Archives pour la catégorie Infos pratiques AS

005

Comment faire voyager son chien en Amérique du Sud ?

Moi, c’estDjinn mais sur mon passeport c’est Djinn du Buisson de Choisel. Excusez du peu.  Mais pour rester simple et pour vous, ce sera Djinn. (Ca c’est pour Christine qui a émis la possibilité que j’étais un bâtard….)

Je suis l’épagneul breton de la famille, le 4ème du nom.  Depuis quelques jours, je vois bien qu’il y a anguille sous roche.  Mon maître adoré a sorti ma grosse caisse de transport pourtant il ne l’aime pas beaucoup car elle prend trop de place dans la voiture. Ma maîtresse  a sorti un  sac de voyage.

Câlins à Aquaba (Mer Rouge)

Câlins à Aquaba (Mer Rouge)

Vendredi dernier, j’ai eu droit à une visite chez le véto. D’habitude, j’y vais pour mes vaccins mais là, c’était juste une visite de santé. Le vétérinaire m’a déclaré en bonne santé et apte à voyager et rempli une attestation en français mais aussi en espagnol. Mais voyager pour où ? Je ne le sais toujours pas.  On ne m’a rien dit pourtant pas de camping-car dans la cour et de toute façon, jamais on ne prend la caisse quand on voyage en camion.

Bon, c’est sûr que je suis apte à voyager  ce n’était pas la peine d’aller chez le vétérinaire car je suis une vieille routarde. J’ai déjà été sur 3 continents : de la France à Israël en passant par la Grèce, la Turquie, la Syrie et la Jordanie. Mais l’Europe n’a pas de secret pour moi et je suis même allée au Maroc. Je peux vous en raconter des anecdotes…

A la recherche des gravures rupestres d'Imaoun

A la recherche des gravures rupestres d’Imaoun

Site d'Apamée, moi-aussi j'aime les vieilles pierres

Site d’Apamée, moi-aussi j’aime les vieilles pierres

 

Baignade dans la mer Egée

Baignade dans la mer Egée

Sur les chemins des Alpes

Sur les chemins des Alpes

Câlins par les concurrentes du Trophée des Gazelles

Câlins par les concurrentes du Trophée des Gazelles

Pique-nique en Roumanie

Pique-nique en Roumanie

J’ai bien entendu ma maitresse râler : l’attestation du vétérinaire doit être certifiée par la mairie ou par un notaire.  Ce n’était pas le plus embêtant, Anouck a mis un beau cachet avec sa signature. Tout un dossier a été envoyé par mail à la DDPP  (service de protection des populations, service sanitaire) samedi pour voir si tout est OK. Il fallait le certificat de bonne santé, mon certificat d’identification, mes vaccins et l’analyse de séroneutralisation de la rage.  Puis  ce matin, direction Orléans à la DDPP pour qu’un vétérinaire officiel du ministère de l’agriculture confirme l’authenticité du certificat de bonne santé par un autre cachet puis à la cour d’appel pour avoir l’apostille de la Haye qui, elle, certifie l’authenticité des signatures ! Reçus par des fonctionnaires sympas, nous avons pu régler tout le dossier dans la matinée.  Maintenant que mon attestation est pleine de tampons, je peux voyager. Pour avoir les renseignements, ma maîtresse est allée sur le site : www.annivetvoyage.com et là, tout est bien indiqué et ça pour tous les pays du monde.

ça y est, j’ai entendu mes maîtres discutés et là, il me réserve une surprise : je pars avec eux  en Amérique du Sud. Car,  ils sont partis sans moi pour la 1ère partie du voyage,  le cargo n’acceptait pas les chiens alors je suis partie en vacances chez Cédric.

Pourtant, j'ai déjà navigué : J'ai même mon gilet de sauvetage

Pourtant, j’ai déjà navigué : J’ai même mon gilet de sauvetage

Et je n'ai même pas le mal de mer, ni sur les petits, ni sur les énormes ferrys

Et je n’ai même pas le mal de mer, ni sur les petits, ni sur les énormes ferrys

C’était bien car j’ai retrouvé Dora, leur beagle qui a le même âge que moi et on s’est bien amusé à courir et aboyer après les chats du quartier. Cédric n’appréciait pas toujours.

Ouah, je suis contente de partir mais j’ai aussi entendu dire qu’il y avait 13h d’avion ! Et je n’ai jamais pris l’avion mais pour me réconforter, je me dis que là-bas je vais retrouver mon camion et connaître de nouvelles aventures.

