Archives pour la catégorie 3ème séjour : sept. 2017 – déc. 2017

_DSC2620

LE BRESIL EN CAMPING-CAR, en quelques mots :

 

Du 18 septembre au 21 novembre 2017 : 12000 km sur les routes brésiliennes

Tracé en vert

Bleu : 1er séjour, rouge : 2ème séjour, vert : 3ème séjour le Brésil

ACHATS : Merveilleux, on trouve de tout au Brésil ! Des supermarchés dans toutes les villes jusqu’au grands centre commerciaux (nous n’avons pas fait)

 

_DSC1264ARGENT : les brésiliens paient tout avec leur carte, de la glace au restaurant, du boulanger au supermarché. Les cartes françaises sont acceptées partout sans problème. Change uniquement dans les villes touristiques. On ne sait pas pourquoi, il faut juste leur dire « credito » pour les cartes étrangères car « debito », ça ne marche pas. Il y a partout des DAB.

BEMVINDO : Bienvenue est le mot clé de tous les brésiliens, nous avons été partout accueilli chaleureusement avec force d’accolade. Les brésiliens sont étonnés de voir un équipage français visité leur pays et ils sont fiers.

BIERE : c’est la boisson par excellence des brésiliens et les bières sont très bonnes_DSC1901

 

CAMION : Pas de camions 4×4 au Brésil et les brésiliens sont fous de Tanasinh. Si il a été beaucoup photographié sur notre périple en Amérique du Sud, au Brésil, c’était à longueur de journée avec ou sans nous.

 

CAMPING : les quelques campings que nous avons fait étaient toujours bien entretenus et propres mais nous avons fait 1/4 dé camping pour 3/4 de bivouac DSC_1565

 

CHIENS : pas de chiens errants. Que des maîtres responsables !

 

CLIMAT : nous avons aimé la chaleur. Dans notre périple, nous avons peu de pluie et surtout le soleil et la chaleur et nous avons pu apprécié notre clim’ mais nous avons évité la saison des pluies

 

CORRUPTION : tous les brésiliens se plaignent de la corruption et à tous les niveaux

 

COCO VERDE : la boisson nationale rafraichissante

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

DOUANE : passage sans problème et avec le sourire

 

ESSENCE : le diesel est à environ 85cts d’euro ! heureusement le pays est grand. Nous avons toujours pris le diesel « comun » sans rencontrer de problème particulier.

 

EAU : on ravitaillait dans les stations services sans souci. On peut aussi avoir de l’eau potable ! On a jamais manqué d’eau.

 

FRUITS : un régal, de l’ananas à la mangue en passant par tous les fruits, ils sont délicieux et pas chers.  Nous les  achetions souvent aux vendeurs ambulants en bord de la route.

 

INTERNET : ça été comme d’habitude la galère sauf les restaurants où en général, ça passait bien

 

MOUSTIQUES : ce n’était pas la saison des pluies c’est peut-être pour cela que nous n’avons pas eu de problème.

 

MUSEE : gratuit ou 50% de réduction pour les séniors même étrangers.

_DSC2327

PAIN : Beaucoup de boulangerie, on achetait du pain « français ». Il n’avait que le nom mais ….par contre leur « pudding », en fait une crème aux œufs avec du caramel, est délicieux. La recette varie selon les régions.

 

PEAGES : Autour de toutes les grandes villes, sur tous les axes importants ou touristiques, il y a beaucoup de péages heureusement pas chers. Pour 12000 kms et 40 péages, nous avons payé 50€. Du bonheur ! même si on râlait pour la forme.

 

PLAGE : les plages brésiliennes sont magnifiques. Au sud, ce sont des longues plages de sable fin sans grand intérêt sauf pour la pêche mais à partir de Santa Catarina, elles sont splendides_DSC2620

 

POISSONNERIE : enfin des poissonneries ! et du poisson frais et des crevettes sauvages, on s’en est régalés…_DSC1363

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

POLICE : aucun problème avec la police. Aucun contrôle lorsqu’il voyait que nous étions touristes étrangers.

