IMG_1651

SELINONTE

Ce matin, nous partons par l’autoroute pour Selinonte. L’autoroute est bonne, les routes un peu moins et lorsque l’on traverse les villes, c’est encore moins bon. Partout en bord de route, sur les parkings, des poubelles. Il n’y a vraiment pas eu de prise de conciense en 8 ans de temps.IMG_1650

Le Gaz oil était cher en Italie . Il y a 8 ans on le payait déjà dans les 1.50€ mais c’est toujours pareil. On arrive même à le trouver à 1.43€ comme en France.

 

Je ne vais pas faire un copié-collé de la Sicile 2011 et pourtant, nous ne pouvons pas ne pas faire Selinonte.

 

Selinonte est la plus importante cité grecque de l’Antiquité et l’un des sites archéologiques le plus remarquable de la Méditerranée.

Prêt pour le reportage ...

Prêt pour le reportage …

Fondée au VIIème S avant JC, on ne peut se demander comme à chaque fois comment ces bâtisseurs ont pu tailler, bâtir et construire une cité de 80000 personnes.

LE TEMPLE D'HERA construit au VèmeS avant JC

LE TEMPLE D’HERA construit au VèmeS avant JC

LE TEMPLE D'HERA

LE TEMPLE D’HERA

_DSC7208

_DSC7218_DSC7220

 

Nous trouvons toujours tout petits et humbles devant cette performance. Nous, on parle de pelles, de grues, de PPM lorsque nos ancêtres ne connaissaient à peine la roue ….

Il n’y a pas eu que les Carthiginois qui ont voulu la fin de Selinonte, les tremblements de terre ont fait leur œuvre et les différentes invasions qu’à connue la Sicile ont fait le reste.IMG_1649

Le site est immense mais nous préférons marcher que de louer une voiture électrique et nous partons tranquillement sur la colline orientale ou le temple de la déesse Hera est encore le mieux conservé et le plus majestueux. Pas trop de monde, l’idéal !

En arrière plan, la mer et l'Acropole

En arrière plan, la mer et l’Acropole

Le temple   de Zeus est immense : il aurait fait 5000m2 mais des tremblements de terre n’en font qu’un grand tas de cailloux (bon j’exagère un peu pour les archéologues mais pour les simples touristes, pas plus que ça)

ce qui reste du temple de Zeus !

ce qui reste du temple de Zeus !


Au milieu, le temple d’Athéna est le plus endommagé !

Nous visitons le petit musée puis partons pour l’Acropole situé à l’extrémité du site et qui surplombe la mer. On avait la possibilité de récupérer le camion et de s’en approcher par une autre entrée mais on a préféré continuer à pied

IMG_1654
IMG_1650

IMG_1648 (1)IMG_1651

 

Du site, la mer bleue et le sable de la Marina de Selinonte nous inviterait presque à la baignade et par 30° on serait tenté.

On rentre au camion après 7km de marche. On grignote vite fait, il fait trop chaud pour déjeuner et nous décidons de partir vers Scala dei Turchi que l’on va découvrir.

Au lieu de partir pour Agrigente par la route intérieure, on prend le bord de mer pour aller à Scala Dei Turchi.

65km plus loin, le paysage a totalement changé : de grandes falaises de calcaire toutes blanches plongent dans une mer limpide et d’un bleu cristallin. Parait-il que c’est un des coins les plus beaux de l’île.  Nous sommes en haut des falaises mais pas facile de se garer. Quand à pouvoir aller sur la plage, c’est pratiquement impossible, nous sommes dimanche et les Siciliens sont en week-end et il y a du monde.IMG_1656

IMG_1662IMG_1664Nous trouvons une aire de camping-car plus loin le long de la mer. Parfait pour rester musarder et retourner voir cette merveille.

IMG_1567

MARSALA et MAZARA DEL VALLO

MARSALA

Ah, j’en suis sûr le nom vous dit quelque chose ! mais avant….

Nous avons débarqué jeudi vers 17hà TrapaniIMG_1502

et comme nous n’avons pas envie de faire de la route, nous décidons d’aller à Marausa sur le Lido. On connaît, on y a déjà dormi et ce n’est pas loin.

On traverse les salines qui font la réputation de Trapani et nous voici arrivés.

IMG_1515Ça n’a pas changé, toujours aussi sauvage, toujours les poubelles et toujours aussi sympa face aux îles Favignana.IMG_1520

IMG_15211er bivouac et 1er coucher de soleil….

IMG_1517

 

Après une bonne nuit, direction Marsala et Mazara. Entre les 2, nous trouverons un superbe camping ce qui nous permettra d’aller visiter les 2 villes en scooter.

Nous ne sommes jamais venus sur cette côte, la dernière fois nous avons zappé pour aller directement à Selinonte.

