la même photo mais la nuit

Les marchés de Noël à Budapest

La 1ère des 4 semaines de l’Avent marque le début des marchés de Noël de Budapest. Je dis des marchés puisque chaque grande place a son marché.

Mais d’abord comment circule t-on dans Budapest :

  • a pied, le centre est suffisamment petit pour le faire à pied et on peut profiter de voir les immeubles Art Deco.IMG_2402 IMG_2403
  • on peut aussi utiliser les tramways, ils sont très fréquents et nous emmènent partout et rapidement. Le carnet de 10 tickets coutent  3000 Fn soit 10 euros. Ils sont valables pour le métro. Gérard ne paie pas, à  partir de 65 ans on est exonéré moi, je paie encore (normal, je suis jeune !!!!)
  • 4 lignes de métro complètent le réseau
    le métro

    le métro

    IMG_2570 IMG_2569 IMG_2568 IMG_2567

  • les taxis pas très chers lorsque la circulation est fluide mais devient vite cher quand il y a des bouchons. Pour une même course ça peut varier du simple ou triple ou plus si le compteur du taxi n’a pas été mis et après c’est au bon vouloir du chauffeur ! dans tous les cas, bien vérifier que le compteur est enclenché. On les reconnait à leur couleur jaune.

Nous, on a essayé les 4 solutions : à pieds, en tram, en métro et en taxi.

De l’hôtel, je décide de rejoindre la basilique St Etienne à pied. J’ai le temps, Gérard est parti à  la clinique dentaire et nous devons nous retrouver vers 13h. Je traverse le pont de la Liberté ou Szabasdsag hid.

Le pont de la Liberté vu de la grotte

Le pont de la Liberté vu de la grotte

et  passe devant l’université puis tout de suite après le grand marché couvert, le Nagycsarnok.

L'université puis le marché couvert

L’université puis le marché couvert

le marché couvert :

le marché couvert :

C’est bientôt Noël et les échoppes regorgent de toutes les spécialités : terrines de foies gras, miels, paprika en boites, en collier, en poudre.`IMG_2299

 

Face au marché couvert, un tout petit marché de Noël, pas plus intéressant que ça. Je continue par la rue Vaci Utca qui est le poumon commercial de la ville pour aller jusqu’à la place Vörösmarty.

La place de nuit

IMG_2470 IMG_2463Un grand sapin trône sur la place et des petits chalets en bois proposent l’artisanat hongrois : boules peintes, miniatures en bois, fourrures et forcément des immenses restaurants de plein air : saucisses, jarrets, goulash…

du sumon fumé

du sumon fumé

IMG_2339IMG_2407

la Goulash soupe servie dans du pain..

la Goulash soupe servie dans du pain..


toutes les spécialités hongroises regroupées ici  sans oublier le vin chaud. Vin blanc, rouge, jus de pommes le tout chaud avec épices : cannelle, badiane et j’en passe … et avec un supplément on peut avoir en plus une bonne rasade de rhum mais c’est juste contre le froid…IMG_2406Sur cette même place, il est incontournable de ne pas aller manger un gâteau à la très réputée pâtisserie Gerbaud à la façade Art Nouveau et l’intérieur est sublime.IMG_2415IMG_2423

Je  continue vers la basilique Saint Etienne où j’ai RDV avec Gérard.IMG_2343

IMG_2334 IMG_2317

la même photo mais la nuit

la même photo mais la nuit

Nous profitons pour visiter la basilique (voir l’article sur les incontournables de Budapest) . Au pied, le marché de Noël a casé au pied du sapin une minuscule patinoire. On revoit à peu de chose près les mêmes chalets et les mêmes articles. Ici, on déguste comme dans toute la Hongrie au moment de Noël, cette viennoiserie faite au feu de charbon de bois : le kurköskalac. IMG_2318C’est une pâte à pain roulé sur un rouleau en bois et cuit sur un barbecue : du sucre, de la cannelle, de la coco en finition pour lui donner un goût de fête. Le nôtre était à peine cuit, dommage. Toutes les rues adjacentes sont très animées aussi et les marchés se poursuivent bien au-delà des places.

La journée, pas trop de monde mais aussitôt que la nuit arrive (à partir de 16h), les rues s’animent.IMG_2456 IMG_2469IMG_2466

 

La sécurité des marchés est importante : toute les places sont fermées par des blocs béton pour éviter tous passages de voiture. La police, les militaires sont très présents.

