Archives pour la catégorie Paraguay

IMG_6666

Retour au Paraguay via le Brésil

 

Nous avons quitté les missions boliviennes sous la pluie et nous avons passé la frontière entre la Bolivie et le Brésil à Corumba, le 20 mai.

En cinq minutes, les formalités brésiliennes ont été rapides, côté brésilien, il faut maintenant aller sur internet chercher le document pour l’importation temporaire des véhicules. Une fois qu’on va dans le bureau internet du coin qui nous raquette de 50bv au lieu de 3 ou 4 habituellement, on revient avec le papier et sans vérification on a le tampon sur la feuille.

On dort à Corumba près d’une église évangélique. Comme c’est un simple bâtiment, on ne savait pas que c’était une église et comme on est samedi à partir de 19h, nous avons eu droit à la chorale puis la messe puis… qui a duré jusqu’à minuit. Bon, en réalité, ça nous a pas vraiment dérangé.

Nous sommes dans le Pantanal Sud qui est normalement un grand marécage bien que nous nous l’avions vu presque à sec lors de notre passage en octobre dernier, là, tout est noyé sous l’eau. Les animaux, eux sont à l’abri, ils sont pas fous donc on les pas vu.

Au camping, il y a des martineras et Djinn est bien occupée à courir après._DSC0984_DSC0985

 

Nous restons 2 jours à Bonito, le soleil est revenu, il fait chaud, on profite de farnienter. Nous profitons aussi de faire un changement de pneu. Encore des histoires de pneus et bien oui. Il faut savoir qu’avec les pistes et les routes qui n’en sont pas, nous consommons des pneus mais pas de crevaisons pour l’instant. Nos pneus arrières présentent des coupures de plusieurs centimètres. Gérard décide mettre les pneus route à l’avant et les pneus avant neufs du Chili, les mettre à l’arrière. Bien nous en fasse, chez le « goméria » du coin, on s’aperçoit que l’intérieur d’un pneu à une lardasse de 60cm. On a eu de la chance de ne pas éclater sur les pistes.

Nous passons la frontière Brésil-Paraguay à Ponta Pora, le 24 mai. Vite fait d’un côté comme de l’autre. Ponta Pora est comme Cuida del Este et Ascunsion une cité « shopping » mais comme on a besoin de rien, on passe.

Nous n’avons pas fait 20km sur les routes paraguayennes que la police nous arrête pour soi-disant avoir doublé un camion en franchissant une ligne jaune. Ce qui est faux mais c’est la police de la route et elle est particulièrement corrompue. Tout le monde le sait. Les chauffeurs routiers paraguayens les appellent les « mendiants de la route ». Ils mettent systématiquement un billet pour éviter d’être boqués et perdre du temps. Nous, on a rien voulu savoir surtout que c’était faux et on a rien payé. De toute façon, les touristes et les chauffeurs PL peuvent payés.

Nous décidons d’aller à Concepcion, 3ème ville du pays et appelée la « perle du nord ».

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Quelques maisons coloniales ont été restaurées. Quand au reste….OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bon, la perle a un peu, beaucoup, ternie et nous n’avons rien trouvé de bien. On a réussi à mangé sur la plazza des empanadas-frites car même pas un resto d’ouvert. On ne s’éternise pas.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAForcément en partant , on se fait arrêter encore pour donner un petit « régalo » aux flics du coin. Pas de « régalo », on ne parle pas espagnol. Régalo, c’est un cadeau.

Par contre, on trouve sur la route des voitures bien chargées nullement inquiétées ou des mobylettes à 5 personnes …OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Au paraguay, on boit le tereré. C’est du maté mais froid agrémenté d’herbes médicinales. Le matin, sur les trottoirs, au bord des routes, les vendeurs d’herbes sont légions. Ils concoctent des mélanges pour guérir tous les maux : diabète, estomac, rhumatismes…et la décoction est rajoutée a l’herbe à maté.

_DSC0987OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAL’autre grande spécialité est la chipa. C’est un pain fait avec de la farine de maïs, de la farine de manioc, du lait, du fromage et des œufs. On en mange à toute heure et des vendeurs à la sauvette vous en proposent toute la journée à chaque coin de rue, aux feux tricolores, aux péages…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Comme il fait beau et chaud, nous partons pour la Laguna Blanca. On va se baigner et se dorer la pilule encore quelques jours.