 

POUBELLES : pas de poubelles qui traînent partout, le Brésil est propre. Du plus petit village à la grande mégalopole. Bien sûr il existe des exceptions mais rares

RADARS : avec un grand R car il y en a des centaines et peut-être bien des milliers

 

RESTAURANT : comme partout en A.S, il faut avoir un bon appétit, les plats sont toujours pour 2.IMG_1076

Lanchonnette (resto populaire) au Kg, vous payez ce que vous manger et c’est pas cher_DSC2386

 

ROUTES : bon état général les meilleures que nous avons eu depuis notre périple en A S certaines ressemblaient à un trampoline par moment. D’accord d’autres étaient très abîmés mais il faut relativiser.

Sécurité : pour tous les voyageurs sur l’A.S c’est le mot clé. A aucun moment, nous nous sommes sentis en insécurité. Lorsque nous avons voulu dormir sur des plages, on nous avertissait si il pouvait y avoir des problèmes (seulement 2 fois). Dans ce cas là, nous dormions dans les villages. Bien sûr, nous avons évité les favellas et dans les grandes villes, nous avons privilégié les campings quand il y en avait.

En fait, nous avons TOUT aimé au Brésil sauf les dos d’âne ou gendarmes couchés, des centaines non des milliers.

 

 

_DSC4004

Fin de notre séjour au Brésil

De Sao Francisco, la route est bordée d’hortensias. On a l’impression qu’ils ont été plantés mais pas sur 1 ou 2 km mais sur des dizaines de kilomètres. C’est tout simplement splendide et puis passé les 500m d’altitude, finis les hortensias, fini les alpages, on retrouve la végétation tropicale.OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous voici chez Vettura Camping-cars et bien Pilote, Trigano, et toutes autres marques européennes, niveau marketing, vous pouvez prendre des leçons. Nous sommes reçus aimablement, on expose notre problème à savoir changer notre fenêtre, on nous demande de patienter.

Et bien, oui, ils ont une fenêtre au norme européenne (Dometic) mais beaucoup trop grande. On leur demande s’il est possible de la mettre côté coin repas et celle du coin repas la mettre en cuisine. Pas de problème, c’est tout à fait possible. On nous fait une place dans l’atelier.IMG_8230IMG_8233

Vettura c’est le haut de gamme des camping-cars brésiliens et bien même si nous sommes modestement un petit camion de passage, le remplacement de la fenêtre est fait dans l’après-midi et nous repartons avec une fenêtre plus grande dans le coin repas et dans le coin cuisine. Du bonheur ! On a oublié en France ce qu’ est le service et en plus avec le sourire.IMG_8275

Nous repartons vers le littoral. Gérard en profitera pour pêcher : 3 gros poissons le soir et 1 le matin avant le départ….Photos à l’appui _DSC4006_DSC4008_DSC4004

Nous repartons le lendemain ….

Le soir, on aperçoit  un camping, on s’y arrête. On se dit que l’on pourra avoir internet et bien non. Nous aurions demandé la lune que ça n’aurait rien changé !

En revanche, un super barbecue nous permettra de griller nos poissons. _DSC4010

Beaucoup de vent et le temps s’est drôlement rafraichit, il nous manque 10 à 15° .

 

Nous passerons la frontière en fin de matinée. Fini le Brésil, nous regrettons déjà car nous avons eu de formidables rencontres, nous avons aimé, non adoré le Brésil. Notre seul regret, que notre séjour est été si court. Mais, nous y retournerons, il y a encore toute l’Amazonie et le nord que nous n’avons

_DSC3910

Le parc Aparados et le canyon d’Itaimbezinho

Le 15, nous partons du camping d’Ilotha, à quelques kilomètres sur la route des plages à Comboriu, à regret mais nous devons continuer de descendre.

farniente

farniente

pendant que Gérard pêche

pendant que Gérard pêche

Sur la BR 101, nous voyons un vendeur de camping-car, on fait demi-tour. Depuis le Pantanal, nous avions perdu une fenêtre (nous avions oublié de la fermer) et depuis, nous n’avons jamais pu trouver à la remplacer : seul un plexiglass bouchait l’ouverture.