 

Puis, on reprend la rue Karoly et c’est une succession de petits chalets. La ville est superbement décorée et comme il fait nuit à 16h, la ville est illuminée et ça donne un air de fête à cette magnifique cité.IMG_2460

 

Sur la basilique et la pâtisserie Gerbaud, on projette à la nuit tombée, sur les façades, un son et lumière.IMG_2471

 

Au Bois de la ville, la municipalité transforme le lac en une immense patinoire qui ouvre le matin et puis à partir de 17h le soir jusque 21h.IMG_2634

IMG_2067

La côte thyrénéenne du 18 au 25 oct

Avec un peu même beaucoup de retard que je poste le dernier article sur la Sicile

Nous avons quitté Catane sans embouteillage et pris l’autoroute. Maintenant l’autoroute est payante mais vu le prix entre 2.50 et 4.50, on ne va pas chipoter. Nous allons tout de même plus vite que de prendre l’étroite et sinueuse route côtière surtout que le chemin de fer la croise souvent et que nous ne pouvons pas passer partout en raison de la hauteur du camion.IMG_2064

On passe au pied de l’Etna que nous avions grimpé la dernière fois. Comme d’habitude, il fume mais les siciliens sont habitués au caprice de leur volcan et il y a 2 ans, des coulées de lave ont fait encore des dégâts. Nous, on a juste été réveillés par un grondement et en pleine nuit, on se demande ce qui se passe.IMG_1982

Le paysage change : les monts Madonie plongent dans la mer et maintenant ce sont des caps et de jolies criques que l’on peut admirer.

Nous resterons 2 jours à Falcone. Petit village de pêcheurs, nous sommes au bord de la plage. Le village est tout proche et le boulanger fait un excellent pain. 
IMG_1989 Gérard pêche et ramène une dorade de belle grosseur. Même à cette période de l’année, les siciliens viennent se baigner et nous aussi, on profite de la douceur du climat et de la température de l’eau. L’eau est d’un bleu cristallin et on regrette d’avoir oublié nos masques et tuba.IMG_1988

IMG_1986IMG_1987

IMG_1993Nous repartons dimanche matin pour Cefalu et oui, il nous faut avancer gentiment.

Cefalu : nous y étions venus !l y a 8 ans et je viens de relire le blog et bien, il n’y a rien a rajouter sauf que là, il y a un monde fou : les plages sont prises d’assaut, les ruelles sont bondées, les restos pleins.

Nous sommes dans un camping à 3km du centre que nous rejoignons en scooter. Dans le camping on profite d’une magnifique piscine de 50m et d’une vue magnifique. Par un chemin, on peut descendre jusqu’à la mer. Le rêve surtout qu’à cette époque de l’année, nous sommes 10 camping-cars : 9 allemands et nous ! mais, où sont les français ?IMG_2065IMG_2067

Cefalu est peut-être un ancien village médiéval de pêcheurs mais maintenant c’est le Saint Trop’ de la Sicile et comme ce n’est pas loin de Palerme, il y a beaucoup de monde : italiens mais allemands, suisses et quelques français. On a l’impression d’être encore en pleine saison touristique !IMG_2007 La douceur de la soirée nous incite à rester boire un apéritif et manger quelques anti-pastis dans un bar de plage.

Dans le soleil de la fin d'après-midi

Dans le soleil de la fin d’après-midi

La cathédrale de Cefalu monument classé par l'UNESCO

La cathédrale de Cefalu monument classé par l’UNESCO

 

Lundi, on déjeune de calamars dans un restaurantIMG_2040 avant d’aller visiter la cathédrale de Cefalu. Elle contient le même Christ rédempteur que la cathédrale de Montréale à côté de Palerme. Toujours impressionnant. Un travail magnifique : que des mosaïques dorées ! IMG_2053

IMG_2054Les rues sont étroites et au détour de l’une ou de l’autre, on a la vue sur la mer ou sur….le linge qui sèche un peu comme à Naples.IMG_2045

IMG_2031Mardi : départ pour Castellamare. On évite Palerme que l’on a déjà visiter et puis nous n’avons pas envie de grandes villes on recherche plus la farniante. Et oui, on change. Nous, toujours à courrir, à aller toujours plus loin, on arrive maintenant à se poser !