La Laguna Blanca est une réserve naturelle et possède un lac avec des plages de sable blanc. Il fait un temps magnifique.

C’est le week-end et nous décidons de rester mais samedi matin à notre réveil, le temps est gris. Nous passons la journée et espérons le soleil pour dimanche. Râté, il pleut, nous décidons d’aller sur Ascunsion.

Nous avons RDV avec Dominique et Philippe à Ascunsion et nous devons récupérer nos pneus français et oui.

Dimanche soir, nous dormons au camping du parc zoologique qui est gratuit et nous allons chercher nos pneus lundi matin. Ah nos « chers » pneus….OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous profitons d’être dans la périphérie d’Ascension pour aller au Lac Ypacarai.  Nous allons visité Aregua, ville réputée pour ses céramiques. Bon, nous, on les a trouvé un peu kich et on a pas beaucoup aimé : les petits nains jardins, le Corcovado ou les dauphins, c’est pas pour nous….

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERApar contre quelques jolies maisons que la ville essaie de mettre en valeur de différentes époques : coloniale, art et déco…OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Nous dormons à San Bernardino, près du lac. C’est le St Trop’ des gens d’Ascunsion mais comme c’est l’hiver et qu’il pleut, nous sommes tous seuls à nous promener.  De très belles propriétés donnent sur le lac.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On ne se baigne plus dans le lac, il est trop pollué par les égouts des villes._DSC0989_DSC0992

 

Itaugua est la ville de la dentelle mais comme les dentellières travaillent chez elles, c’est plutôt raté. Dans un magasin, une dame nous montre comment ce fait la dentelle appelée ici : naduti C’est fait à l’aiguille sur un métier. L’origine est espagnole et de la région de Tenerife. Il est vrai que j’avais vu ça à notre voyage aux Canaries. Pas tout à fait la même méthode mais il y a eu certainement des évolutions d’un côté comme de l’autre. Autrefois blanche, la dentelle a pris des couleurs.IMG_6662IMG_6664

Par contre, les Guaranis ont une légende beaucoup plus sympa sur cette dentelle.

IMG_6665IMG_6666

Nandu, jeune guerrier est amoureux de la fille d cacique ; le cacique refuse le mariage et promet sa fille à celui qui lui rapportera le plus beau présent. Tous les prétendants arrivent avec des présents mais Nandu n’a pas pu aller chercher de présent, sa mère est malade et il l’a veillé. Les prétendants arrivent tous avec des présents : perroquet rare, tatou géant, peau de jaguar. Désespéré, Nandu va en forêt et sa mère le retrouve et voit une toile d’araignée et lui vient l’idée de tisser la même toile avec la ses cheveux blancs. Le travail est si beau et si fin que le cacique émerveillé décide de marier les amoureux.

 

Mercredi 31 mai : Nous sommes à Altos au camping de Hasta La Pasta et nous avons retrouvé Philippe et Dominique mais par contre toujours avec le mauvais temps. Sur Internet,la météo nous indique que sur l’Argentine nord il fait beau, je pense que nous allons partir demain afin de retrouver le soleil.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Encarnacion, perle du Sud

Bon, on veut bien.

Bien que la ville ne nous ai pas marqué outre mesure, nous y revenons en fin d’après-midi pour voir la fameuse costenara.

Nous ne sommes qu’à 30 kilomètres d’Encarnacion. Le temps de nous faire arrêter par les ripoux de flics paraguayens mais comme on les connaît, Gérard n’avait laissé que 7000Gua dans son portefeuille et forcément vu notre indifférence et notre calme et surtout  la somme dérisoire, ils nous ont laissé partir sans rien payer mais en dernier ressort en faisant souffler Gérard dans l’héthylotest….au cas où…..

Nous avons manqué hier soir le dernier carnaval de la saison ! Nous prenons la costenara et allons sur la superbe plage de San José.

arrivée sur la costanara

arrivée sur la costanara

Encarnacion est devenue la ville balnéaire du Paraguay. Un aménagement de 27km sur la côte du Parana a changé l’atmosphère de cette ville. En raison du change favorable, les brésiliens et les argentins, tout proches, viennent y passer leurs vacances.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERALa plage de San José est devenu la sortie des belles soirées d’été. Le soir, un monde fou se promène sur la croisette où des spectacles sont donnés. Bars branchés, restaurants, fast-foods aux enseignes connues dans le monde entier, hôtels, on ne reconnaît pas  le Paraguay.

