dsc_3822

San Rafaël : « el canion del Atuel y valle Grande 26-27-28/11/2016

 

Nous avons quitté la Patagonie et nous avons repris la R40 direction le nord.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous sommes dans le Cuyo et la province de Mendoza.  Fini le ripio et la piste, enfin une route, une vraie route asphaltée. Ouf, on ne savait plus ce que c’était. Mais nous n’avions pas fait 100 kms que de nouveau du ripio et du mauvais : tôle ondulée, trous, roches.

Nous arrivons dans le parc Payunia qui regroupe sur 4500 km² la plus grande concentration au monde de cônes volcaniques, plus de 800

le parc Payunia

le parc Payunia

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un spectacle de toute beauté : des pierres noires volcaniques, un  canyon creusé par le rio Grande.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous longeons la Cordilière des Andes et les sommets atteignent par endroit plus de 5000m. C’était superbe mais vous n’aurez pas de photos car le soleil était face à nous puis dans la nuit à Malargue,

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Gérard devient un pro de l'asado

Gérard devient un pro de l’asado

nous avons eu un très gros orage et le lendemain, tout était couvert et gris. On ne voyait plus les montagnes enneigées. Nous devions aller à des thermes près du Volcan Malacra (5100m) mais vu le temps gris et brumeux et vu la pluie qu’il est tombé, on ne veut pas prendre la piste pour y aller. On a donné, on  connaît maintenant l’état des pistes après les orages….Quand nous reviendrons à Mendoza, nous reviendrons par là.

En attendant, on continue notre route sous un ciel gris et menaçant. On tourne ver San Rafaël et là,  le temps se dégage et l’on décide de faire le « canon del Atuel ».  Long de 67kms, le canyon est grandiose. Les gens du coin le comparent au grand canyon en Arizona. Bon, c’est exagéré mais c’est tout de même très beau. On descend dans la gorge par une piste étroite  avec une pente vertigineuse et là, on a des vues magnifiques.

La descente dans le canyon Atuel

La descente dans le canyon Atuel

dsc_3752dsc_3762

3 barrages hydroélectriques le long du canyon forment des lacs artificiels

dsc_3788dsc_3804

dsc_3839Lorsque l’on remonte sur le plateau, une vue magnifique des retenues d’eau.

dsc_3822dsc_3828

Puis on redescend dans la vallée du rio Grande qui a un courant tellement fort que le rafting, le kayak sont  les sports rois. Des cars entiers déversent les candidats aux sensations fortes.dsc_3842Notre bivouac pour la nuit

Lundi, nous partons vers San Rafaël et curieusement tous les magasins sont fermés. C’est la 1ere fois que l’on trouve une ville morte le lundi. En général, c’est le dimanche. On continue notre route par la R178 pour traverser d’ouest en est et revenir sur l’Uruguay. Ça sent le retour à la maison….

dsc_3661

La pêche à la mouche en Patagonie du 21 au 26/11/2016

D’abord, tout bon pêcheur se doit d’avoir l’équipement : les wallers, le gilet, le chapeau, les lunettes, les bottes sans oublier la canne et les mouches.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pas n’importe quelle canne. C’est une canne très légère équipée d’un « reel » (sorte de moulinet).

Puis, il faut la ou les rivières ou lacs et, en Patagonie, c’est le rêve pour tous pêcheurs à la mouche. A Bariloche, viennent les touristes du monde entier,  pêcher. A Manzano, ce sont les locaux et en décembre-janvier pendant la saison d’été et les vacances se sont les connaisseurs argentins.

Remplissage des réservoirs du camion

L’ouverture de la pêche est le 1er novembre et se termine fin avril.

Pour apprendre à pêcher à la mouche, il vaut mieux un guide. Victor est guide professionnel et instructeur et Nicolas est en train de passer guide. Victor fabrique  toutes ses mouches car selon la rivière, le courant, la profondeur on n’utilise pas la même mouche : il y a des « ninfas » et des « streamers » et encore d’autres noms dont je ne me souviens pas. Elles sont faites avec des plumes et duvets et des poils de différents animaux. Il les vend aussi dans les magasins spécialisés ou directement aux pêcheurs.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

des « sreamers »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il faut alors monter la canne : on emploie une ligne soit orange (elle flotte), soit une ligne noire (elle coule). Au bout de la ligne, un leader en fil nylon de différents diamètres de 3.5m à 5.00m pour la ligne orange et de 1.5m à 2.00m pour la ligne noire. Au bout de ce fil de nylon, la mouche.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La pêche à la truite est assimilée à la chasse. On observe la rivière, le courant….On laisse dériver la mouche dans le courant et lorsqu’elle sort du courant, on ramène la ligne mais tout ça avec  un geste bien précis du coude.

Bien après toutes ses explications, vous devez pouvoir pêcher la truite. Gérard en a sorti en 4 jours une douzaine, petites d’accord mais pour une première, c’est bien. Elles ont toutes été  relâchées. Mais j’en ai dégusté tout de même une.

 

dsc_3575

dsc_3589dsc_3654

Gérard, tout éléphant de terre (voir article sur Punta Ninfas) qu’il soit, doit apprendre à marcher dans la rivière qui est, forcément vu la géologie du coin,  pleine de roches et de pierres. De l’éléphant de terre, il est devenu éléphant de mer, non pardon, de rivière avec un super plouf…..et  Tamalou est revenu.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le soir, la grande spécialité des Argentins, « l’asado ». Nicolas et Victor nous ont préparé un asado en pleine montagne à 2000m d’altitude au Lac Varvarco Tipia.dsc_3697

Et là, on voit la dextérité des Argentins. Nous, il nous faut papier, charbon de bois, allume-feu, pas de vent ou peu et encore avec tout ça, ce n’est pas sûr que l’on mange à l’heure. D’ailleurs, nous avons tous trouvé une solution, le barbecue ….à gaz.  Mais pour les argentins, qu’il est soleil,  qu’il pleuve, qu’il neige, qu’il y est du vent ou pas, un morceau de carton, 4 brindilles, du bois ramassé çà et là et c’est parti.dsc_3584

Après cette belle journée, le soir, nous avons un super orage et forcément la pluie mais rien ne nous arrête et l’asado est vite prêt. Le mouton cuit gentiment, le pain pétrit sur place lève à la chaleur de la pierre posée sur le dessus du feu

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

et les frites sont prêtes à cuire dans le chaudron.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

dsc_3615

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un régal……

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Merci Nicolas, merci Victor pour cette soirée, ah oui, le tout accompagné par un vin de la région : le Ventus.

Nous redescendons du lac le lendemain après-midi mais l’orage et la pluie on abimé la piste. Des pierres ont dévalées la montagne, les rios débordent….le retour est sportif.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mais c’est toujours la transhumance et l’on rencontre les troupeaux et les gauchos. Eux, à cheval, n’ont aucun souci pour passer.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Quelques photos de la cascade Fraga à Manzano

dsc_3554dsc_3572