 

Trop de monde dans ce village de Castellamare, trop étroit pour le camion pour aller près de la plage mais c’est vrai que les criques ne sont pas facilement accessible avec notre engin alors on continue vers San Vito lo capo.

Le cap a gardé sa nature sauvage. Quelques camping-cars allemands profitent comme nous du cap. On restera jusqu’à la fin de notre voyage, on y est tellement bien. Gérard remet ses lignes à l’eau et avec Djinn, nous profitons toujours et encore de la mer.IMG_2072IMG_2073IMG_2076IMG_2082

 

Le voyage se terminera sur ce magnifique site. Nous avons délaissé les sites mais nous les avions fait il y a 8 ans pour profiter de la mer et du soleil. Mais ce n’est que partie remise car profiter de la douceur sicilienne au mois d’octobre, c’est super….IMG_2081

IMG_1899

CATANE

 

C’est la 1ere fois que nous allons à Catane. En général, nous évitons les grandes villes mais nous voulons voir le marché aux poissons qui est le plus typique de Sicile.

 

Nous arrivons avec la nuit car forcément aux abords des grandes villes, il y a des bouchons !

Catane, c’est 400 000 habitants ! Le terrain de camping de Catane est situé au bord de l’eau, il est tout petit et surtout bien arboré. On arrive à nous trouver une place et de nuit la manœuvre n’est pas simple.

La petite plage privée du camping

La petite plage privée du camping

IMG_1974

 

On se renseigne pour aller au centre historique de  Catane en scooter mais à l’accueil du camping, on nous le déconseille : les scooters immatriculés à l’étranger sont très appréciés par ici ! donc on prendra le bus.

 

Le bus nous déposera place Stesicord ou trône la statue de Bellini. La ville ne nous séduit pas vraiment : tout est gris. Bon, il est vrai que les rues sont pavés de dalles de lave, les façades sont grises et les murs de pierre, gris. Toujours ce gris, couleur de la lave de l’Etna qui par 8 fois à détruit (partiellement ) Catane. Pourtant les églises et les bâtiments sont baroques :  on appelle ça le baroque noir.IMG_1878

 

Nous remontons l’avenue de l’Etna pour arriver devant une 1ère église,  la collégiata sont la façade est superbe.

IMG_1881IMG_1882Puis nous arrivons à la Piazza della Universita où deux palais se font face à face : le palazzo San Gulliano et le palazzo della Universita.


IMG_1886IMG_1887

On continue vers la Piaza del Duomo. Un drôle de fontaine attire l’œil : un éléphant ! c’est l’emblème de la ville.IMG_1889IMG_1964

 

La cathédrale est  dédiée à la sainte patronne de la ville Sainte Agathe. Impressionnante mais dépouillée à l’intérieure ! Nous continuons par l’église Sainte Agathe.IMG_1890IMG_1913

L’église Sainte AgatheIMG_1919IMG_1921

Tout à côté, le marché aux poissons. Alors là, on se retrouve plonger dans un autre temps : des étals de poissons à profusion, des poissonniers qui s’interpellent, d’autres chantent. Une ambiance rarement vue sur les marchés européens. D’ailleurs, en parlant d’Europe, où sont les normes européennes que la France a imposé à nos commerçants sur les marchés ?IMG_1895IMG_1899IMG_1900

Les étals de poissons côtoient les maraîchers mais aussi les tripiers ou les fromagers. Pas de vitrines réfrigérés, pas de glace….mais pas d’odeurs non plus.IMG_1902IMG_1907

 

Nous ferons un tour en petit train pour nous imprégner de l’ambiance de la ville.

 

Tiens, on voit les parapluies de Vesoul à Catane

Tiens, on voit les parapluies de Vesoul à Catane

IMG_1927

Détail d'une fenêtre du Palazzo Biscari

Détail d’une fenêtre du Palazzo Biscari

IMG_1943

L'église n'a pas été achevé mais le monastère abritait jusqu'à 600 séminaristes

L’église n’a pas été achevé mais le monastère abritait jusqu’à 600 séminaristes

IMG_1959


Il est 14h, on a faim. On retourne au marché aux poissons. Des restaurants entourent ce marché et on se régale….IMG_1967

 

C’est la sieste : tout est fermé, églises, petits commerçants, la vie reprendra sont cours vers 17h mais nous serons rentrés au camion. Les grandes villes, c’est vraiment pas pour nous