Nous avons retrouvé l’été, il fait 30°. Bon d’accord, nous sommes dans la région de la Sicile Africaine mais tout de même.

Marsala : son nom vient de Mars-el-Allah,  « le port de Dieu »  d’où son nom Marsala. Marsala, c’est aussi le nom du vin produit dans la région. Et savez- vous que le 1er percepteur fut …. Cicéron !

Le centre historique est tout petit mais mignon. On y accède par la porte Garibaldi. Tiens, on l’a quitté en Amérique du Sud et on le revoit ici. Et toujours en guerrier de la liberté…IMG_1531

La porte est l’un des derniers vestiges du rempart qui entourait la ville au XVème S. Garibaldi en débarquant ici lui a donné son nom. Nous sommes bien en Italie et les églises sont plus belles les unes que les autres. Accolée à la porte, une toute petite église de style baroque IMG_1535IMG_1536

Comme dans tous les villages, des petites places avec des fontaines, des bistros, des terrasses ombragées…IMG_1542

Sur la via XI Maggio , la cathédrale domine près du très beau palazzo VII April .IMG_1546
IMG_1543

La cathédrale est  magnifiquement fleurie pour un mariage qui a lieu demain.IMG_1548IMG_1552IMG_1553

De l’autre côté on aperçoit la tour quadrangulaire du XVIème S puis les palazzo se succèdent.

Halte au Palazzo Fiji du XVIIème S. La cour est magnifique.IMG_1558IMG_1560

On nous proposera une dégustation de Marsala : du sec au plus doux et au plus corsé….IMG_1562

Nous apprenons par la même occasion que le Marsala a été inventé par un anglais pour concurrencer le Porto ! Fait à partir de 3 cépages : le grillo, le catarratto et l’inzolia. Entre 17 et 19° d’alcool tout de même ! Il peut être sec ou doux et s’apprécie à l’apéritif comme au dessert.

Visite de l’église du Purgatroire près du site archéologique.

IMG_1575Le gardien viendra nous voir et nous dira de ne pas oublier de laisser une offrande !
IMG_1568IMG_1571

IMG_1572On finira par le marché aux poissons qui a lieu tous les matins ! pas de bol, on a pas l’ambiance !

Une petite anecdote : lorsque nous étions en Amérique du Sud, on disait à Gérard : A toi t’es italien et ici, on a demandé notre route et on nous a dit : à toi t’es espagnol !

MAZARA DEL VALLO

Bon, on y a été à cause du guide du Routard mais franchement il n’y a pas de quoi faire le détour à part pour voir les très belles églises baroques. Et des églises, il n’en manque pas. Mazara était aussi le port d’embarquement des pèlerins pour la Terre Sainte et de nos jours, un important port avec d’importants chantiers navals.IMG_1635

IMG_1624

Très belle cathédrale baroque : pleins de stuc jusqu’aux draperies !IMG_1599IMG_1598 (1)
IMG_1592

un bel autel en argent et un sacristain pointilleux qui ne voulait pas que je rentre profané l’église en débardeur. Heureusement j’avais un pull dans le scooter !

Face à la cathédrale, le Palazzo Vescovite..

IMG_1627

Puis par le quartier de la casbah, on passe devant l’église San Nicolo, fermée. Elle s’élève sur les ruines d’un ancienne mosquée. Ce sont des ruelles très étroites et sur les murs de très belles céramiques.IMG_1601 IMG_1622IMG_1606Nous arrivons à l’église San Francisco réputée pur être la plus belle de Sicile. Dommage, les crépis extérieurs sont mangés par le sel marin et l’intérieur se dégrade.IMG_1610

Là, les artistes se sont amusés : tout est baroque et le stuc est roi : des angelots, des draperies, des peintures et des fresques qui. souffrent du manque d’entretien et de moyen mais l’église est superbe.IMG_1616

IMG_1617IMG_1618L’église Sans Michele est fermée donc on reviendra par les ruelles sur la Piazza della Republica ou se trouve la cathédrale et l’ancien séminaire.

IMG_1495

DEPART POUR LA SICILE

DEPART POUR LA SICILE : en passant par le Puy en Velay

Lundi 7 octobre : C’est le départ, nous prenons le chemin des écoliers. Nous descendons par Nevers, Clermont Ferrand et dormons à Issoire. Puis, nous coupons en travers direction le Puy en Velay, le temps est magnifique et nous profitons de la beauté des paysages auvergnats.

IMG_1472

 

IMG_1468Nous arrivons au Puy en Velay. On se garera sur le parking d’un centre commercial à l’extérieur de la ville et prendrons le scooter pour visiter.