Pays où le salaire moyen est de 300€ et que plus ¼ de la population vit au-dessous du seuil de  pauvreté.

Nous passons la soirée dans cette ambiance de fin de vacances et oui, pour tous les sud-américains, c’est la reprise : les vacances se terminent avec la fin des festivités du carnaval.

Ce matin, c’était nettement plus calme….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

même le maître nageur est parti...

même le maître nageur est parti…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

les fonds baptismaux

Les missions jésuites du Paraguay : Trinidad et Jesus de Tavarangué

Le 5 mars 2016 :

Nous avons dormi sur la plage de Posadas et dimanche matin, nous avons passé le pont international et les frontières en une petite demi-heure.

Nous voici donc au Paraguay et à Encarnacion. La ville ne nous fait guère d’effet, nous y reviendrons ce soir. Nous partons pour les missions jésuites.

En septembre 2016, nous avions déjà visité les missions d’Argentine : San Ignacio de mini et Santa Anna. Là, on nous annonce des missions beaucoup mieux sauvegardées mais ne vous inquiétez pas, je ne vous referai pas un article sur le but de ses missions. Comme celles d’Argentine, ces 2 missions sont classées par l’Unesco depuis 1993.

Nous nous garons sur le parking de Trinidad del Parana, nous allons déjeuner pour 85000 guaranis. C’est vrai que nous avons fait le plein de gaz-oil pour 1 000 000 Gua. Mais c’est 20% moins cher qu’en Argentine ! il est vrai aussi que le change est moins favorable que l’année passée : 5500 Gua pour 1€ au lieu de 6000.

Devinez ce que Gérard fait ? Il attend pour faire du change au cambio popular

Devinez ce que Gérard fait ? Il attend pour faire du change au cambio popular

L’ensemble  architecturale  est considéré comme le plus complet et le mieux préservé.

Trinidad del Parana

Trinidad del Parana

En se promenant, on se rend bien compte comment était structuré la vie en 1712.  Une grande place centrale avec les habitations des esclaves et leurs ateliers, une grande église et son cloître, son collège et au fond une église plus ancienne.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

les fonds baptismaux

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

les fonds batispmaux

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Gérard et son drone

Gérard et son drone

Nous partons à 11km de là pour le site de Jesus de Taravangue. Il reste debout une énorme église qui n’a d’ailleurs jamais été finie  et c’est la seule mission de ce type architectural. 

l'imposante église de Jesus

l’imposante église de Jesus

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sur le côté, des vestiges du collège et de l’ancien cloître. On y voit encore les bases des maisons indigènes. Les jésuites ont été expulsés en 1767. La longueur de l‘église est de 70m de long et 24m de largeur.

les maisons des indigènes

les maisons des indigènes

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Descente de l’Argentine vers Vedma en passant par le Paraguay du 25/09au 5/10

Nous voici de nouveau au Paraguay. Pour passer la frontière entre le Brésil et le Paraguay pas de problème majeur à part que les bureaux d’immigration et de douane des 2 pays ne sont pas au même endroit et il nous faut courir d’un quartier à l’autre.
Nous sommes arrêtés à Santa Rosa pour faire un peu de change et qui voyons-nous ?
Sylviane et Serge avec leur camion Man. J’avais correspondu avec Sylviane plusieurs mois sur le net lorsque nos camions étaient en fabrication et nous avions gardé contact. Nous nous étions ratés au Maroc et là, sur la route, au Paraguay, sans RDV, nous nous rencontrons. Arrêt immédiat….un pot dans leur camion et …dommage, eux partent pour une croisière sur un bateau entre la Bolivie et le Paraguay/Brésil et nous, nous descendons sur Valdes. Nous ferons un bout de chemin ensemble…la prochaine fois mais qu’il était sympa de se voir après tant d’années de correspondance.
Ils sont en Amérique du Sud depuis 2 ans avec des retours en Suisse régulièrement, et là, nous apprenons qu’ils n’habitent pas loin de Saint Pierre juste de l’autre côté de la frontière.

