de soleil et de chaleur. Sur la route, le thermomètre monte allègrement à  38°. Record de chaleur battu pour un début de septembre sur la France ! Heureusement, nous avons la clim’ dans le camion pour dormir !