 

La vieille ville est perchée tout en haut et on attaque par des ruelles en pavés de lave la montée vers la cathédrale. Plusieurs églises perchées sur les collines autour du Puy. C’est aussi la route de Saint Jacques de Compostelle et l’on y retrouve chapelles, monastères, abbayes…IMG_1414IMG_1426

Forcément, une boutique de dentelles m’attire et nous sommes au Puy e Velay, berceau de la dentelle !IMG_1430IMG_1428

 

Visite de la cathédrale, seul monument ouvert ! et oui, nous sommes en octobre ….IMG_1449

IMG_1460IMG_1453

IMG_1454Après la visite, on déjeunera, sur les conseils du facteur, au restaurant « Comme à la maison » et c’était ….bon même excellent : trilogie de lentilles du Puy avec magret fumé, parmentier de canard confit avec des cèpes et en dessert une crème brulée à la verveine et à un prix plus que raisonnable.

 

La route nous a paru moins longue après. Orange,IMG_1477

et le soir Avignon. Nous dormons sur l’île face au Palais des Papes et au Pont.IMG_1479IMG_1478

 

Mercredi, c’est réellement le départ. Nous partons de Toulon avec Corsica. C’est une nouvelle ligne depuis avril 2019 mais nous nous évitons toute la descente de l’Italie et quand on connait les autoroutes italiennes et le coût du gaz-oil, c’est le plan idéal. Avant nous étions obligé d’aller jusque Gênes.IMG_1493

Le ferry est récent et l’embarquement se fait rapidement. Une petite dizaine de camping-cars, une centaine de voiture et 3 cars. On part avec 10mm d’avance sur l’heure mais on est prévenu au lieu d’arriver à 13h le jeudi ce sera 16h30 à Trapani. La cause : on en a pas !

 

La météo nous annonçait du vent fort et bien on en  n’a pas eu : grand soleil, mer d’huile, le temps idéal pour une traversée. Nous avons pris une cabine « chien » ce qui permet à Djinn de rester avec nous. Seul concession :  au lieu d’avoir de la moquette dans la cabine, nous avons un lino. L’équipage est italien et très serviable. Pour une fois, on dîne super bien !

 

 

 

IMG_0786

BUDAPEST – du 10 au 13 juin 2019

Pour ce séjour express, nous avons laissé notre camion au hangar et sommes partis en avion pour 3 jours seulement.

Nous avons pris l’avion à Charles de Gaulle avec un temps pluvieux et gris pour atterrir à Budapest à l’aéroport international Liszt avec 30° en 2h et sans décalage horaire. Il est 20h, nous avons 1h de retard sur l’horaire prévu, le vol a été retardé en raison de gros orages sur l’Allemagne.

Notre chauffeur nous attendait pour nous emmener en une petite demi-heure dans Budapest où nous avions un appartement de réserver bien situé près du quartier Belvaros, quartier commerçant de Budapest.

Après avoir branché la clim’ , nous sommes allés juste en face de l’immeuble manger une pizza. Déjà 23h, nous rentrons nous coucher, demain, nous avons RDV à 9h.

la Hongrie fait partie de l’Union européenne mais a gardé sa monnaie : le Forint mais pratiquement partout vous pouvez payer en euros. Plus ou moins avantageux mais on a déjà la possibilité. Partout des DAB vous permettent de retirer de l’argent. 1€ = 3,3 Ft

Budapest est réputée pour son tourisme dentaire et c’est pour cela que nous sommes ici. Tarifs avantageux, soins de première qualité, c’est ce que vantent les brochures de ces cliniques.

Gérard a RDV a 9h rue Erzsebet à la clinique dentaire qui se trouve à 1,5 km de l’appartement.  Nous déjeunons dans un café tout près de notre appartement et de la grande synagogue,  le « mon chéri », spécialiste de cafés et de chocolat viennois (un pur bonheur).

"le Cheri" café connecté

« le Cheri » café connecté

la plus grande synagogue d'Europe

la plus grande synagogue d’Europe

Ils fait super beau et nous partons, plan à l’appui, à notre RDV. Je laisse Gérard à la clinique et moi, je profite de flâner dans Budapest qui est une jolie ville très aérée avec beaucoup d’immeubles Art Nouveau mais aussi baroque et néo-classique.

La ville est partagée en 2 avec le Danube  qui traverse la ville . D’un côté sur la colline : Buda, de l’autre côté : Pest.

Côté Buda, le château, le mont Gellért et les thermes, Obuda. Côté Pest : les quartiers de Lipotvaros, Erzsebeltavos et Belvaros.