Sylviane Serge Martine

Sylviane Serge Martine

Nous partons par une route, non une piste enfin une route non revêtue pour la Laguna Blanca où nous serons accueilli par Pedro et nous profiterons d’une journée à farnienté au bord du lac. Ici, le sable est blanc.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

on peut y croiser des cochons....

on peut y croiser des cochons….

ou sont passés les super tracteurs...

ou sont passés les super tracteurs…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Laguna Blanca

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La plage de la Laguna Blanca

Nous ne comprenons pas bien le niveau de vie des parguayens. La vie est assez chère, la viande est très bon marché quelques euros le kg, le Gaz oil est à .90cts d’euro, le pain à 1 euro, peu de légumes verts beaucoup de pommes de terre et surtout du manioc. Vous pouvez acheter pour 0.20cts d’euro des umpanadas (petits chaussons fourrés à la viande hachée de bœuf ou poulet ou jambon-fromage) le long des routes. Ce sont les femmes qui tiennent ces petites boutiques, c’est un complément car les salaires sont bas. Il y a les grandes estancias riches avec d’immenses terres agricoles et les petits fermiers qui galèrent et la petite classe d’ouvriers. Les maisons sont petites et souvent en bois et recouvertes de tôles.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On voit le long de la route des fours à charbon de bois. Bonjour la déforestation mais c’est vrai que pour les parilladas, il en faut du charbon de bois

four a charbons de bois

four a charbons de bois

Le lendemain, nous continuons notre route vers Ascension. Ce ne sont plus les riches terres agricoles que nous avions vu à notre arrivée mais des champs avec des vaches par centaines. Nous nous arrêterons, sur les conseils de Sylviane et Serge, à la « Hasta la Pasta », camping-auberge tenu par des Suisses (expatriés depuis 18 ans) et là, nous rencontrons Christophe, notre compagnon de voyage suisse du cargo, qui parle français alors que sur le cargo, il n’a jamais parlé et un couple de français Brigitte et Alain en camion Man aussi.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous sommes restés le WE et merci à Brigitte pour les leçons d’apprentissage du Caïpirhini…. Nous avons testé ensemble, tout le WE, mes progrès….Les bus de Ascension

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous passons la frontière Paraguay-Argentine sans souci, juste une bière fraîche au douanier paraguayen pour avoir la sortie du territoire du camion. Frontière argentine, on nous fait passer en priorité sur toute la file d’attente des camions de fret pour passer au scanner et hop, nous voici en Argentine. Non sans avoir fait nos achats avant de rhum brésilien car le problème en Argentine, on ne trouve pas de produits importés car depuis la crise économique on doit acheter uniquement argentin pour sortir le pays du marasme économique. D’ailleurs les frais de douane sont très élevés : 60%. Même problème pour l’argent : on ne peut avoir au TAB que l’équivalent de 70€ mais le
paiement par carte s’est généralisé alors nous n’avons pas de problème pour faire le plein du camion car Thanasinh est gourmand vu les kilomètres qu’on lui fait faire. Autre problème de l’Argentine, pour redresser son économie, elle cultive intensivement et elle en a la puissance avec toutes ses terres agricoles le soja, le tournesol et le maïs et elle défriche énormément la forêt primaire d’où les alertes des écolos. Mais peut-on leur reprocher de vouloir sortir de la misère qu’à provoquer cette crise. Ici pas d’assistanat, on voit au carrefour hommes et femmes de tout âge vendre gâteaux (fait maison), légumes….
Formosa, ville animée le samedi soir. Nous y dormirons près du rio Paraguay.

la cathedrale de nuit

la cathedrale de nuit …..

et de jourCAMERA

et de jour

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

des parcs dans les villes

des parcs dans les villes

les argentins sont très croyants

les argentins sont très croyants

Le lendemain, il pleut à verse et ici quand il pleut, il pleut. Nous n’irons pas au parc Chaco à cause de cette pluie mais ce n’est que partie remise. Nous continuerons vers Santa Fé. Nous voulons aller visiter les ruines de Cayasta qui n’est autre que l’emplacement original de la ville de Santé Fé au bord du Rio Javier. Le seul problème c’est que malgré les horaires d’ouverture, c’était fermé. Le gardien nous a seulement dit : « c’est l’Argentine »… heureusement nous avons pu déguster avant du poisson grillé dans une parillada.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Fermé ! et les argentins qui veulent que ce soit classé par l’Unesco

