_DSC0312

La vallée sacrée des Incas

C’est le grenier des Incas qui cultivaient maïs, blés, pommes de terre. Les incas ont érigés d’immenses terrasses pour cultiver le long des parois des montagnes. On en trouve sur tous les sites. La culture en terrasse est toujours d’actualité. La vallée large est propice à la culture en plus il y a des rivières et des sources. En ce moment c’est le ramassage des pommes de terre qui se fait toujours à la main. Dans les champs, les femmes les ramassent puis les hommes passent la charrue avec les bœufs.

ramassage des pommes de terre

ramassage des pommes de terre

champs de blé, de céréales. Tout pousse même à 3500m d'altitude

champs de blé, de céréales. Tout pousse même à 3500m d’altitude

_DSC0386

 

Plusieurs sites dans cette vallée. Nous verrons les principaux, en manquerons quelques uns mais il faut aussi faire des choix. Pour visiter les sites, nous avons du acheter le boleto turistico à 130 soles.

Sur la route de Pisac, nous irons à Q’enqo qui était un sanctuaire très important dédié au culte du Puma. Le monolithe à l’entrée représenterait ou aurait représenté un puma (dieu de la guerre). Nous, nous n’avons pas d’imagination et c’était en fin de journée alors le puma, on n’a pas vu…et le site …

avec ou sans imagination la statue du Puma, dieu de la guerre

avec ou sans imagination le monolithe  du Puma, dieu de la guerre

_DSC9755

Dans un petit amphithéâtre, prêtres et nobles venaient consulter l’oracle. Dans la roche était sculpté un autel où avait lieu les sacrifices puis un labyrinthe étroit où des niches étaient creusées.

_DSC9767

Le site de Tambomachay est situé à 3765m d’altitude et n’a pas un intérêt majeur. C’était les bains des incas. Une source « sacrée » a été canalisée et dévale sur plusieurs terrasses au pied d’un mur fait d’énormes blocs de pierre.

la source sacrée

la source sacrée

_DSC9700

 

Pukapukara est une forteresse inca situé entre les sites de Sacsayhuaman (voir précédent article) et les 2 autres sites. Perché sur un promontoire, il aurait été un poste de défense sur la route entre Cusco et le bain de l’Inca.

_DSC9726_DSC9736_DSC9743

Il y a aussi Ollantaytambo qui se trouve tout au bout de la vallée et qui est sur la route du Machu Picchu. Là, par un escalier monumental, on arrive à une forteresse mais ça c’était après notre périple du Machu Picchu et nous avons reculé devant les marches. Mêmes les photos sont ratées, le soleil était de face.

Les salineras de Maras. Alors là c’est curieux. L’océan venait jusque là du temps des dinosaures puis à la suite du mouvement des plaques tectoniques  qui ont formé les montagnes, de l’eau salée s’est trouvée bloquer et s’est cristallisée. La source qui passe sur ce bloc de sel devient forcément salée et même très salée, je l’ai goûté, et grâce à ces bassins faits par l’homme, l’eau s’évapore et le sel est ramassé.

_DSC0341_DSC0343 Un travail d’esclave, les hommes travaillent pieds nus, sans gants…. Mais ça vaut le détour de voir à flanc de montagne ces quelques 4000 bassins de sel.

4000 bassins

4000 bassins

un travail d'esclaves

un travail d’esclaves

 

Moray était le laboratoire de recherche des agronomes incas. Ils avaient inventés ce système de terrasses en cercles construits dans des cirques naturels pour permettre de simuler différents microclimats et adapter les cultures en conséquence. En effet, la température était plus chaude en bas et plus fraîche en haut.