Comment visiter Budapest : en métro, il y a 4 lignes, en bus ou en tramways beaucoup plus rapides. On peut acheter les billets à l’unité ou en carnet (moins cher) mais aussi prendre un pass-touristique de 24 ou 48h, les bus vision (il y a 2 compagnies) . Les taxis sont bon marché et ils sont très nombreux.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour cette 1ère journée, je flâne dans le quartier de Erzsebeltavos. Je passe devant l’académie de musique Franz Liszt et sa rue piétonne bien agréable. Les restaurants et bistrots ont profité des arbres centenaires pour installer leurs terrasses.IMG_0709

L'académie de musique

L’académie de musique

Je débouche sur la rue Andrássy qui fait quelques 2,5km de long jusque la place des Héros. Sur cette très belle avenue ombragée, inscrite au patrimoine mondiale de l’Unesco, on peut y découvrir de très beaux immeubles ainsi que l’opéra national et le musée de la terreur qui est l’ancien quartier général de l’ancienne police secrète du régime communiste et fasciste et les grandes marques de luxe.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je visite la basilique Saint-Etienne, la plus importante de Hongrie et qui renferme la relique la plus vénérée du pays : la main droite momifiée d’Etienne 1er, 1er roi du pays (997-1038).  L’intérieur est sombre et plutôt austère. Par contre, le dôme est magnifique. Quand à la façade principale, une énorme estrade a été construite devant pour un festival prévu la semaine suivante!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La cathédrale Saint Etienne

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

le dôme

IMG_0714 IMG_0713

Il fait très chaud 33°, j’achète crème solaire (que la douane française m’a confisquée) et casquette et je retrouve Gérard. Le soir, nous irons dans le quartier de Belvaros et nous trouverons près de la rue Vaci U pleins de petits restaurants et bistrots sympas.IMG_0825

Notre 2ème journée sera bien remplie : nous prenons un ticket pour un bus vision ce qui nous permet de voir l’essentiel de la ville et descendre aux endroits stratégiques. Nous avons opté pour cette solution comme il est prévu de revenir une semaine en décembre, nous aurons le temps de faire les musées. Autant profiter du beau temps !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

la place des héros

la place des héros

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous prenons l’un des 1er bus, l’arrêt se trouve près de la grande synagogue qui se visite mais il est trop tôt et lorsque nous rentrerons, il sera….trop tard. Ce sera pour notre prochaine visite.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous ferons une halte à Buda . C’est le poumon de la ville : collines verdoyantes, sentiers ombragés. Le bus nous dépose au pied du petit train à crémaillère près du pont des Chaînes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Construit en 1874, le train grimpe 3,7km en 14 minutes jusqu’à Széchenyi à 427m d’altitude. On le nomme le Siklo. Nous sommes dans le quartier du Château classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le Siklo

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le château surplombe le Danube et l’on y voit tout Pest

De Buda on surplombe toute la ville

De Buda on surplombe toute la ville

l'une des 3 entrées

l’une des 3 entrées

Plusieurs portes d’entrées : avec la 1ère entrée, on prend l’escalier des Hasbourg, la 2ème entrée est gardé par un grand corbeau noir symbole du roi Mathias Corvin (XVème S)

et encore une

et encore une

Le Palais Royal a été construit il y a plus de 700 ans mais a été souvent rasé et reconstruit au cours des siècles et abrite 2 musées.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

O

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

un peu de fraicheur au pied de la fontine

Nous faisons, sous un soleil de plomb, le tour de cet immense château. Nous réserverons notre visite aux musées au mois de décembre quant le temps sera froid !  Nous continuons vers le bastion des Pêcheurs : vue magnifique sur la ville avec une terrasse pourvue de 7tours. C’est la guilde des pêcheurs qui défendaient cette partie du château. Les 7 tours symbolisent les 7 tribus magyares fondatrices de la Hongrie. Juste à côté, l’église Mathias.IMG_0750 IMG_0752 IMG_0722 IMG_0731 IMG_0737 IMG_0747

C’est ici que Mathias 1er épousa Béatrice en 1474 mais c’est aussi ici que Sissi fut couronnée reine de Hongrie avec son époux François-Joseph1er en 1867.

Déjeuner tardif près de l’église Mathias puis nous redescendons vers le pont des Chaînes pour retourner à pied vers Pest. Nous reprenons un bus pour retourner à la clinique. Gérard à RDV à 17h.

En fin d’après-midi, nous prenons un taxi car nous avons pris un ticket pour une croisière sur le Danube et, à pied, nous sommes trop loin. Le Danube est aussi fréquenté que l’autoroute : barges, péniches, bateaux de croisière… IMG_0766
IMG_0820 IMG_0792
IMG_0776 IMG_0779

Le parlementIMG_0788

Les superbes thermes Gellért

Les superbes thermes Gellért. Nous avons réservé pour décembre dans l’hôtel une chambre…

IMG_0805Nous finirons notre soirée dans un restaurant  toujours dans le quartier Belvaros.IMG_0825
IMG_0810

Nous reprenons l’avion demain mais nous reviendrons à Budapest une semaine en décembre, il y a encore beaucoup de choses à découvrir.