 

IMG_1829

NOTO, ville baroque classé par l’UNESCO

 

Avant de partir de la Scala dei Turchi, nous partons voir ce qui fait la réputation de la station : les falaises blanches en calcaire.IMG_1768

Après les avoir vu de haut en venant d’Agrigente, nous prenons le scooter pour aller sur la plage : impossible d’y aller en camion les routes sont bien trop étroites et trop en pente. Nous laissons le scooter et après avoir marché une bonne vingtaine de minutes, nous arrivons près des falaises blanches qui se jettent dans une mer cristalline. Que la nature est belle !  Et Dieu sait qu’on le dit souvent.IMG_1740IMG_1743IMG_1751

IMG_1757

même le chien a pris la couleur de la falaise !

même le chien a pris la couleur de la falaise !

IMG_1758

Quelques photos plus tard, nous retournons à l’aire de camping-car pour partir vers Noto.IMG_1735

Sur la carte routière que j’ai acheté à notre précédent voyage, il y a 8 ans, l’autoroute était en pointillée donc en construction, nous espérons logiquement pouvoir la prendre. Et bien non, elle n’est toujours pas construite et nous la prenons qu’à Rosolino presque au terme de notre voyage. L’avantage, c’est que les péages sont toujours inactifs.

Nous sommes sur un trampoline. Bon… mais c’est toujours mieux que d’avoir des routes en état plus que moyen. Toujours et encore des poubelles : pas un parking, pas un bord de route ne sont épargnés.

Après les oliviers, ce sont des cultures maraichères sous serres et on ne voit que des champs de plastiques. Dans les environs de Raguse, la montagne est taillée et d’immenses blocs de granit sont façonnés dans les très nombreuses entreprises.IMG_1779 IMG_1776

Nous avons décidé de ne pas aller à Raguse, Modica et Scicli que nous avons déjà visité il y a 8 ans (voir le blog Sicile 2011) pour aller à Noto, ville baroque, elle aussi et classée par l’Unesco. Nous préférons stationner au Lido de Noto, petit village balnéaire vidé de ses touristes à cette époque de l’année et pour une fois village sympa avec de jolies villas et non pas ces immeubles horribles. L’aire de camping-car est fermé qu’importe nous resterons sur le grand parking de la plage. Nous profitons de l’après-midi pour nous baigner. L’eau est bonne 20-21°, Djinn adore.IMG_1781 IMG_1782IMG_1734IMG_1787

Noto. Quelle merveille !

Nous avons adoré cette ville : une ville baroque mais pas avec une ou deux façades par ci par là. Non, une ville entière enfin là,  je n’exagère presque pas, le centre historique est fabuleux : palais, églises, maisons le tout bien restaurés.  La pierre est légèrement ocre et avec le soleil, le ton est chaud. Un vrai régal pour les yeux.

Nous laissons le scooter devant la porte Reale et prenons le Corso Emanuele III.IMG_1789IMG_1791

Tout de suite on arrive à l’Eglise St François d’Assise. La façade a des colonnes cannelées mais partout ce sera profusion de colonnes, d’encorbellements,  de corniches travaillés de toute beauté : c’est du baroque mais de l’excellent. Par contre, l’intérieur des églises est simple et dépouillé !

L'église Saint François d'Assise

L’église Saint François d’Assise

IMG_1802IMG_1805

On continuera avec la basilique San Salvatore et l’église Sainte Chiara. Ici les églises ne manquent pas. On continue avec la cathédrale. La nef et le dôme, en 1996, se sont écroulés. Tout a été reconstruit mais l’intérieur est presque nu mais moi, j’aime : le tout baroque de l’extérieur au classique de l’intérieur. La façade de la cathédrale est sublime avec ses colonnes et ses 2 clochers. Pour visiter la cathédrale, vous devez monter un monumental escalier à 3 paliers : peut-être commence t’on déjà à faire pénitence rien qu’en montant ses marches !