Mon maître lui, a passé 2 mois pour faire expédier 2 pneus. Impossible pour des particuliers d’envoyer du fret en Argentine, Uruguay ou Chili. Les pneus arriveront  au Paraguay. Donc changement dans le voyage, nous partons pour le nord de l’Argentine (en attendant que les pneus arrivent), le Paraguay, la Bolivie et le Pérou…

Alors, surtout, suivez nous pour mes prochaines aventures sur le continent sud-américain……Départ dimanche 5 février 2017

Mise à jour du 15 septembre 2017

Précision : pour l’Uruguay, depuis avril 2017,  il faut que non seulement le chien soit vacciné contre la leichmanose mais aussi il faut avoir un certifcat de séroneutralisation. En théorie, on nous la jamais demandé le vaccin a suffit mais là, tout dépens du douanier !

En France, faire légaliser le passeport à la direction département des services sanitaires ce qui permet de ne pas avoir besoin de l’apostille de la Haye

Attention : lorsque le chien rentre en France, il faut obligatoirement qu’il sit vu par un vétérinaire, avoir un traitement interne et externe et faire valider le certificat de bonne santé par la SENASA dont le bureau est Puerto Madryn. Sinon, le chien n’embarquera pas car à l’aéroport, il faut retrouner au bureau SENASA pour avoir l’autorisation de vol qui ne sera donner qu’au vu des papiers contresignés par la SENASA de perto Madryn. Arrivé en France, aucun contrôle !

Normalement, à chaque frontière un certificat de bonne santé doit être fait par un véto dans les 8 jours mais en réalité, on nous l’a jamais demandé. Au Chili, pour le col de Jama, seul le passeport du chien a été contrôlé et on nous a remis un certificat d’importation. Par contre, on nous signale qu’en Patagonie entre le Chili et l’Argentine, le certificat est obligatoire et là, pas de passe-droit. Pour toutes les autres frontières aucun problème.

INFOS PRATIQUES pour les camping-caristes au départ de l’AMERIQUE DU SUD

Article pour les candidats au départ :

Comme tout le monde, j’ai moi-même cherché les renseignements sur les blogs lorsque nous avons décidé de partir et ça aide beaucoup au niveau des papiers, des assurances….. Alors, je mets à jour les renseignements pour les prochains qui partiront.

Je ne reviendrai pas sur la traversée en cargo. Tout à déjà été dit sur les différents blogs. Nous partons tous via Cathalina à Paris avec la compagnie GRIMALDI qui fait la liaison avec ses cargos 2 à 3 fois par mois.

Au jour d’aujourd’hui car ici ça peut changer rapidement :

 

  • Alcool : ZERO. Exemple en Uruguay retrait 1 an du permis. Jamais controlé sauf au Paraguay 3 fois

 

  • Alimentation : nous avons fait nos courses dans les petits supermarchés. On trouve à peu près de tout. Il y a souvent un rayon viande mais il y a beaucoup de bouchers. Ne compter pas manger du poisson : il n’y en a pas que du congeler et encore…Les marchés boliviens et péruviens sont très bien achalandés

Aux frontières, il existe souvent des hypermarchés mais les prix ne sont guère moins chers par contre ça peut être utile lorsque vous chercher quelque chose de bien particulier ou pour acheter des produits européens : fromage français par exemple

 

  • Argent: prendre des dollars US toujours appréciés à la place de la monnaie locale pour les achats ou réparations. L’euro est inconnu et personne n’en veut. Ca dépanne. Beaucoup de cambios pour changer sauf en Argentine, il faut aller à la banque national et là c’est 2h d’attente. Ne pas oublier son passeport

 

  • Assurance : si vous êtes assurés chez Marie (Allianz) et que vous prenez Wawe Logistics à Montevidéo qui sont aussi Allianz, votre contrat démarrera 3 mois après. Ils sont plus chers que les autres mais nous avons obtenu une bonne remise. A vous de négocier…. Par contre Rachida parle le français. Tout se fait par internet. Nous avons passé 4 frontières avec notre assurance Marie traduit en 3 langues sans souci.

Adresse de Rachidia : 25 de Mayo n°604 à MONTEVIDEO – mail : rachida@wave-logistics.com

pour le Pérou : prendre une assurance chez La Positiva soit en Bolivie à La Paz, soit au Pérou mais là, on peut vous refuser le passage à la frontière au bon vouloir du douanier, soit à Lima, soit à Juliacana pour 8€ par mois au tiers. De toute façon, comme pour les autres pays, le tout risques n’existe pas

 

  • Banque : beaucoup de TAB mais certains ne prennent que les cartes locales alors il faut trouver la bonne banque….attention en Argentine, le montant des retraits est d’environ 70 euros. Pas toutes les banques font du change et souvent dans les « cambios » nous avons eu un meilleur taux. Par contre, nous n’avons pas eu de problème pour payer le gaz-oil avec la carte, elle est à peu près partout accepté

 

  • Bière : les bières locales sont très bonnes et très légères. Pas très chères. Au restaurant, au café si vous êtes plusieurs au lieu de commander des petites bières de 33cl vous pouvez demander une grande bière d’un litre.