Budapest est une destination bon marché. Les vols, en si prennant, à l’avance sont abordables entre 70 et 110 euros A/R. Le logement aussi, compter entre 30 et 60 euros la nuit pour un appartement et pour décembre nous avons réserver à l’hôtel Gellért (pour profiter de ses thermes) à 72€ la nuit avec le petit déjeuner.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

BILAN de 2 années 1/2 et 70 000 kms sur les routes d’Amérique du Sud

C’est avec un petit pincement au coeur et un peu triste que nous avons vu Thanasinh partir sans nous sur le cargo. Mais tout à une fin. 

Pour nous, c’et le retour en France 

Pour Thanasinh, après son retour vers le 15 janvier, il sera mis en vente. Un autre camion est en projet.

Nous sommes partis en juillet 2016

on fête notre départ avec famille et amis

on fête notre départ avec famille et amis

DSC_7039

avec Djinn qui nous rejoindra dans notre périple

Vivement l'arrivée.....

Vivement l’arrivée…..

La question que l’on nous pose le plus souvent : quel pays avez-vous le plus aimé ?

Difficile de répondre : nous avons aimé l’Amérique du Sud en général et nous avons eu plusieurs coups de coeur :

Pour l’Antarctique et les Galapagos mais aussi la cordillère des Andes pour ses pistes et ses lacs, la cordillère blanche, le Sud-Lipez, la Terre de Feu, le Machu-Picchu, Iguazu, l’Atacama… Il y a tant de sites superbes ! 

Baleine en Antarctique

Baleine en Antarctique

Iguazu

Iguazu

le désert d'Atacama

le désert d’Atacama

Machu Pichu

Machu Pichu

le volcan Lanin 4810m - Argentine

le volcan Lanin 4810m – Argentine

_DSC7430

Pour les musées, en tout premier, nous pensons au musée des rois du Sipan au Pérou, le musée de la monnaie en Bolivie, Le musée Larco à Lima,  le musée de l’or et Botero en Colombie.

Le pays qui recèle le plus de sites archéologiques  est sans conteste le Pérou mais nous avons beaucoup aimé les « missions » au Bolivie, les plus belles plages sont au Brésil, pour les animaux c’est au Pantanal, sur les plages argentines et en Amazonie.

les plages brésilienne

les plages brésilienne

Iguane marin au Galapagos

Iguane marin au Galapagos

Chili : pingouin-roi

Chili : pingouin-roi

Ce que nous avons aimé :

  • la gentillesse et la chaleur de l’accueil sud-américain peut-être avec un bémol au Chili_DSC3613_DSC8502

    Partie de pêche à la mouche - Argentine

    Partie de pêche à la mouche – Argentine

  • La police qui passait le soir savoir si où l’on dormait  pour une surveillance nocturne,_DSC2138
  • Le prévenance des gens au Brésil
  • Le service : nous avons toujours été dépanné rapidement et des solutions ont toujours été trouvées

    Vidange, graissage au Pérou

    Vidange, graissage au Pérou

En fait, beaucoup de valeurs que nous avons oublié chez nous, la vieille Europe et qu’il serait souhaitable de retrouver… C’est peut-être pour cela que nous avons vu tant de français exilés en Amérique du Sud.

Mais aussi le climat. Nous avons assez bien géré notre voyage et nous avons eu beau temps en général et nous étions toujours absent pour la saison des pluies.

N’oublions pas ces marchés boliviens et péruviens, ses vendeurs en bord de route de fruits et légumes délicieux qui se faisaient un plaisir de nous faire goûter ses fruits inconnus de chez nous._DSC1705OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mais il y a des choses que nous n’avons pas aimé :

  • La conduite irréfléchie et dangereuse, les coups de klaxonne, les dos d’âne partout, les routes défoncées, les nids de poules, les motos et les tuc-tuc
    parfois des pistes défoncées

    parfois des pistes défoncées

    des pistes improbables

    des pistes improbables

    _DSC7236

    sans parler des barges

    sans parler des barges

    OLYMPUS DIGITAL CAMERAIMG_9578

  • les poubelles au Pérou, OLYMPUS DIGITAL CAMERA
  • les contrôles sanitaires bidon de la Patagonie, 
  • la police du Paraguay complètement corrompue.
  • Les longues distances en lignes droites en Argentine

Bien sûr, tout n’est pas rose. Les Indigènes souffrent encore beaucoup et il y a encore beaucoup de pauvreté dans leur communauté. 

