dsc_0712

Les baleines franches australes de Valdes

Tout, tout, vous saurez tout sur les baleines.

Nous partons de l’agence Bottazzi (voir précédent article) engoncés dans nos gilets de sauvetage et c’est un tracteur qui met le zodiac à l’eau car il n’y a pas de port.

dsc_0523-001 Nous sommes une  quinzaine de « touristes » plus trois accompagnateurs dont Romain qui est français mais qui vit depuis 8 ans en Patagonie et le capitaine. Nous traversons la baie et nous apercevons des phoques près des falaises.dsc_0541

Nous les contournons et nous sommes dans un autre golfe et là, des baleines par dizaine. Au dernier recensement de la semaine dernière, il y en avait 423. Le nombre d’habitants à Puerto Piramides est de 250 ! En fait, les baleines et leur petit viennent ici car il y a une infractuosité dans la couche tectonique ce qui permet aux baleines d’être relativement protégées des orques.

dsc_0572 dsc_0623

Quel régal, quel ravissement, pas de mot pour dire ce que nous avons éprouvé tous. Des baleines et leur petit baleineau : les naissances ont eu lieu il y a un mois, ils sont tout près de nous à évoluer. Romain nous explique que le petit baleineau ne sait pas vraiment nager quand il naît et ne sait pas se retourner dans l’eau, c’est maman baleine qui lui apprend. Papa baleine, lui est reparti depuis longtemps. On aperçoit un baleineau faire du surf sur le dos de sa mère.dsc_0668

Pour nourrir son baleineau qui a besoin de 150  litres de lait par jour, maman baleine n’a pas de mamelle et elle expulse son lait qui a la consistance du beurre et le baleineau vient picorer dans la masse de ce lait très gras. Pour faire savoir qu’il a faim, le baleineau donne des coups de tête. Un baleineau grandit de 3 à 4cm par jour !

Une baleine franche peut peser jusqu’à 27 tonnes et mesurer 12m de long. La femelle est plus grosse que le mâle.

dsc_0712

Une charte a été faite et la législation impose de couper le moteur du bateau à 20m des baleines. Romain nous explique que la baleine franche est une baleine très facile d’approche et n’est pas méfiante d’où sont extermination car il était très facile de la chasser.

Le bateau s’approche des baleines avec leur petit, ils sont  tous près de nous, nous apercevons un baleineau « albinos » – c’est 1% des naissances- mais ces baleineaux sont très menacés par les orques en raison de leur couleur qui se voit de loin. En fait on nous explique que le capitaine approche le bateau mais si la baleine ne veut pas s’approcher, il s’éloigne : c’est à la baleine de décider de venir. Il y a des baleines plus curieuses ou plus joueuses que d’autres.  Doucement, le soleil se couche, et là, une baleine et son baleineau viennent jouer avec notre minuscule embarcation : la baleine pousse le long du bateau son petit et elle, elle passe et repasse sous le zodiac et nous fait un show.
dsc_0749

Nous sommes un peu bousculés dans le bateau mais nous sommes tous ravis, tout en pensant qu’il ne faudrait pas un  grand coup de queue de la baleine pour renverser notre petit bateau…dsc_0747dsc_0767

Le capitaine nous dit qu’il faut maintenant s’éloigner pour ne pas trop l’agacer. Romain nous explique que chaque baleine a son empreinte génétique : les scientifiques les reconnaissent grâce aux callosités qu’elles ont sur le corps et la tête. Les petits naissent avec les mêmes que leur mère plus une ou deux. Ils ont pu ainsi remonter sur 4 générations pour certaines baleines.dsc_0770dsc_0774dsc_0827

la baleine passe sous le bateau

la baleine passe sous le bateau

 

Actuellement, le plus grand prédateur de la baleine est ……la mouette qui en venant picorer sur le dos de la baleine lui donne plein de microbes et de germes de la décharge de Puerto Madryn ou elles vont et bien sûr toujours l’orque.

la baleine et son baleineau

la baleine et son baleineau

Heureusement Romain nous avait prévenu de bien nous couvrir et en rentrant le capitaine a mis pied dedans. Nous sommes rentrés à plus de 25 nœuds. Pour savoir si c’était l’heure, le capitaine a mis ses  doigts sur l’horizon pour avoir l’écart entre le soleil et l’horizon. 3 doigts, c’est bon, on rentre. Mieux qu’une horloge suisse.dsc_0723

dsc_0732

A notre retour, un verre de vin nous est servi avec quelques amuse-bouches.  C’est aussi un moment de partage et d’émerveillement sur la nature et sur ce que nous avons vu. On nous projette des photos prises lors de notre sortie en mer mais aucune photo ou film ne peut décrire ce que nous avons ressenti. C’est vrai que plus jamais, on ne voudrait voir tuer les baleines après cette expérience unique.

2 réflexions sur “ Les baleines franches australes de Valdes ”

  1. Génial le blog, et evidemment ce post en particulier! C’était un plaisir d’avoir fait votre connaissance, quelle belle soirée. Ca y’est nous on prend notre dernier avion dans 3 heures pour Bruxelles… Le periple fut incroyable jusqu’au bout! Bonne continuation a vous 2!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *