OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Escale technique a Uyuni

 

Nous arrivons à Uyuni vers 14h. Notre 1ere démarche est de se présenter au bureau de l’immigration. Pas de chance, ils ne font pas la douane, il faut aller à Potosi. On nous demande de prendre des photos des réparations pour bien prouver que nous étions dans l’incapacité de faire la douane à Apatcheta. Puis direction le « cambio », il nous faut changer des espèces car ici tout ce paye cash. Les cartes de crédit sont inconnues.

_DSC6711

D’après le Routard, la ville est un point de non retour et il faut juste venir ici pour aller dans le Salar. Et bien, nous leur demandons de revoir leur jugement ou ça fait longtemps qu’ils y ont mis les pieds. Bon, les faubourgs s’est pas le pied mais que dirons-nous de certaines banlieues parisiennes.  Le centre ville est agréable avec son marché, ses petites échoppes, ses petits restos. Petite ville typique de Bolivie.

_DSC6643 IMG_6522

Nous trouvons vers 17h un garage qui a la clé de 46 pour démonter l’ancrage et le réparer et nous avons RDV  le lendemain matin et nous propose gentiment de dormir dans la cour.  Nous passerons notre fin d’après-midi dans Uyuni.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

le marche

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

la tour d Uyuni

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Feuilles de coca en vente sur le marche

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

fruits et legumes

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous irons chez Entel pour une puce pour le téléphone et une clé wifi mais comme elle est chargée au mini, on a pu juste lire les mails maintenant il faut trouver une boutique pour la recharger….

La particularité de cette région est que nous sommes en plein désert, que la nuit est froide, il gèle  souvent la nuit mais la journée, le soleil réchauffe vite la température et que l’on se croirait en été. L’hiver, la température peut descendre à -25°.

Mercredi matin, Gérard avec les mécanos détachent les sangles et Gérard retirent tous les câbles qui partent des batteries et du coupe-batteries.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La cellule est soulevée pour démonter l’axe cassé. Réparation et soudure. Manque de chance, coup de jus en soudant et le câble de masse brûle entièrement.IMG_6523 IMG_6534

Et comme c’est le câble de masse qui recharge les batteries du camion et qui va au Vectron, il faut le changer.

Donc, on décharge les soutes pour avoir accès au Vectron puis Gérard repasse un autre câble (qu’il faut déjà trouver) et après 3 bonnes heures de travail, c’est bon. Entre-temps, l’axe est ressoudé et les renforts pour le porte-batteries est fait. Le tout est remonté jeudi matin.  Gérard en a profité pour remettre les rivets à la galerie qui avaient pratiquement tous sautés.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Réparations faites, départ pour Potosi par une superbe route goudronnée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Que c’est bon une bonne route. De plus, le paysage est fantastique. Je crois que c’est ce que nous retiendrons le plus de ce voyage : les paysages grandioses.

_DSC6716_DSC6724

Nous avons 200 km entre Uyuni et Potosi mais à chaque virage, à chaque changement de vallée, les montagnes sont blanches, puis rouges puis ce sont des dunes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous mettrons tout de même 4h pour rejoindre Potosi à 4000m d’altitude.

Pour la visite du Salar, ce sera pour plus tard car il est toujours sous l’eau et l’on ne peut pas aller voir les îles alors nous y reviendrons.

_DSC6630

Le Sud Lipez : laguna Colorada

Partis de bonne heure des thermes, nous avons mis 3h pour aller à la Laguna Colorada sans toutefois trouver la douane.

Comme la veille, la piste est dure et cassante avec de la tôle ondulée très prononcée. On avance à rien surtout avec la cellule qui ne tient plus que sur 2 points d’ancrage et en plus le porte batterie lache. 2eme sangle!_DSC6680

Les paysages sont fabuleux lorsque l’on arrive enfin au bout des 45km à la laguna Colorada.

Nous avons rencontré que 3 4×4 sur les pistes et nous sommes vraiment seuls au monde perdu dans cette immensité.

 

Le lac Colorada est rouge, tout rouge. Ce sont des algues microscopiques qui donnent cette couleur et qui servent de repas aux flamants._DSC6606_DSC6613

Alors là, c’est magnifique. On oublie vite la mauvaise piste, le lac est rouge parsemé de milliers de points roses : ce sont des flamants de James.

 

On arrête le camion, Gérard sort le drône et moi, je m’approche du lac pour photographier les flamands.

 

Les volcans entourent le lac et sont un écrin pour cette merveille.

_DSC6619_DSC6623
_DSC6627

Nous resterons déjeuner dans ce paradis puis retournerons en enfer. La piste est de plus en plus mauvaise et c’est avec joie que nous verrons le bâtiment des garde-parcs. Nous leur indiquons que nous n’avons pas trouvé la douane et elle est à 60km de là.