Bien sûr, la coca est toujours une source de revenus pour ces communautés et pour les paysans pauvres en général mais peut-on leur reprocher d’essayer de gagner quelques argents de plus. Que les pays civilisés face d’abord le ménage chez eux. Sans demande, il n’y aurait pas de cultures._DSC7373

Bien sûr, une grande disparité existe entre les grandes mégalopoles et les villages sur la vie quotidienne, les salaires, les écoles, la santé.

Bien sûr, la corruption existe, il ne fait pas se voiler la face.

Derniers regrets :

  • Ne pas avoir été au Venezuela mais le contexte politique ne nous l’a pas permis et la frontière était fermée aux étrangers.
  • Ne pas avoir fait la piste de l’Amazonie et le voyage en barge sur l’Amazone

Sur 70 000 kms en Amérique du Sud, nous avons 

  • Éclaté un pneu 1 fois et crevé 2 fois
  • changé les amortisseurs mais ils étaient déjà bien usés en arrivant
  • Cassé 2 lames de ressort
  • Réparé le démarreur
  • Changé une fenêtre de la cellule (mal fermée et envolée sur une piste)
  • Un croisillon de transmission
  • Un phare
  • Cassé le câble de compteur de vitesse
  • Et des soudures au gré des pistes
    nouvelle fenêtre

    nouvelle fenêtre

    des soudures à refaire

    des soudures à refaire

Plus l’entretien normal : vidange, graissage, freins et en prévention, nous avons refait la boite de transfert à neuf.

Par contre, nous avons été grandement satisfait de Thanasinh sur les pistes et dans la montée des cols. Bien sûr, ce n’est pas une foudre de guerre, il roule à 80km/h mais nous ne sommes pas pressés  !

Notre 1er col à plus de 4200m

Notre 1er col à plus de 4200m

 

Février 2019

Thanasinh est rentré en France par cargo  en janvier et  a été vendu à Xavier. Il retournera fin juillet en Amérique du Sud !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

BOGOTA, dernière étape en Amérique du Sud

Nous prenons l’avion à Carthagène après 2 jours les pieds dans l’eau sur l’île de Bura. 1h de retard, nous arrivons à 19h à Bogota. Un taxi nous emmène à l’hôtel ExpoSuites dans le quartier international. 

La température à Bogota n’est plus que de 20°. Aïe ! On s’habituait au 35°, on a pas chaud !

La ville brille de mille feux : immeubles, buildings, centres commerciaux et jusqu’à la plus petite des maisons, tous sont décorés pour Noël ! 

Dimanche, nous partons en taxi pour le musée de l’or. L’un des plus beaux musées de Colombie. Nous traversons une ville peu engageante : sale, vieillotte, taguée, clodos, drogués… On nous avait prévenu et c’est vrai. Bref, on ne vient pas à Bogota pour le tourisme, ni pour l’architecture ! OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous sommes dimanche, le musée est gratuit et il ya une queue impressionnante mais tout compte fait, ça va assez vite.

Le musée de l’or possède des trésors inestimables et nous nous sommes régalés pendant plus de 2h.

On y voit tous lesparures des peuples pré-incas et incas : plastrons, couronnes, ornement nasal, boucles d’oreilles, colliers, ceinturons en or. Magnifique ! C »est parait-il la plus vaste collection en or du mondeOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

on y apprend la transformation des métaux avec l’or, le cuivre, l’ argent et du platine.OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous passons  par la Plaza Bolivar, le coeur de la ville et bien la aussi, nous sommes déçus. Comme le reste de la ville, c’est sale par contre ça grouille de monde : vendeurs ambulants de saucisses, de fruits, de boissons, de barbe à papas donc tout ce qui se mange et se boit. On rajoute les camelots, les vendeurs à la sauvette qui vendent bonbons, cigarettes, ballons et j’en passe. Et comme c’est un week-end férié, beaucoup de monde.IMG_0036

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Place Bolivar

Le père Noël devant la cathédrale

Le père Noël devant la cathédrale

Visite de la cathédrale.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On déjeune dans un resto avant la visite du musée Botero. Nous sommes restés un peu sur notre faim concernant Botero mais par contre nous avons pu admirer les oeuvres de Picasso, Monet et de beaucoup d’autres peintres européens et sud-américains donnés par Botero sur sa collection personnelle au musée.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Allez  voir ou revoir l’article sur Medelin que nous avons fait pour voir les oeuvres de Botero, si vous ne l’avez pas déjà vu…

non, je n'ai pas servi de modèle !

non, je n’ai pas servi de modèle !

Nous avons continué par le musée de la monnaie et dégusté un gâteau à la pâtisserie française tenue par des colombiens. On confirme l’éclair au café et la crème caramel sont excellentes.