La cathédrale

La cathédrale

IMG_1810IMG_1813IMG_1814

En face le Palazzo Ducezzio qui maintenant est l’hôtel de Ville de Noto. On peut visiter la salle des miroirs, c’est la seule pièce qui se visite.IMG_1811IMG_1863IMG_1865

La piazza XVI Maggio a une jolie fontaine au pied de l’église San Domenico. IMG_1829IMG_1830

Face à la piazza, le théâtre municipal tout petit mais à croquer. On se verrait bien écouter une pièce de théâtre dans ce décor très roccoco.IMG_1831IMG_1841

Nous nous promenons dans ce centre avec plaisir : des palais, des églises, des monastères, des maisons aux balcons ouvragés et protégés par des grilles en fer forgé.IMG_1846IMG_1854IMG_1850IMG_1847

La grande spécialité de la région est la céramique

 

A 13h30, tout  ferme (sauf les resto)  pour la sacro-sainte sieste et nous  préférons rentrer au camion pour nous baigner. On déjeune d’une salade  avant de partir pour Catane. Mais avant, sieste….

 

 

IMG_1702

AGRIGENTE, site classé par l’UNESCO

De Scala dei Turchi, nous prenons le scooter pour aller à Agrigente à une petite douzaine de kms.

Agrigente n’est pas une belle ville, on a bien fait de rester à Scala.

Agrigente vue de la vallée des temples

Agrigente vue de la vallée des temples

Le site a été aménagé avec plusieurs entrées et plusieurs parkings (tous payants). Pour démarrer la visite, il est conseillé de partir du temple de Junon et de descendre.IMG_1673

Nous prenons la navette entre le parking V et l’entrée 1 pour 3€ par personne.

Il y a déjà beaucoup de monde et pourtant il n’est que 9h30 mais les cars déversent quantité de touristes dont beaucoup de français.

Le tout premier temple est celui de Junon (ou Héra) construit au Vème S. Pourquoi Junon et Héra. Junon est la femme de Zeus pour les romains mais appelée Héra per les grecs.

Le temple de Junon

Le temple de Junon

IMG_1679

IMG_1672

IMG_1674On descend le chemin parmi les oliviers et les amandiers. Sur le côté, les vestiges de l’ancien rempart qui faisait 12km. Les niches servaient de tombeaux au IV et jusqu’au VIII èmeS.IMG_1681IMG_1684

Le temple de la Concorde est le mieux préservé. Il doit son état de conservation au fait que le pape Grégoire Ier, après exorcisé les dieux païens, en fait une église au VIème S.

Le temple de la Concorde

Le temple de la Concorde

Les fouilles continuent toujours

Les fouilles continuent toujours

IMG_1695IMG_1697

Nous sommes un peu déçu par le site : finies les immenses statues tout le long du site. Il n’en reste plus qu’une qui d’ailleurs n’a pas retrouvé ses membres…
IMG_1702

IMG_1703Heureusement, des reproductions de machines nous expliquent comment ont été édifiés ses temples et ça c’est super intéressantIMG_1687

On a particulièrement aimé la grue..

On a particulièrement aimé la grue..

IMG_1685 (1)Juste avant de passer le pont qui sépare les 2 sites, on arrive devant les ruines du temple d’Hercule (ou d’Hercalès). C’est le plus ancien temple d’ Agrigente.


IMG_1706

 

Sur le 2ème site, le gigantesque temple de Zeus de 6000m2. Il n’en reste pas grand-chose, les Carthaginois l’ont détruit en 406 avant J.C car il était la représentation du monde moderne ! Agrigente alors l’une des 1ère démocraties du monde !

Le temple de Zeus

Le temple de Zeus

IMG_1712

Le temple mesurait 113m de long et 56m de largeur. Il n’avait pas de colonne mais des murs pleins et des géants appelés atlantes étaient sculptés et faisaient tout de même 7,65m de haut.

1.75 pour 7.65m rien a comparer...

1.75 pour 7.65m rien a comparer…

Sur le côté, l’autel où l’on faisait les sacrifices : des animaux étaient tués mais la viande était ensuite grillée et servait de festin

 

Plus loin, le temple des dioscures repérable à ses 4 colonnesIMG_1723

 

Déjà 12h30 et après 3h à se balader dans la vallée sous 30°, nous sommes contents de retrouver notre scooter et de rentrer mais avec un détour au poissonnier pour acheter des gambas locales à 12€ le Kg et des loups à 8€ le kg et à ce prix là, ce sont des sauvages pas de l’élevage et ils sont tout frais pêchés !IMG_1726

Excellentes !

Excellentes !