Très aimable, il nous donne l’adresse d’un fabricant car il ne fait que de la vente et nous fait visiter un camping-car. Au Brésil, il y a des camping-caristes. C’est le pays d’Amérique latine où nous en avons vu le plus et des beaux. Des petits

et oui, il existe toujours le combi WV

et oui, il existe toujours le combi WV

mais des gros et même très gros très bien aménagés et très astucieux.

_DSC3832L’adresse est à Sao Léopoldo près de Porto Allegre. Le détour n’est pas énorme et j’espère avoir enfin une fenêtre dans mon coin cuisine.

Nous ne sommes pas loin du parc Aparados et des canyons. Le plein d’essence fait, nous prenons la route. Une route qui grimpe : du niveau de la mer, nous montons à 1200m par une route

_DSC3857 puis par une piste en pierre. La piste est en lacet et les virages en épingles à cheveux, pas facile.

la route devient piste

la route devient piste

_DSC3880

Par contre, les paysages sont très beaux.

_DSC3868

_DSC3876Nous laissons la forêt tropicale pour des alpages et des forêts de pins puis d’aracacias. Le parc Aparados conserve la seule forêt d’aracacias du Brésil._DSC3897

 

Le parc est interdit au chien comme tous les parcs mais nous jurons grand Dieu de laisser Djinn dans le camion et qu’elle ne sortira pas.

Deux chemins sont balisés pour aller voir le canyon d’Itaimbezinho enfin mal balisés mais balisés tout de même.

Il fait très chaud, on emporte eau et chapeau.

Nous prenons le chemin qui mène aux belvédères des 2 cascades.

_DSC3898Pas beaucoup d’eau mais une très belle vue sur le canyon qui fait 5,8 km de long et entre 700 et 850m de profondeur._DSC3903

_DSC3910_DSC3923

De très beaux aracacias nous font une ombre salutaire sur notre chemin. Ce sont des parasols gigantesques._DSC3902

 

Puis ce sera le chemin du canyon mais on ne voit rien du canyon sur les 2 premiers kilomètres mais pour le dernier kilomètre, on se promène le long de la falaise et là, on voit le canyon du côté opposé aux cascades.

_DSC3955_DSC3958

D’AUTRES PHOTOS SERONT POSTEES ULTERIEUREMENT – INTERNET TRES TRES LENT….. 3H pour les quelques photos …

Nous retournons au camion et avec 7km dans les jambes, on est un peu moins vaillant. Il faut dire que nous avons fait plus de plage que de marches au Brésil ! Heureusement, j’ai pris mes cannes de marche._DSC3937

 

Une voiture de garde forestier passe et pense que j’ai des problèmes puisque je marche avec des cannes. Ici, personne ne marche avec des cannes, il s’arrête et nous dit de monter et nous rentrons en voiture jusqu’au camion avec une autre dame qui s’était fait mal à la cheville.

 

Nous dormirons le soir à Sao Francisco de Paula au bord du lac aménagé. Djinn était ravie de se baigner après être restée toute la journée dans le camion !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_DSC2258

BRASILIA, capitale du Brésil, classée par l’Unesco

Nous quittons Pirenopolis par une belle route. Nous passons devant la très belle cascade de Corumba

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le Goias  fut un temps le repaire des orpailleurs mais vite abandonné car les filons étaient trop peu prolifiques. Par contre, de l’or jaune on et passé à  l’or vert qui fait les fortunes des fermiers. Des champs de colza, de canne à sucre, de maïs par milliers d’hectares. Il faut rappeler que le Brésil est à 90% autonome en énergie grâce aux bio-carburants et aux centrales hydrauliques.

La banlieue de Brasilia est débordante de vie. Tout le long de la route, supermarchés, concessionnaires auto, mécano…

Nous arrivons vers 11h dans le cœur Brasilia mais avant petit rappel :

Nous sommes en1956, le Président brésililen Kubitschek demande à l’architecte Niemeyer de créer une ville dans le Goias. C’était pour ouvrir l’intérieur du pays au commerce et se tourner vers l’avenir. En 4 ans, le projet devient réalité et d’un terrain nu, la ville se construit avec l’urbaniste Costa.

