_DSC9298

La mine de cuivre de CHUQUICAMATA, la plus grande du monde

 

Impressionnant, grandiose, époustouflant. Que d’adjectifs pour qualifier la visite de la mine de Chuquicamata.

Depuis 1912, les chiliens exploitent cette mine de cuivre mais les Incas connaissaient son existence. Ce sont d’abord les américains qui l’ont exploité jusqu’en 1971, date de sa nationalisation. 

25 000 personnes travaillent dans la mine. C’est une mine à ciel ouvert et  la plus grande du monde avec Escondida au sud d’Antofagasta : un cratère de 5 km de long, 3km de large et 1km de profondeur !

Nous avions réservé par Internet notre visite, c’est obligatoire mais nous sommes arrivés avant le mail …. Qu’importe nous leur avons montré que le mail était bien parti et nous avons pu avoir 2 places pour la visite de 13h. Les instructions sont précises : pantalon, manches longues et chaussures fermées en plus on nous donne un gilet orange et un casque. Sous 30°, il fait chaud mais l’été, je plains les visiteurs.

Un car nous emmène du bureau Codelco à Calama à Chuquicamata en une vingtaine de minutes. Les consignes de sécurité sont strictes.

Les « cerros » autour de Calama sont tous produit par l’extraction du minerai.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après plusieurs contrôles, nous voici à l’ancienne ville de Chuquicamata.

_DSC9253La mine logeait ses salariés. Non seulement la mine logeait ses mineurs mais des magasins, restaurants, hôtels, banques permettaient de vivre en autarcie. L’histoire ne dit pas si la mine avait des royalties dans tous ces commerces. _DSC9258_DSC9255

On retrouve la place « verte » comme dans chaque ville sud-américaine sans oublier l’église et le stade de foot. Bref, à en croire le guide tout était fait pour le bien des mineurs. _DSC9276

_DSC9278

C’est vrai que le tout est joliment restauré et l’on voit peu de ville aussi bien. Les mineurs sont nettement moins bien lotis. On aperçoit que de loin les logements et ne se visitent pas. 

La ville a été évacuée en 2007 suite à la pollution de l’air.

On remonte dans le car pour aller voir la mine. C’est impressionnant. Nous roulons jusqu’à un mirador qui nous permet de voir le cratère. C’est immense. 
_DSC9293_DSC9311_DSC9313

 

A côté une excavatrice, dommage elle n’est pas en marche. Une file continue d’énormes camions chargés de pierre remontent des profondeurs de la terre. 

le car garé devant donne une idée de la grandeur de l'excavatrice

le car garé devant donne une idée de la grandeur de l’excavatrice

file de camions....

file de camions….

Les camions font à vide 150 tonnes et chargent 350 tonnes, ils roulent donc en 500 tonnes. Le moteur est un 20 cylindres en V avec une puissance de 4000 CV. Le prix d’un camion…. 1 million de dollars !

la voiture rouge est un van : plus petite que la roue du camion

la voiture rouge est un van : plus petite que la roue du camion

Le godet de chaque excavatrice, c’est 80 tonnes. 4 godets 1/2, le camion est plein…

Quelques 120 camions transportent 90 000 tonnes/jour de roches extraites.

La mine devrait fermer en 2020 mais déjà une autre mine à ciel ouvert est en activité à côté_DSC9356 (1)

C’est dommage, vous ne pouvez pas avec les photos vous rendre compte de la grandeur des camions et excavatrices. 

Pas le droit de s’approcher pour des raisons de sécurité.

La mine produit 650 000 tonnes de cuivre par an, pur à 99,99% et le Chili est le 1er exportateur mondial de cuivre et son 1er client est ….la Chine. 

La visite se fait en espagnol et en anglais. Excusez nous s’il y a des erreurs de traduction….