 

IMG_1651

SELINONTE

Ce matin, nous partons par l’autoroute pour Selinonte. L’autoroute est bonne, les routes un peu moins et lorsque l’on traverse les villes, c’est encore moins bon. Partout en bord de route, sur les parkings, des poubelles. Il n’y a vraiment pas eu de prise de conciense en 8 ans de temps.IMG_1650

Le Gaz oil était cher en Italie . Il y a 8 ans on le payait déjà dans les 1.50€ mais c’est toujours pareil. On arrive même à le trouver à 1.43€ comme en France.

 

Je ne vais pas faire un copié-collé de la Sicile 2011 et pourtant, nous ne pouvons pas ne pas faire Selinonte.

 

Selinonte est la plus importante cité grecque de l’Antiquité et l’un des sites archéologiques le plus remarquable de la Méditerranée.

Prêt pour le reportage ...

Prêt pour le reportage …

Fondée au VIIème S avant JC, on ne peut se demander comme à chaque fois comment ces bâtisseurs ont pu tailler, bâtir et construire une cité de 80000 personnes.

LE TEMPLE D'HERA construit au VèmeS avant JC

LE TEMPLE D’HERA construit au VèmeS avant JC

LE TEMPLE D'HERA

LE TEMPLE D’HERA

_DSC7208

_DSC7218_DSC7220

 

Nous trouvons toujours tout petits et humbles devant cette performance. Nous, on parle de pelles, de grues, de PPM lorsque nos ancêtres ne connaissaient à peine la roue ….

Il n’y a pas eu que les Carthiginois qui ont voulu la fin de Selinonte, les tremblements de terre ont fait leur œuvre et les différentes invasions qu’à connue la Sicile ont fait le reste.IMG_1649

Le site est immense mais nous préférons marcher que de louer une voiture électrique et nous partons tranquillement sur la colline orientale ou le temple de la déesse Hera est encore le mieux conservé et le plus majestueux. Pas trop de monde, l’idéal !

En arrière plan, la mer et l'Acropole

En arrière plan, la mer et l’Acropole

Le temple   de Zeus est immense : il aurait fait 5000m2 mais des tremblements de terre n’en font qu’un grand tas de cailloux (bon j’exagère un peu pour les archéologues mais pour les simples touristes, pas plus que ça)

ce qui reste du temple de Zeus !

ce qui reste du temple de Zeus !


Au milieu, le temple d’Athéna est le plus endommagé !

Nous visitons le petit musée puis partons pour l’Acropole situé à l’extrémité du site et qui surplombe la mer. On avait la possibilité de récupérer le camion et de s’en approcher par une autre entrée mais on a préféré continuer à pied

IMG_1654
IMG_1650

IMG_1648 (1)IMG_1651

 

Du site, la mer bleue et le sable de la Marina de Selinonte nous inviterait presque à la baignade et par 30° on serait tenté.

On rentre au camion après 7km de marche. On grignote vite fait, il fait trop chaud pour déjeuner et nous décidons de partir vers Scala dei Turchi que l’on va découvrir.

Au lieu de partir pour Agrigente par la route intérieure, on prend le bord de mer pour aller à Scala Dei Turchi.

65km plus loin, le paysage a totalement changé : de grandes falaises de calcaire toutes blanches plongent dans une mer limpide et d’un bleu cristallin. Parait-il que c’est un des coins les plus beaux de l’île.  Nous sommes en haut des falaises mais pas facile de se garer. Quand à pouvoir aller sur la plage, c’est pratiquement impossible, nous sommes dimanche et les Siciliens sont en week-end et il y a du monde.IMG_1656

IMG_1662IMG_1664Nous trouvons une aire de camping-car plus loin le long de la mer. Parfait pour rester musarder et retourner voir cette merveille.

IMG_1567

MARSALA et MAZARA DEL VALLO

MARSALA

Ah, j’en suis sûr le nom vous dit quelque chose ! mais avant….

Nous avons débarqué jeudi vers 17hà TrapaniIMG_1502

et comme nous n’avons pas envie de faire de la route, nous décidons d’aller à Marausa sur le Lido. On connaît, on y a déjà dormi et ce n’est pas loin.

On traverse les salines qui font la réputation de Trapani et nous voici arrivés.

IMG_1515Ça n’a pas changé, toujours aussi sauvage, toujours les poubelles et toujours aussi sympa face aux îles Favignana.IMG_1520

IMG_15211er bivouac et 1er coucher de soleil….