 

  • Bivouacs :  aucun problème pour le bivouac. Sur la route, nous avons préféré les stations-service qui font 2 ou 3 ha et l’on peut dormir avec les camions. On peut aussi faire le plein d’eau. En ville, nous avons préféré les quais des fleuves ou les places publiques… ne compter pas dormir sur des parkings, notion inexistante.  

 

  • Campings : pas ou peu de campings et surtout pas aux normes européennes. Nous en avons fait très peu. 

 

  • Change : il y a le change officiel et le change dans la rue. Peu d’écart, nous n’avons pas pris de risque en le faisant dans la rue.

 

  • Chiens : un article a été consacré aux documents pour l’importation d’un chien. Voir le site  : www;annietvoyage.

 

  • Carte bancaire : Visa et Mastercard sont bien acceptées en Uruguay et Argentine. Peu en Bolivie et Pérou. Attention de négocier avec votre banque les frais qui peuvent vite grimper

 

  • Contrôle sanitaire : je mettrai cette rubrique à jour au fur et à mesure de notre voyage. Pour leParaguay, nous n’avons pas eu de contrôles mais d’autres équipages en ont eu….
  • Sur la Ruta 3 après Bahia Blanca environ 15km après, 1er contrôle sanitaire : pas de fruits plus 70 pesos pour décontaminer le camion! toujours sur la ruta 3, 20 km plus loin uniquement un contrôle. Et encore sur la ruta 3 à la frontière des 2 régions après Sierra Grande.
  • Entre l’Argentine et l’Uruguay, notre frigo a été pillé…une fois et les autres fois aucun contrôle !
  • Entre l’Argentine et le Chili, contrôle sévère : tout doit être cuit ou….jeté
  • Bolivie et Pérou : pas de contrôle sanitaire

 

  • Documents officiels : Passeport, permis de conduire, carte grise. Il faut scanner tous vos documents et les mettre dans votre boite mail. Nous avons fait des photocopies que nous avons plastifiés et nous donnons systématiquement ces documents (sauf à la douane).

 

  • Douane : A l’arrivée, l’agent Grimaldi se charge de tout mais après,  pas de problème majeur quand on connait le procédé qui est toujours le même. D’abord l’immigration du pays où l’on sort puis la douane pour dédouaner le camion (obligatoire) c’est-à-dire redonner le papier d’importation du véhicule, puis immigration du pays que l’on rentre et la douane pour avoir le papier d’importation du véhicule. Quelquefois, une fouille ou passage au scanner.
  • selon les postes de douanes, ça passe plus ou moins vite mais parait-il que c’est la galères vers le Chili, la Bolivie et le Pérou. Nous verrons et vous tiendrons informé
  • Pas de problème, nous sommes passé très vite. Une taxe de sortie en Bolivie.
  • Toujours le même principe : on passe à l’immigration du pays sortant puis on donne la feuille d’importation du véhicule à la douane. En entrant dans le pays, immigration puis douane pour l’importation du véhicule. Toujours dans ce sens

 

  • Eau : pour le plein  des réservoirs du camping-car : les stations-services en Argentine, les stations d’épuration d’eau la donne gratuitement en Uruguay. Souvent sur les places publiques, il y a un robinet.

 

  • Fromage : En Argentine, vous trouverez du fromage : du bleu, du genre Edam, du genre on ne sait pas trop. Au Paraguay, il faut l’oublier et au Pantanal aussi. Et il est cher. A la frontière Paraguay, on a trouvé du Brie et du Camembert Président…..en conserve. Bolivie et Perou, nous avons trouvé des fromages de vache sans goût nous les avons amélioré avec de l’huile d’olive et des herbes

 

  • Gaz-oil : nous avons pris le gaz-oil supérieur appelé selon les pays Prenium, S10…. puis nous avons continué à l’ordinaire lorsque nous n’avons plus trouvé. Pas eu de souci. Pour les moteurs récents, il est recommandé de mettre de l’additif
  • En Argentine,Gaz oil 20% moins cher à partir de Sierra Grande sur la ruta 3 (Patagonie)
  • En Bolivie, nous avons négocié notre GO avec 35 et jusqu’à 45% de remise

 