C’est la seule ville du 20ème S. classée par l’Unesco

On aime ou on n’aime pas mais on ne reste pas indifférent à Brasilia.

Elle a été conçue pour être une ville avant-gardiste et elle l’est même encore de nos jours. Lorsque l’on regarde le plan de Brasilia, on remarque tout de suite le plan en forme de cockpit d’avion. Les avenues sont larges pas moins de 2X6 voies plus le terre plein central qui peut faire entre 50 et 150m, il y a des parcs, des centres commerciaux mais aussi des immeubles tous cubiques ça c’était pour éviter les différences sociales : tout le monde avait le même type de logement.

J’imagine bien les fonctionnaires des ministères, des ambassades lorsqu’il leur a fallu quitter Rio de Janeiro pour cette nouvelle capitale au fin fond du Goias.

Les principaux bâtiments qui font la renommée de Brasilia se concentrent sur l’Eixo Monumental.

Notre 1er arrêt sera pour la très belle place « dos cristals ». Elle, elle n’est pas sur l’Eixo

_DSC2246

Nous faisons la connaissance d’un militaire brésilien en poste à Brasilia et qui fait visiter la capitale à des amis. Il parle très bien le français et se fait un plaisir de nous faire le guide et de nous expliquer la signification de la place qui fait face au bâtiment des Armées. Celle-ci fait un triangle parfait qui signifie les 3 pouvoirs : celui de la justice, celui de l’exécutif, législatif. Le symbole des cristaux de quartz c’est pour la force et la richesse souterraine._DSC2244_DSC2249

 

Après les photos et la promesse d’un mail pour nous indiquer comment faire au mieux l’Amazonie, nous repartons vers le centre.

 

Il y a en tout premier le mémorial du Président Kubitschek que nous visiterons en fin d’après-midi._DSC2253

 

Puis au loin, la tour de TV haute de 224m.Nous nous arrêtons à la cathédrale. Elle est connue dans le monde entier pour son architecture._DSC2258

On passe devant les 4 statues des disciples et on accède par une allée en contrebas.

_DSC2265Le dôme représenterait une couronne d’épines mais c’est surtout très harmonieux à l’intérieur._DSC2268_DSC2271_DSC2272

 

A côté, le musée national. Alors là, Gérard a adoré l’architecture et sa rampe incurvée qui symbolise l’anneau tel Saturne. Prouesse technique surtout fait en 1956 ! l’année de ma naissance. Ce n’est pas non plus si vieux que ça._DSC2256_DSC2295

Gérard qui adore le béton est à la noce._DSC2304

Dans le musée une exposition d’art contemporain. Bon ce n’est pas ma tasse de thé mais c’était sympa._DSC2309

_DSC2311

ça c'est de l'art

ça c’est de l’art !

Gérard préfère celui-ci

Gérard préfère celui-ci

Face au musée national, la bibliothèque nationale._DSC2299

 

En remontant toujours l’Exo Monumental, on a les bâtiments des différents ministères, tous identiques : des parallepipèdes pas très jolis puis le très beau palacio do Itamaraty qui est le ministère des affaires étrangères. Il est entouré de bassins et de jardins flottants._DSC2348_DSC2351_DSC2356

 

Puis ce sera le congrès national avec en fond les tours jumelles du Parlement. L’idée des coupoles symbolise l’ouverture de l’esprit à toutes les idéologies avec les 2 tours jumelles_DSC2342

 

En face, le Palais de la Justice avec devant un bassin avec des carpes.

 

_DSC2392Nous arrivons à la « Praça dos Très Poderes » la place aux trois pouvoirs : législatif, exécutif et justice.

Là, on y voit le Palais de Planalto qui est le siège de la présidence.