Nous continuons notre route sur Rosaria. Jolie ville sur le rio Parana et ville du lieu de naissance du drapeau argentin. Le « monument nacional à la bandera » fait presque 78m de haut et dans la crique repose la dépouille de Manuel Belgrano, le concepteur du drapeau. Rosario, c’est aussi la ville où est né le Ché Gueverra. Sorti de là, c’est une très jolie ville et nous avons dormi le long du fleuve au pied du monument.

le monument de la bandera

le monument de la bandera

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Visite de la cathédrale

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La place de Mayo

La place de Mayo

la rue piétonne et commercante

la rue piétonne et commercante

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

mais c’est aussi ça :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les villes en Argentine possèdent souvent de très beaux parcs et le soir, viennent les joggers , les enfants et les amoureux…

Rosario de nuit :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

notre bivouac :

dsc_9610
Depuis Rosario, nous sommes maintenant dans la région appelée la « pampa » et il a dû énormément pleuvoir car les champs sont inondés.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Maguari

Maguari

La température n’est plus que de 20°-23° et nous avons presque froid. Après renseignemment, non c’est normal , c’est le printemps.
A j’ai oublié de dire que nous avons et ça, sur tous les pays, des péages sur les routes car ce ne sont pas des autoroutes (il n’y en a pas encore sur les pistes), pas très chers : 1 ou 2 euros à chaque changement de région en général. Espérons que ce soit sur l’amélioration des routes car à part au Brésil, nous n’avons pas vu beaucoup de travaux .
Nous descendons sur Bahia Blanca sur la côte puis Vedma mais actuellement nous sommes arrêtés à General Villegas,

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Notre  périple de Montevidéo à Aujourd’hui en passant par le Paraguay et le Pantanal au Brésil soit 7500 km

nous avons un problème avec un axe des lames de ressort arrière.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous faisons réparé et en même temps, nous profitons de refaire les fixations des plaques de désensablage qui nous avaient lâchées sur les pistes. Depuis, ça tenait avec des cordes…

En attendant je fais de la dentelle et j’ai déjà fait quelques modèles :

le 1er celui-ci a été fait sur le bateau

le 1er celui-ci a été fait sur le bateau

Pour les dentelières : je l’ai démarré seule  et oui il y a une erreur au milieu mais je suis en train de le refaire

modèle 2

modèle 2

modèle 3

modèle 3

Terminé d’aujourd’hui

Cuida el Este

Paraguay

Drapeau du Paraguay.
 

.Symbole national : le lion


Drapeau du Paragu
moiriedu Paraguay

Nous sommes au Paraguay. De Iguazu, nous avons laissé l’Argentine, passé la frontière brésilienne puis 10km plus loin, passé la frontière du Paraguay. Le tout, très facilement. Les démarches se font vite et sans problème. Nous nous sommes arrêtés à Cuilda el Este, la ville-marché qui ravitaille tout le Mercosur sous une averse tropicale qui n’a pas duré très longtemps

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cuida el Este

Cuida el Este

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Qu’est ce que c’est le Mercosur ? C’est un peu comme U.E. le Brésil, l’Argentine, le Paraguay, le Chili et l’Uruguay ont des accords commerciaux et de libre échange.

Nous sommes dans une coopérative agricole et nous faisons monter le système air de  gonflage-dégonflage des pneus. Ici tous les camions sont équipés…..et pour 4 ou 5 fois moins cher qu’en France.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous avons encore changé de monnaie et nous devenons plus riche à chaque fois : nous avons pour 1€ ‘équivalent de 6000 guaranis……d’ailleurs les transactions se payent en dollars américains et ça dans presque tout le Mercosur.

Gérard a été invité à faire le tour de la coopérative qui fait 55000ha. Beaucoup de céréales et de soja. Le Paraguay connait des problèmes de déforestation et replante. La superficie d’une ferme doit être minimun de 5000 ha pour être rentable. A savoir, on considère 2.5 vaches à l’hectare soit environ un cheptel minimun de 1200 bêtes. Le Paraguay est le 2ème producteur au monde de soja. Toute la production de céréales et de soja part à l’exportation.