_DSC0312_DSC0316Nous avons dormi sur une piste, Map’me s’est planté et il commençait à faire nuit .

bivouac perdu sur la piste

bivouac perdu sur la piste

Chinchero est une petite ville typique du Pérou avec ses maisons en adobe, toutes petites et basses, couvertes en tuiles. On monte jusqu’à la place de l’église qui est un grand marché de souvenirs et là, une jolie petite église coloniale du XVIème S._DSC9617_DSC9627

Dommage, l’intérieur est baroque mais l’humidité salpêtre tous les murs et bientôt si rien n’est fait, les peintures disparaîtront._DSC9630

Sur la place, les femmes en costume vendent plaids, couvertures, tricots et souvenirs tout en tricotant et discutant._DSC9614_DSC9657

Situées devant l’église, des terrasses incas faits de blocs de pierre énormes. Gérard n’arrête pas d’être étonnés sur l’ajustage des pierres qui est parfait.

terrasses inca

terrasses inca

_DSC9637_DSC9635

En rentrant de la vallée des Incas et du Machu Picchu, nous avons le plaisir de revoir Mariotte et Pascal. Nous passerons le WE ensemble en commentant les présidentielles …. Soirée Pisco sévère et lendemain resto le midi et partie brochettes le soir. Dommage, ils prennent l’avion lundi et rentrent en France pour 2 mois.

non, on ne fêtait pas les élections ma

non, on ne fêtait pas les élections mais nos retrouvailles

Nous partons ce matin, lundi, et oui, pour nous aussi c’est le retour. Nous partons pour Ascencion à 3000 Km de là chercher nos pneus puis ce sera l’Argentine…..

 

 

 

_DSC9932

LE MACHU PICCHU

 

C’est en 1911 qu’Hiram Bingham, un archéologue américain, découvrit le Machu Picchu. C’est le 9ème empereur inca, Pachacutec qui serait à l’origine de la construction. La cité était éloignée du pouvoir central qui se trouvait à Cuzco et servait probablement de retraite mais un souverain n’est jamais seul et 1200 personnes vivaient ici au temps de sa splendeur. Le Machu Picchu n’a jamais été achevé car lorsque Cuzco est tombée aux mains des Conquistadors et apprenant les méfaits des espagnols, de crainte de voir la cité envahie, les habitants seraient partis pour organiser la résistance face à l’ennemi dans la région de Choquequirao.

 

Le Machu Picchu est perché sur une montagne. D’ailleurs, ici, les montagnes ont la forme de pain de sucre et sont très verdoyantes. On a construit ici la cité car les incas pensaient être plus près des dieux en construisant sur les plus hautes montagnes.

la cité

la cité

Nous arrivons par les terrasses autrefois cultivées et avons devant nous la cité. Une vue extraordinaire, on ne peut qu’être ébahi devant. Le cadre est magnifique. Une splendeur !

_DSC0047

La ville était séparée en 2 : la ville supérieure avec mirador, garnison et la ville inférieure avec les maisons des notables et les temples. Les maisons étaient construites en pierre avec des murs inclinés vers l’intérieur pour résister aux tremblements de terre et le toit était en roseaux et joncs.

_DSC0023

charpente bois, toiture en joncs

charpente bois, toiture en joncs

Les terrasses étaient cultivées.

secteur supérieur

secteur supérieur

_DSC9895

la ville inférieure vue des terrasses

la ville inférieure vue des terrasses

_DSC9903

Beaucoup de monde mais un quota de 2500 visiteurs/ jour afin de préserver le site

Beaucoup de monde mais un quota de 2500 visiteurs/ jour afin de préserver le site

Des terrasses, on passe par la porte de la citadelle pour avoir accès à la ville inférieure._DSC9957

Les temples étaient construits avec d’énormes pierres, on se demande comment les incas ont pu les emmener jusque là.

le temple

le temple

_DSC9990

On peut voir aussi un calendrier solaire.

Le cadran solaire

Le cadran solaire

Pendant plus de 2h. nous parcourons les terrasses puis la cité.

_DSC9974_DSC9969Ce sont les lamas qui entretiennent maintenant toutes les terrasses non cultivées au grand plaisir des visiteurs._DSC0064

Dommage, les drones sont interdits sur les sites archéologiques car nous aurions pu vous filmer cette merveille et il aussi dommage qu’aucune documentation nous soit donnée, vu le prix de l’entrée… Heureusement que nous avions visité le musée de la Casa Concha à Cusco et que nous avons eu toutes les explications avant.