IMG_1517

 

Après une bonne nuit, direction Marsala et Mazara. Entre les 2, nous trouverons un superbe camping ce qui nous permettra d’aller visiter les 2 villes en scooter.

Nous ne sommes jamais venus sur cette côte, la dernière fois nous avons zappé pour aller directement à Selinonte.

Nous avons retrouvé l’été, il fait 30°. Bon d’accord, nous sommes dans la région de la Sicile Africaine mais tout de même.

Marsala : son nom vient de Mars-el-Allah,  « le port de Dieu »  d’où son nom Marsala. Marsala, c’est aussi le nom du vin produit dans la région. Et savez- vous que le 1er percepteur fut …. Cicéron !

Le centre historique est tout petit mais mignon. On y accède par la porte Garibaldi. Tiens, on l’a quitté en Amérique du Sud et on le revoit ici. Et toujours en guerrier de la liberté…IMG_1531

La porte est l’un des derniers vestiges du rempart qui entourait la ville au XVème S. Garibaldi en débarquant ici lui a donné son nom. Nous sommes bien en Italie et les églises sont plus belles les unes que les autres. Accolée à la porte, une toute petite église de style baroque IMG_1535IMG_1536

Comme dans tous les villages, des petites places avec des fontaines, des bistros, des terrasses ombragées…IMG_1542

Sur la via XI Maggio , la cathédrale domine près du très beau palazzo VII April .IMG_1546
IMG_1543

La cathédrale est  magnifiquement fleurie pour un mariage qui a lieu demain.IMG_1548IMG_1552IMG_1553

De l’autre côté on aperçoit la tour quadrangulaire du XVIème S puis les palazzo se succèdent.

Halte au Palazzo Fiji du XVIIème S. La cour est magnifique.IMG_1558IMG_1560

On nous proposera une dégustation de Marsala : du sec au plus doux et au plus corsé….IMG_1562

Nous apprenons par la même occasion que le Marsala a été inventé par un anglais pour concurrencer le Porto ! Fait à partir de 3 cépages : le grillo, le catarratto et l’inzolia. Entre 17 et 19° d’alcool tout de même ! Il peut être sec ou doux et s’apprécie à l’apéritif comme au dessert.

Visite de l’église du Purgatroire près du site archéologique.

IMG_1575Le gardien viendra nous voir et nous dira de ne pas oublier de laisser une offrande !
IMG_1568IMG_1571

IMG_1572On finira par le marché aux poissons qui a lieu tous les matins ! pas de bol, on a pas l’ambiance !

Une petite anecdote : lorsque nous étions en Amérique du Sud, on disait à Gérard : A toi t’es italien et ici, on a demandé notre route et on nous a dit : à toi t’es espagnol !

MAZARA DEL VALLO

Bon, on y a été à cause du guide du Routard mais franchement il n’y a pas de quoi faire le détour à part pour voir les très belles églises baroques. Et des églises, il n’en manque pas. Mazara était aussi le port d’embarquement des pèlerins pour la Terre Sainte et de nos jours, un important port avec d’importants chantiers navals.IMG_1635

IMG_1624

Très belle cathédrale baroque : pleins de stuc jusqu’aux draperies !IMG_1599IMG_1598 (1)
IMG_1592

un bel autel en argent et un sacristain pointilleux qui ne voulait pas que je rentre profané l’église en débardeur. Heureusement j’avais un pull dans le scooter !

Face à la cathédrale, le Palazzo Vescovite..

IMG_1627

Puis par le quartier de la casbah, on passe devant l’église San Nicolo, fermée. Elle s’élève sur les ruines d’un ancienne mosquée. Ce sont des ruelles très étroites et sur les murs de très belles céramiques.IMG_1601 IMG_1622IMG_1606Nous arrivons à l’église San Francisco réputée pur être la plus belle de Sicile. Dommage, les crépis extérieurs sont mangés par le sel marin et l’intérieur se dégrade.IMG_1610

Là, les artistes se sont amusés : tout est baroque et le stuc est roi : des angelots, des draperies, des peintures et des fresques qui. souffrent du manque d’entretien et de moyen mais l’église est superbe.IMG_1616

IMG_1617IMG_1618L’église Sans Michele est fermée donc on reviendra par les ruelles sur la Piazza della Republica ou se trouve la cathédrale et l’ancien séminaire.