_DSC2363

Il est plus de 2h et nous n’avons toujours pas déjeuné, nous trouvons un petit resto typique qui sert des « marmites » et fait cuire sa viande au feu de bois._DSC2384

 

L’après-midi sera consacré au musée des populations indigènes et au mémorial JK. On passe devant le théâtre national.

théâtre national

théâtre national

_DSC2408

une très belle exposition…

_DSC2410_DSC2417_DSC2427_DSC2430

Dans le mémorial JK,

_DSC2479nous sommes accueillis par des employés tout de blanc vêtus : costumes blancs pour les messieurs, tailleurs et gants blancs pour les dames. Tout est calme et feutré. La bibliothèque du président est reconstitué avec ses 3000 ouvrages. Un salon était réservé à Sara, femme du Président qui recevait les hôtes. _DSC2459

A l’étage, des vidéos sur les grands moments de la construction de Brasilia ainsi que les différents hommages des autres pays.

Sous une coupelle de verre rouge, le tombeau du Président…_DSC2467

Une collection des vêtements que portaient le président et son épouse._DSC2449

_DSC2469Nous retournerons à notre bivouac devant la place des cristaux pour une nuit calme. Nous sommes sur les rotules enfin les miennes ça va, elles sont costauds…

_DSC2498_DSC2495

Notre impression sur Brasilia : une ville agréable avec plein d’espaces verts, de parcs, d’espaces mais aussi une ville sans âmes : personnes dans les rues, les distances sont trop longues, pas de petits magasins uniquement des centres commerciaux, des blocs identiques.

Mais on a bien aimé tout de même surtout l’architecture des bâtiments emblématiques de la ville et surtout pour une ville aussi gigantesque : 2 millions d’habitants tout de même pas d’embouteillage il n’y a presque pas de feux ce sont des ponts, des tunnels. Si on retient le nom de l’architecte Nyemeyer, il faut aussi se rappeler l’urbaniste : Lucio Costa.

Vendredi matin, nous irons au sanctuaire Dom Bosco. C’est une église monumentale mais pas comme on a l’habitude en Europe c’est un énorme cube composé de milliers de carreaux de Murano en verre bleu, le résultat est saisissant à l’intérieur . Le lustre énorme de 2,6T en verre de Murano servirait de contrepoids à la structure !

_DSC2510_DSC2500_DSC2503_DSC2506

L’impression de Gérard était  de rentrer dans une mosquée heureusement qu’il y avait la croix pour nous rappeler que l’on était dans une église !

 

 

 

 

_DSC2197

PIRENOPOLIS et ses 70 cascades – Brésil

Nous partons pour Pirenopolis. Nous mettons Maps.me en route et nous sommes contents : nous n’aurons pas à repassé par Goianas, une ville tentaculaire de 2 millions d’habitants.

Petit hic que nous n’avions pas vu : c’est une piste. Nous nous étions habitués à des routes asphaltées._DSC2178

Nous traversons le cerrado, nous sommes toujours entre 600 et 900m d’altitude et notre bivouac se fera en pleine nature.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

et une piste…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Passage de gué

 

Mercredi matin, nous continuons vers Pirénopolis et nous visitons la ville.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

rue 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Jolie ville aux allures coloniales mais le gros atout de la ville est aussi dans la nature : 70 cascades dans les montagnes environnantes.

IMG_1136IMG_1140

Avec l'effigie du carnaval

Avec l’effigie du carnaval qui est très réputé au Brésil

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

l’église

Le Tourist information nous donne une carte et son directeur vient nous parler car il parle français. Il nous confirme que peu d’étrangers passent par ici et le déplore.

Avec notre plan, nous voici partis à la réserve Vargem Grande situé à 12 km de la ville. Parc privé et l’on paie note écot pour rentrer. Les chiens ne sont pas admis mais comme on a promis que Djinn resterait dans le camion, on a notre laisser-passer.

La 1ère cascade, la « cochoeira Santa Maria » est à 1 petit kilomètre de marche par un agréable chemin à travers le cerrado. Il a brûlé mais la végétation renaît._DSC2189_DSC2193

Nous sommes à la fin de la saison sèche et les cascades ne sont pas aussi belles qu’à la saison des pluies mais comme il pleut beaucoup, certaines ne sont pas accessibles. Alors ?

Nous nous baignons dans cette oasis de fraîcheur, l’eau nous paraît fraiche mais comme il fait 38° nous sommes ravis._DSC2196_DSC2197

Une petite plage permet de se faire bronzer.