Nous sommes revenus par la carettta 7 qui, sur plus de 5km, c’est tour à tour foire, exposition mais aussi vide grenier. La aussi, tout se vend et s’achète. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Saltimbanques…

Peintre

Peintre

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Jeu d'argent

Jeu d’argent

En Colombie, on fête partout Noël : décorations, Père Noël, Illuminations…IMG_0047IMG_0048

Misère, misère, Bogota ne reflète pas la richesse, loin de là et pour une capitale d’un pays si beau et si chaleureux, on ne peut qu’être déçu et heureusement, nous l’avons vue avec la ferveur de Noël !

Tout se vend, tout s'achète. Du neuf à l'occasion

Tout se vend, tout s’achète. Du neuf à l’occasion

Il se fait tard et vu le quartier où l’on se trouve, nous préférons prendre un taxi et rentrer à l’hôtel.IMG_0050IMG_0052

Lundi, nous voulons aller au musée national : pas de chance c’est fermé le lundi sans compter les églises, elles aussi fermées. On déjeune puis on récupère notre sac à l’hôtel pour l’aéroport.

Notre voyage en Amérique du Sud s’achève là après 2ans1/2 sur les routes.

c'est juste pour la photo maintenant c'est jean et débardeur...

Cartagena des India et Isla de Baru

Nous voici à notre presque fin de voyage : Cartagène !

Un bon toilettage pour le camion juste avant de rentrer dans Cartagène et nous partons pour notre hôtel : « Isla de Capri ». Gros avantage de cet hôtel, le parking  fermé et sécurisé qui peut recevoir le camion car aucun autre hôtel de Caratagène a un parking assez haut et encore on passe tout juste. Le réceptionniste est monté sur la galerie du camion pour soulever les fils électriques et il est face à la mer des Caraïbes.

notre hôtel : Isla de Capri

notre hôtel : Isla de Capri

Dans le même hôtel, on rencontre Chantal et Daniel qui comme nous repartent en France.  Plusieurs fois, nous les avions croisé en Equateur et en Colombie. Ils partaient avec Seabridge mais problème, le bateau ne fait plus escale en Europe, ils sont donc en pourparler avec le même transitaire que nous : 

ENLACE CARIBE SAS

El Cabrero, Cra 3 46-51 Of 1201

Edificio Laguna 46

+57 5 644 6022 – 6446145

Je mets les coordonnés pour les autres voyageurs qui comme nous cherchent un transitaire qui c’est vraiment investi pour trouver un bateau.

Vu leur souci, nous décidons vendredi matin d’aller avec eux chez  le transitaire plutôt que d’attendre lundi comme nous l’avait dit Rachida de Wawe Logistics. Bien nous en fasse, notre bateau est encore retardé de 11 jours ! Après X palabres et l’accord de Rachida et moyennant une rallonge, nous partons sur un bateau norvégien prévu le 9. 

Nous devrons récupérer si tout va bien mi-janvier Thanasinh au Havre. Tout compte fait, cela nous évite d’aller soit en Belgique ou même en Allemagne.

Vendredi après-midi, nous allons au port pour remplir des papiers.  Ah, ces administrations ! On nous donne RDV mardi matin pour la douane et mercredi ou jeudi pour l’anti-drogue. Après, quand tout sera OK, le camion étant sous douane et on pourra partir.

A la douane,  nous rencontrons Estelle et Jacques. Leur camion partira aussi sur le même bateau que nous mais lui s’arrêtera à VeraCruz au Mexique. ILs ont encore une petite année de voyage. 

En attendant, samedi, nous partons visiter le centre historique de Cartagène.

Nous sommes face à la mer des Caraïbesmais la plage n’est guère avenante: une longue étendue de sable sans un ombre. Pas de cocotiers à l’horizon. Au lieu de parasols en palmiers, des bâches en plastiques avec des chaises ! On est déçu ! IMG_9924

Heureusement, Cartagène est une belle ville fortifiée avec des remparts de plus de 13km et la ville est classée par l’Unesco. Le spectacle, comme partout en Amérique du Sud, est aussi dans la rue.

13 km de remparts

13 km de remparts

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’adore ces petites rues avec ses bougainvillées énormes, ces petites places ombragées.

La place Bolivar

Bougainvillés en fleur

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Place Bolivar

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

c'est juste pour la photo maintenant c'est jean et débardeur...

c’est juste pour la photo maintenant c’est jean et débardeur…

On nous explique que les maisons sans étage étaient les maisons des ouvriers tandis que les classes privilégiées avaient des maisons à étage avec des balcons. Et ce sont vraiment ces balcons et ces encorbellements qui font la beauté de la ville. Les maisons sont avec de couleurs vives.Ce qui est plaisant, ce n’est pas une ville musée, c’est une ville qui vie : vendeurs ambulants de fruits et légumes, de cigares, de colliers….OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Visite dans l’après-midi du musée de la ville. On a rarement vu un musée aussi médiocre quand au musée de l’or, il est fermé. Par contre, les églises sont  toujours aussi belles.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Déjeuner dans un des meilleurs restaurants de la ville : bof,  c’était cher et moyen. Jamais contents, ces français !