Pas assez de GO pour faire aller-retour et aller jusqu’à San Cristobal à plus de 150 km de là. De plus, on ne veut pas prendre de risque avec la cellule.  On part à San Cristobal tant pis si on a une amende car il faudra de toute façon aller à une douane déclarer le camion….

Jusqu’à San Cristobal, la piste n’est guère meilleure, nous avions un peu d’espoir pensant qu’une fois sortis du parc, la piste serait roulante et bien non._DSC6705

Nous passons devant dans champs, la montagne est rouge ce sont des champs de quinoa. Nous voyons le 1er village depuis San Pedro d’Atacama, les boliviens sont beaucoup plus typés et beaucoup de femmes sont encore en tenue traditionnelle. C’est plus dépaysant que l’Argentine, l’Uruguay ou le Chili._DSC6688

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le Sud Lipez . la laguna Verde aux thermas Polques

 

 

Dimanche matin, nous faisons nos adieux à Dominique et Philippe qui retournent à Calama. Philippe doit faire des examens de sang et à Annie et Bernard restent encore ce dimanche à San Pedro.

comme tous bons francais, meme a l autre bout du monde : apero

comme tous bons francais, meme a l autre bout du monde : apero

Nous nous arrêtons à la boulangerie française acheter le pain, croissants et  pains au chocolat. Mon Dieu, qu’ils sont bons. Ce sont de vraies viennoiseries françaises ! Les 1ères de notre périple.

 

Les bureaux de l’immigration et la douane chilienne sont à San Pedro d’Atacama. Nous faisons notre sortie de territoire en 10mn et nous voici parti pour monter à 4500m. Nous prenons la direction du col de Jama puis nous bifurquons sur la Bolivie

Nous mettrons 1H30  pour faire les 40 km entre San Pedro et la frontière bolivienne.

batiment immigration bolivienne

batiment immigration bolivienne

Entre temps, accident sur la route : un semi  transport de véhicules a perdu le contrôle et son chargement. Toutes les voitures et la semi sont dans le fossé. Pas étonnant, les chauffeurs PL sont de vrais kamicazes au volant.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le poste de douane bolivien est  un bâtiment perdu dans la montagne sans eau, sans électricité, un poste radio et un panneau solaire pour le minimun. Un coup de tampon sur le passeport pour 1 mois. La douane pour le camion, c’est 80km plus loin.

On gagne au passage 1H au lieu de 12h45, il est 11h45. Ouf la douane ferme entre 12 et 14h.

 

Nous sommes dans le Sud Lipez et 10km après on pénètre dans  la réserve nationale de faune andine Eduardo Avaroa.  On s’arrête pour donner notre écot 150 bolivars par personne. Une petite documentation des merveilles à ne pas manquer et nous repartons. La piste est cassante et dure ça promet …La température a chuté et il y a beaucoup de vent.

 

Nous partons pour la Laguna Blanca et la Laguna Verde. Elles sont l’une à côté de l’autre et l’une est blanche

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

laguna blanca

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

et l’autre verte. La laguna verde est célèbre pour sa couleur du à la forte concentration d’arsenic surtout depuis que  la NASA, de la navette spatiale,  l’a photographié. La photo a fait le tour du monde.

Photos du mirador de la laguna verde. Sur la laguna blanca, des flamands mais trop loin. Gérard décide de faire un film avec le drône mais le vent est  fort qu’il a du mal à le contrôler.

Comme il est encore tôt, nous décidons de continuer.

_DSC6477

_DSC6494
Nous continuons vers les  « thermas Polques » ce sont des sources chaudes à 40°.  Nous avons  35km à faire. La cellule tape, Gérard d’arrête, le point d’ancrage avant est cassé. On avait déjà cassé l’autre et réparé à la sortie de la piste de Iberia en Argentine. Là, au milieu de nulle part, on peut pas réparer. Gérard passe une sangle pour stabiliser la cellule car la piste est mauvaise.

_DSC6643

 

Après quelques kilomètres, la piste s’améliore et nous passons devant des paysages à couper le souffle, nous sommes entre 4500 et 4800m. Nous avons pris hier et ce matin de la tisane de coca pour le mal d’altitude.

_DSC6512

Nous passons devant le « Désert Dali », ce sont des pierres volcaniques qui ont des formes surréalistes  près du salar de Chalviri

La piste qui s’était amélioré juste le temps de le dire est de nouveau cassante, nous prenons des pistes auxiliaires lorsque nous le pouvons ou mieux du hors piste. Ça améliore un peu le confort de conduite.

 

Nous arrivons aux thermes : piscine minuscule et quelques maisons dont un hôtel…de charme. Ce sera notre bivouac du dimanche soir._DSC6517_DSC6488 _DSC6643

Comme nous sommes à 4300m le Webasto ne marche pas heureusement nous avons notre chauffage électrique d’appoint….

Lundi matin dès 7h, les tours opérators arrivent. La piscine est prise d’assaut alors qu’il fait tout juste quelques degrés mais l’eau n’est-elle pas à 40°…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA