_DSC3999

L’Amazonie : 3 jours à Yasuni

Jeudi matin, nous sommes prêts à 8h. Thanasinh restera sagement sur le parking privé et fermé face à l’Armada équatorienne.  à côté de l’agence.

Nous embarquons sur une pirogue à moteur. Hector sera notre guide (il est ornithologue et spécialiste des singes) et Roni, notre cuisinier._DSC3949

Le Rio Napo est immense dans sa longueur et dans sa largeur. Comme nous sommes en saison sèche, des bancs de sable nous obligent à slalomer d’une rive à l’autre. Il faut bien connaître le fleuve pour naviguer et éviter les pièges. Le Rio Napo va au-delà de la frontière avec le Pérou et se déverse dans l’Amazone mais en saison des pluies le Rio Napo peut se révéler très dangereux : il inonde forêts et villages en quelques heures ! La puissance du courant est hallucinante.

Au bout d’une heure de navigation, nous arrivons sur une île. C’est ici qu’il y a un centre d’interprétation sur la biodiversité et le centre recueille les singes. Hector en est le fondateur et aussi le directeur. Attention, les singes ne sont pas en captivité au contraire, ils sont relâchés en pleine forêt._DSC4065

Indiana Jones est prêt ....pour les photos

Indiana Jones est prêt ….pour les photos

Lorsque nous débarquons, Hector est tout de suite inquiet. Les singes font un raffut du diable. La raison : un boa-tigre dans l’arbre où sont les singes pygmés. Ils font 150g et tiendraient dans le creux de la main et le boa-tigre en fait volontiers sont goûter ! Version 2

Aussitôt, à l’aide d’une canne en bambou, Hector essaie de déloger le boa…..Nous, on préfère les laisser faire ! Pas trop téméraire sur ce coup-là !

Mission accomplie, nous voici partis à la recherche des singes. Chose pas facile, les arbres font plus de 30m de haut mais nous arriverons à les voir courir d’une branche à l’ autre, sauter d’un arbre à l’autre.

singe pygmée : 150g le plus petit singe

singe pygmée : 150g le plus petit singe

_DSC3990_DSC3999_DSC4045


Par la même occasion, Hector nous explique les secrets de la forêt amazonienne.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

ivoire végétal

ivoire végétal

champignons comestibles

champignons comestibles

peigne des singes

peigne des singes

6 espèces de singes vivent sur l’Ile et profusion de fleurs

_DSC4084_DSC4055

Déjeuner chez le gardien du centre. Roni nous a préparé un plat typiquement amazonien : poisson -chat, riz et manioc cuits dans une feuille  au feu de bois ! Un délice. _DSC4079

Un orage gronde et nous attendons qu’il passe pour repartir.

on attend la fin de l'orage

on attend la fin de l’orage

Il pleut encore mais le plus gros est passé car quand il pleut en Amazonie, il pleut. Heureusement nous sommes bien équipés le seul problème c’est qu’il fait toujours aussi chaud ! 

L’après-midi, nous repartons en pirogue pour la lagune LimonCocha.La pluie s’est arrêtée. 

A notre arrivée, nous attendons une voiture qui doit nous emmener jusqu’à la laguna mais ici comme souvent en Amérique du Sud, l’horaire est souvent fantaisiste. On attend 5, puis 10 puis 15mn. Toujours pas de voiture alors  on prend un bus qui nous déposera près de la laguna. Hector est furieux mais nous, on en plaisantera. Et savez-vous le plus inattendu, c’est que le téléphone fonctionne en pleine jungle alors que nous à Varennes, on a du mal à avoir une communication nette !_DSC4162

C’est une réserve et là, nous sommes attendus. On prend une pirogue et on part pour l’observation des oiseaux.

_DSC4174_DSC4178 Ici, beaucoup d’oiseaux ont trouvé refuge, on y verra aussi des singes. Gérard se régale en photos.

_DSC4191_DSC4212_DSC4244_DSC4306_DSC4339 Nous assistons au coucher du soleil puis c’est la chasse aux caïmans. Enfin, la chasse en photos et de nuit !_DSC4378_DSC4419_DSC4420

Et de nuit aussi, nous reprendrons notre pirogue pour rejoindre notre « cabanas » pour la nuit. On se demande encore comment on peut naviguer de nuit sans lumière dans la jungle et de trouver le ponton pour débarquer. 

Les lodges et les cabanas sont construits en pleine jungle. Les terrains appartiennent aux différentes communautés indigènes. Dans un souci de développement touristique tout en gardant la priorité d’un tourisme écologique, les constructions sont faites avec des matériaux de la forêts. Seuls les lodges sont plus élaborés avec certainement douches chaudes. Ici, notre cabanes est simple mais ravissante, nous avons beaucoup aimé, le cadre est enchanteur et nous sommes les seuls touristes. Chambre simple avec sanitaire commun à 2 chambres avec douche ….froide mais il fait tellement chaud et humide que l’on est ravi d’avoir une douche. Un groupe assure l’électricité sur le campement jusque 23h. _DSC4103_DSC4117

Dîner et recommandations pour le lendemain. Petit-déjeuner à 5h15 !

Vendredi, départ pour le parc. C’est le plus grand d’Equateur qui couvre plus de 9600 km2 de zone humide, marais, marécages et forêts. C’est une zone encore sauvage certainement dû à sa difficulté d’accès mais peut-être plus pour très longtemps. Les compagnies pétrolières ont déjà fait beaucoup de dégâts dans la forêt amazonienne et désormais le parc est menacé. Les compagnies pétrolières ont des concessions en Amazonie. D’un côté, le pays a pu sortir de la misère économique et le niveau de vie des équatoriens a largement bénéficié des revenus du pétrole mais au détriment des indigènes qui y vivent. _DSC4426

Nous passons devant une falaise où des centaines de perruches ont trouvés refuge puis nous débarquons. Il fait chaud et humide. Nous arrivons à un observatoire. _DSC4437A bout de 30mn arrivent un ara puis un 2ème puis un 3ème. Tout doucement, sur leur garde, il sécurise l’endroit avant de venir se désaltérer à une source._DSC4692 _DSC4578_DSC4607_DSC4616_DSC4741Puis ce sont les perroquets qui viennent boire et enfin ce seront les perruches. Nous sommes émerveillés et Gérard mitraille sans cesse…..jusqu’à bloquer sa carte. Je retire la mienne de mon appareil photo pour qu’il puisse continuer son show!_DSC4779_DSC4682

Nous irons déjeuner dans un autre campement qui sera aussi celui de notre nuit. Immense chambre avec salle de bain (toujours à l’eau froide) avec une immense salle commune !_DSC4823

L’après-midi, en pirogue, nous partons vers une autre destination. Hector nous imite parfaitement les bruits de la jungle : sifflement des oiseaux, cris des singes et nous pourrons ainsi voir  encore des singes. Hector nous fait profiter de son expérience sur la flore et la faune_DSC4959
_DSC4807

on en fait une teinture rouge

on en fait une teinture rouge

Nous allons jusqu’à la tour d’observation haute de 45m ! Gérard montera jusqu’en haut moi avec mon vertige je me contenterai de la moitié ! _DSC4854

Les arbres font en moyenne 35m de haut et d’être au-dessus de la canopé nous donne une idée de l’immensité de l’Amazonie. _DSC4848_DSC4843

Retour au campement. Dîner et coucher 

Samedi matin, on fait la grasse matinée le petit-déjeuner est prévu pour 7h15. Toute la nuit il a plu et il y a eu de gros orages. Ce matin encore, il pleut. _DSC4864

Et nous sommes en saison sèche ! Pendant la saison des pluies, il peut pleuvoir plusieurs jours d’affiler des trombes d’eau. Le niveau de l’eau est monté de 2m dans la nuit ! 

Nous allons au village de Yasuni.

Nous sommes dans la communauté des Kichwa. Les femmes du village nous font visiter le village, nous explique les traditions des indigènes et nous font participer à des danses. On achète quelques babioles. Une jeune femme nous explique la fabrication de la bière faite avec le manioc, nous explique que la case de forme ronde sert pour la cuisine et le feu y est maintenu 24h/24 en raison de l’humidité. _DSC4914Les constructions rectangulaires sont prévues pour les réunions et ce sont là que les femmes se retrouvent pour travailler. Toutes les habitations sont sur pilotis en raison des inondations et des animaux. _DSC4894

Nous aurons 4 heures de pirogue pour rentrer à Coca avec un temps ensoleillé. Ce sera la fin de notre séjour au combien enrichissant ! Nous revenons avec un regard différent sur l’Amazonie, sur les indigènes, sur l’obligation de sauvegarder ce territoire qui rappelons-le est le poumon du monde.

_DSC3835

De Banos à Coca : la ruta del cascadas

Nous voici à Banos. Tous les Equatoriens vous feront l’article sur Banos : c’est l’une des plus belle région de leur pays avec sa forêt et ses cascades.  Nous en repartirons assez vite, la montagne est en feu : hier c’était la fête avec feu d’artifice mais depuis le matin, ça brule. C’est seulement vers 16h que les hélicos sont appelés en renfort pour éteindre l’incendie. Mais ce sont avec des « seaux » d’eau et ça risque de bruler encore un moment.

Nous partirons de l’hôtel-camping Cedro en fin d’après-midi dérangé par les fumées. Nous irons dormir une quinzaine de kms plus loin.

Lundi, nous prenons la « ruta de las cascadas » , le long du Rio Pastaza. Nous sommes encore à 1800m d’altitude. 

Nous arrivons devant la cascade de la Manto de La Novia. Pour la voir de plus près, on prend une « tarabita » ou au choix une tyrolienne position allongée dit « superman ».

_DSC3719 Bon, nous on a joué petit jeu, on a testé la tarabita. On passe d’une montagne à l’autre au dessus de la cascade. Je n’aime pas trop être suspendue dans le vide par un câble : sourire un peu crispé sur la photo mais c’était plutôt sympa ! vue magnifique sur la vallée et la cascade_DSC3751
_DSC3730_DSC3721

_DSC3754Nous rencontrons 2 jeunes basques en moto qui font eux aussi la ruta de las cascadas.

Nous arrivons au « Pailon del diablo, superbe chute. Nous descendons jusqu’au mirador car la descente nous parait un peu trop raide.  Plus loin, la  cascade de Machay. A chaque fois, nous payons 1$. Là, nous décidons d’aller jusqu’en bas. Descendre, c’est dur mais remonter c’est encore plus dur !!!!_DSC3818

Ponts suspendus….

_DSC3835

Nous ferons une halte à Puyo, il fait chaud et humide. Nous dormirons au parc des orchidées mais mardi matin, personne tout est fermé. Pourtant la veille, on nous avait bien dit que ce serait ouvert à partir de 8h ! 

Nous cherchons une agence pour notre trip en Amazonie mais aucune ne nous convient alors on décide d’aller jusque Coca. C’est la basse saison alors que nous sommes en saison sèche ! 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cure d’ananas

Nous traversons la forêt amazonienne. Beaucoup de camions, c’est la route des puits de pétrole. La route est belle et bien entretenue comme toutes les routes d’Equateur.

Nous dormons près d’un resto comme on peut en voir sur tous les bords de route. Ils sont ouverts presque 24h/24.

Là aussi, des cascades qui se trouvent  souvent sur des terrains privés ou des terrains appartenant à une communauté indigène. Il nous en coûte 1$ par pers. pour aller les voir.

_DSC5025

Parfois, on a la chance de  voir des colibris _DSC5052_DSC5061

_DSC5088_DSC5074

on ne manque pas d'eau pour faire le plein

on ne manque pas d’eau pour faire le plein

Quelques villages sur la route, nous sommes étonnés d’être encore à plus de 1000 mètres ce n’est que tout doucement que nous arriverons à 300m juste avant Coca. Il fait très chaud et humide. OLYMPUS DIGITAL CAMERA

débardage du bois

débardage du bois

Nous visitons une chocolaterie communautaire aidé par l’Union Européenne._DSC3877

Nous serons tout sur le chocolat : de sa récolte à la crotte de chocolat fourrée à la manacoya !

les fèves de cacao

les fèves de cacao

cuves de fermentation : les fèves y restent 48h

cuves de fermentation : les fèves y restent 48h

_DSC3874


Mercredi, nous voici à Coca.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous allons au Tourist Information  sur le Malecon pour connaitre les différentes agences et nous faisons notre choix chez SUMAK ALLTA TOUR. L’accueil est sympa et en espagnol. Nous trouvons un circuit qui nous convient. Appel téléphonique : c’est Hector le patron.  Il parle français mais aussi l’allemand, l’anglais, et des dialectes indigènes ! Rendez-vous est pris pour 14h et nous allons au resto en attendant.

La cuisine amazonienne est riche non pas dans sa diversité mais plutôt en calorie. Soupe à tous les repas (petit-déjeuner compris), plat avec poulet ou poisson accompagné de riz, de manioc et de bananes plantain. Les bananes, on les mange en soupe, en chips, en purée, frits, rissolés. Il y a 1000 et 1 manières de les faire ! 

chips de banane

chips de banane

Avec Hector, nous mettons en forme notre circuit : 

3 jours – 2 nuits pour découvrir la faune et la flore de l’Amazonie sur le Rio Napo avec visite de la fondation SUMAK ALL et le parc YASUNI.

Départ jeudi matin 8h.

Dernières recommandations : crème solaire, anti-moustiques, lampe, pantalon léger. Hector nous fournira bottes et poncho pour la pluie.