Ici les joailleries sont à touche touche, l’émeraude est reine. La Colombie est le 1er exportateur de cette superbe pierre et ses sous-sols ont la plus grande réserve mondiale et la plus importante (60%). Lorsque les paquebots de croisières américains accostent, c’est la folie dans les boutiques. D’ailleurs, la vie est très chère à Cartagène, à l’identique de l’Europe !

Au delà des remparts, on aperçoit la nouvelle ville d’un côté

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

et la vieille ville de l’autre côtéOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

T

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Tiens, nous n’avons pas encore rencontré le Père Noël mais on a vu la Mère Noël…_DSC7155

Dimanche, nous nous décidons de retourner dans Carthagène mais aujourd’hui c’es le Triathlon et plus de 2000 candidats de 40 nationalités le font. Les rues sont barrées, peu de monde, le spectacle n’est plus le même. Par contre, il fait très chaud et les athlètes doivent enchainer 1,9km de nage avec 90km de vélo et terminer par 11km de course à pieds.  

Devant le musée navale

Devant le musée naval

Nous parcourons les rues mais tout est différent. Beaucoup de boutiques sont fermées, les vendeurs ambulants ont du faire la grasse matinée sachant qu’avec le triathlon, il n’y aura pas grand monde…

Tiens encore une statue Boterro

Tiens encore une statue Boterro

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Plaza de los Coches et El Portal de los Dulces

Plaza de los Coches et El Portal de los Dulces

Lundi, nous testerons un  restaurant gastronomique de Cartagène avec Chantal et Daniel. Nous nous sommes régalés chez « Carmen » puis nous avons flâné dans la vieille ville et fini la soirée sur les remparts. Nous passerons une excellente journée.

Mardi matin, 7h15, Gérard et Daniel partent avec les camions au port avec un représentant de Enlace Caribes pour la douane. Vérification des plaques, de numéro de châssis et des papiers du camion.

Ça y est le camion est sur le port. Il a passé la douane mardi matin et mercredi matin, il est passé à l’anti-drogue et les scellés sont posés sur les portes. Le transitaire a emmené Gérard et Didier mardi pour les démarches douanières qui se sont faites facilement et rapidement. Les camions sont restés sur le port et mercredi matin, toujours avec le transitaire, fouille des camions mais le tout à été fait rapidement et sans stress.

scellés sur le camion

scellés sur le camion

Didier et Gérard sont rentrés à l’hôtel en fin de matinée et contents, les formalités ont été rapides et simples. Comme il nous reste quelques jours, nous décidons d’organiser une excursion à la Playa Blanca  sur Isla Bura qui est une presqu’île à 38km de Cathagène. 

Avec booking.com, nous réservons dans un hôtel au bord de l’eau 2 chambres. Nous partons tous les 4 à l’aéroport pour réserver nos billets pour Bogota samedi soir et Chantal et Didier pour trouver un vol pour Paris. En attendant je vérifie les mails et là, l’hôtel nous confirme nos chambres mais nous informe que l’on ne peut venir qu’avec la navette fluviale. En voiture, l’accès est difficile et il faut un 4×4 !  La navette part à 8h30 le matin du port mais pour le retour la navette est à 15h30 et nous on prend l’avion à 17h. Pas possible. 

Crise de fou rire : on a un hôtel les pieds dans l’eau mais pas de moyen de transport. On loue donc un duster. 

Et nous allons fêter tout ça le soir sur les remparts. Soirée un peu arrosée mais il fait chaud…

Je ne vous mets pas la photo de nous 4 car la sangria était un peu trop bonne...

Je ne vous mets pas la photo de nous 4 car la sangria était un peu trop bonne et surtout bien fraîche….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Réveil jeudi matin un peu dans le brouillard. Nous partons avec notre Duster pour l’Isla Bura. En fait un pont tout neuf, une route puis une belle piste nous emmène sur la presqu’île et à 10h30, nous sommes les pieds dans l’eau. Le directeur de l’hôtel nous informe que la route n’est en service que depuis 1 petit mois ! OufOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A nous de profiter de ces 2 dernières journées sur les Caraïbes !

balade autour des îles en bateau

balade autour des îles en bateau

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Samedi, retour  à Cathagène pour visiter le fort San Felipe et prendre l’avion pour Bogota en fin de soirée

San Felipe, le plus grand fort d'Amérique du Sud

San Felipe, le plus grand fort d’Amérique du Sud

avec Chantal sur le fort

avec Chantal sur le fort

Nous avons vérifié, Thanasinh vogue vers le Mexique, tout va pour le mieux !