 

Nous allons à la 2ème cascade, la « cachoeira do Lazaro » encore 1,5km de grimpette puis de descente et sous cette cania, on peine mais que ne ferait-on pas pour profiter de la fraicheur d’une cascade ?_DSC2207_DSC2211_DSC2217

Puis ce sera la « cachoeira Usina Velha » mais rassurez-vous, nous ne ferons pas les 70 cascades.

Elles sont toutes sur des terrains privés et forcément, le propriétaire a trouvé une autre source de revenus : faire payer un droit d’entrée aux cascades.

_DSC2220Le soir, nous avons trouvé à côté de la cascade Usina Velha un camping, le « sombra da Mata » avec une super piscine naturelle. On en profite le soir, l’eau vient des cascades et est naturellement fraiche. Quel délassement après une journée de chaleur. Nous décidons de rester demain jeudi. Djinn profite du rio qui passe dans le camping._DSC2224_DSC2228

Djinn a droit aussi à la baignade

Djinn a droit aussi à la baignade

 

Pour les brésiliens, c’est jour férié. C’est la fête de leur sainte patronne : Notre Dame d’Aparecia alors nous aussi ce sera férié : on ne roule pas, on glandera au bord de la piscine.

Bises de la piscine

Bises de la piscine

Coucher de soleil dans la piscine

Coucher de soleil dans la piscine

Comme partout en Amérique du Sud, ce ne sont que rencontres, photos et les brésiliens, malgré la barrière de la langue, ne sont pas en reste. Avec un peu d’espagnol, un peu d’anglais et les mains, on arrive à se comprendre. Nous repartirons avec des renseignements touristiques pour les prochains jours. _DSC2241

 

 

_DSC2142

GOIAS ville classée par l’UNESCO – Brésil

Le Goias, c’est l’état où se trouve Brasilia. Souvent, les voyageurs haut long cours néglige les merveilles que peut réserver cette région. Nous traversons des collines recouvertes du cerrado : petits arbres secs et noueux, végétation faite de broussailles. Les arbres sont si durs que même lorsque le feu détruit tout, les arbres reprennent vie. On y trouve l’ ipé. Chez nous, on connaît l’ipé pour faire les terrasses extérieures car on connaît ses qualités.

Nous voici, sous 38°, arrivés à GOIAS._DSC2099

Goias est classé par l’UNESCO et réserve bien des surprises aux touristes de passage. Petite ville bien préservée et bien entretenue, c’est un plaisir de se promener dans les rues écrasées par le soleil._DSC2164_DSC2103_DSC2100_DSC2104_DSC2106_le kiosque à glaces_DSC2114

Le rio Vermilho sépare la ville en 2. Djinn aurait bien été se baigner car elle aussi souffre de la chaleur._DSC2150_DSC2148

 

La ville compte 7 églises malheureusement nous ne pourrons pas toutes les visiter car certaines d’entre elles sont fermées malgré les dires du Tourist Information._DSC2136_DSC2172_DSC2125_DSC2129_DSC2155_DSC2157

La ville a gardé son petit côté colonial avec ses maisons basses et colorées, ses rues pavées._DSC2139_DSC2142

 

Nous sommes dans l’ancienne ville de la ruée vers l’or. C’est ici qu’était pesé, contrôlé, compté l’or pour les coffres du trésor royal portugais. Mais les mines ont vite été épuisées et les orpailleurs sont partis vers des filons plus juteux.

Nous déjeunerons au marché central dans un petit resto bien sympa. Ici, c’est un buffet à 15 réals par personne ou on mange au Kg. C’est souvent le cas au Brésil de trouver dans les restos populaires de manger au kg.

_DSC2123

Nous avons très bien mangé, la patronne fait cuire sur sa plancha une viande délicieuse et pour une fois, j’ai pu la manger saignante à mon goût._DSC2122

 

 

.

_DSC2055

Le parque de Vila Velha

 

De Blumeau, nous partons à Vila Velha qui se trouve dans la région des « Campos do Parana » près de la ville de Ponta Grossa.