  • GPS : Nous n’avons pas de GPS, nous avons téléchargé sur notre tablette Maps.me qui est très facile d’utilisation et qui coûte quelques euros. On peut aussi téléchargé Osmond

 

  • Guide : Le Routard, Loney-planet et quelquefois le Petit fûté, on a rien inventé sauf les blogs des précédents voyageurs. Une mine de renseignements

 

  • Immigration : Pas de visa pour les français pour des séjours de moins de 3 mois et comme on passe souvent d’une frontière à l’autre en général il n’y a pas de problème sinon faire une prolongation du visa. Attention, au Brésil on ne peut rester au maximun 6 mois dans une année (3 mois renouvelable 1 fois)

 

  • Importation du véhicule : C’est l’agent Grimaldi qui se charge des papiers à la sortie du bateau. Après, selon les pays vous avez une autorisation allant de quelques semaines à 8 mois. C’est en Uruguay que l’importation est la plus longue souvent entre 8 mois et 1 an pratique pour les équipages qui rentrent entre temps en Europe. En Argentine, Chili, c’est 3 mois. Au Brésil, 3 mois et 1 fois renouvelable dans l’année. Au paraguay, nous avons juste demandé 1 mois. Attention de bien rendre en sortant de chaque pays, la feuille d’importation et d’être dans les dates. Un équipage a eu la malchance de sortir avec 2 jours de retard et a dû payer une très forte amende ( négociée à 4000 euros)

 

  • Internet : En Uruguay près des écoles en Wifi libre, en Argentine sur les places publiques mais le plus souvent débit très faible. Possibilité de lire les mails mais pas de vidéos conférences ou d’envoi photos. Des bureaux internet un peu partout mais selon les villes avec des débits plus ou moins rapides.

 

Pain : ah oui c’est bien français. On en trouve partout : dans les boulangeries, les mini-markets, les supermarchés…..Il y a même dans certaines boutiques du « pain français » enfin que de nonm et en Argentine, ils sont très « sucre » et il y a aussi des croissants très collants car ils rajoutent du sucre partout et beaucoup de gâteaux.

 

  • Permis de conduire : Permis de conduire international obligatoire : nous avons été contrôlés plusieurs fois au Paraguay et la police demande uniquement le permis international et c’est l’amende assurée si on ne l’a pas!!!!!

 

  • Police  et gendarmerie : finies les tracasseries que l’on connu les camping-caristes des années précédentes. Aucun problème. Même si parfois on oublie ses phares on nous fait signe sauf au Paraguay où les flics sont des ripoux

 

  • Pneus : pour les camping-cars PL, pas de pneus. Ici, les dimensions ne sont pas les mêmes qu’en France. Partir avec des pneus neufs et des pneus de secours si besoin. Après, il faut les faire venir de France. Faux, depuis nous en avons trouvé au Chili à Santiago et à Antofogasta. Pour les camping-cars classiques ne pas hésiter à monter des pneus tout-terrains

 

  • Restaurant : prix des plats dans les 10€ mais en Argentine les portions sont énormes. La viande est délicieuse. C’est là que nous avons le mieux mangé pour l’instant. Sur la route au Paraguay et dans les boulangeries ou mini-market en Argentine, gouter les « empanadas » (chaussons fourrés de hachés de bœufs ou poulet ou jambon-fromage) pour quelques centimes. Au Pérou et Bolivie,on peut manger dans les « comidas populars » pour quelques euros

 

  • Réparations : nous avons profité de mettre le système d’air gonflage-dégonflage des pneus pour 300$US. Nous avons fait refaire les supports de plaques de sésensablage cassés sur les pistes et changer les lames de suspensions pour 400$US. Prix 6 fois moins cher qu’en France. Nous aurons aussi les vidanges à faire…..

 

  • Sécurité : Nous n’avons pas eu de problème de sécurité. Quelques campings-caristes en ont connus : vols dans les lieux touristiques comme Bariloche mais en général forte présence policière. Eviter les quartiers « chauds » le soir

 

  • Soda : les sud-américains en sont très friands : de tous les sodas et surtout coca-cola. D’ailleurs Coca ne sait pas tromper, il y a plusieurs grosses usines.

 – Vaccins :  Pas de vaccins obligatoires sauf pour l’Amazonie au Brésil : fièvre jaune de moins de 10 ans. Par précaution, nous avons mis à jour le tetanos, fait hépatite A, typhoïde et rage

  • Vin : les vins argentins sont très bons. Notre préférence est pour l’instant au cépage Malbeck

 

  • Visa  : pour les français pas de problème, aucun visa n’est à demandé pour des séjours de moins de 3 mois et comme on change souvent de frontière….