C’est un parc géologique qui protège les formations rocheuses en grès surnommées la « cité des pierres ».

Ce sont d’impressionnants piliers de grès façonnés il y a 500 millions d’années._DSC1972

Jeudi, nous arrivons au parc à 16h mais c’est trop tard. Nous dormirons à la station-service à 2km (merci, Quies !)

Le lendemain matin, temps superbe et chaud, nous nous présentons à 8h45 à l’ouverture du parc.

L’entrée est à 35 réals par personne mais pour les séniors, c’est 10 réals. Au brésil, à chaque fois, nous bénéficions d’un tarif réduit.

Un combi WV nous emmène avec 3 autres personnes au pied des formations rocheuses.

Notre guide explique la formation de ces piliers de grès et grâce à google traduction, il  nous a donné les noms des piliers et avec un peu d’imagination, ça marche.

il y a  le dromadaire, _DSC1981l’indien, Marie, la bouteille de coca, la botte, l’ours, l’escargot, le tepee….

_DSC1979

_DSC1991_DSC1981

C’est une agréable promenade,

_DSC1995_DSC1998il nous rappelle les cheminées de feu de Cappadocce en Turquie, les piliers de grès en République Tchèque ou dans le désert lybien. Que la nature nous réserve de bien beaux endroits.

ce sont des choupines, oiseaux chanteurs

ce sont des choupines, oiseaux chanteurs

_DSC2019_DSC2031_DSC2038_DSC2053

 

Avec ce même ticket, nous avons droit d’aller voir des « furnas ». Le terme « furnas » au Brésil désigne à la fois des gouffres, des cavernes, des caves. Bon, là, ce sont deux gouffres mais on y voit pas grand chose. Autrefois, on pouvait descendre par un ascenseur qui est en panne donc on reste sur la passerelle._DSC2071_DSC2076

 

La 3ème découverte est le « lago dorado », le lac doré mais nous on a pas trouvé les reflets dorés annoncés, ni les oiseaux mais la balade était sympa alors…._DSC2083_DSC2092_DSC2097

 

Nous déjeunerons au parc puis nous partirons vers le nord : direction Brasilia à 1200km. Nous préférons aller à Brasilia maintenant, la saison des pluies démarre au mois de novembre et nous voulons l’éviter. Nous redescendrons la côte en novembre ce qui sera le top pour le temps.

C’est une route verdoyante faite de petite montagne, nous sommes entre 600 et 1000m, les blés sont prêts à être moissonnés.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

joli paysage

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

blé

Il y a aussi des bananiers et des champs de canne à sucre. Et il peut s’en boire des Caïparinis car il y en a des centaines de milliers d’hectares de canne à sucre ou boire aussi le « caldo de cana », c’est le jus extrait des tiges de cannes à sucre. Et là, tout le long de la route, on peut voir des vendeurs de « caldos de cana ».

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

canne a sucre

Comme en France, il y a des péages sur les grandes routes mais nous payons en moyenne entre 3 et 5 euros et Gérard qui a le culot de se plaindre. Et il y a aussi des radars et des radars, il y en a. Heureusement, les points du permis français ne seront pas supprimés. Non, mais avec le camion, on ne risque pas grand chose.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

péage

Lorsque nous faisons de grandes étapes, nous dormons dans les stations services ou dans des petits villages. Nous sommes toujours bien accueillis et les brésiliens n’hésitent pas à venir discuter avec nous. Ils sont toujours étonnés de notre périple.

 

Après 1000km nous voici dans le Goia, nous y visiterons la ville de Goia, Brasilia, Perenopolis. En attendant nous sommes à côté de Calda Novas et nous profitions des eaux thermales. Le rio qui passe au camping est à 34° et les gens viennent se baigner pour soigner leurs rhumatismes.

l'eau à 34°

l’eau à 34°

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Petit déjeuner à 7h

Petit déjeuner à 7h

Il fait très chaud alors nous profitons de la fraicheur toute relative du matin. Il doit faire 28° avant de vous envoyer l’article.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

et il y a même des poissons...

et il y a même des poissons…