_DSC9231

Le Pacifique, le parc PAN DE AZUCAR…jusqu’à Antofagasta

Depuis que nous sommes au Chili, le temps est redevenu gris. Il ne fait pas froid mais c’est l’automne …. Les nuages restent accrochés aux montagnes mais pas de pluie. Rien ne pousse, à peine quelques petits cactus ou herbes : que des cailloux.

Nous voici à Caldera, petite station balnéaire proche de Copiapo et certainement plus agréable que cette grande ville.

OLYMPUS DIGITAL CAMERANous allons mangé au resto, Gérard, un poisson et moi, d’excellentes Saint-Jacques. Le tout avec un petit vin blanc pas mauvais du tout.

OLYMPUS DIGITAL CAMERANous avons remarqué que dans toutes les villes, les murs ont souvent de très belles fresques.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dans le port, il y a des phoques mais un chien arrive et leur aboie dessus. Les phoques n’apprécient pas et le font savoir.OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous irons jusqu’à Bahia Inglesias, village balnéaire tout proche, super sympa pour la sieste sur la plage et nous ferons notre bivouac dans une caleta (crique) toute proche. _DSC8939

OLYMPUS DIGITAL CAMERADes « cabeza colorada » viennent nous surveiller au petit matin.

Qu'ils sont laids !

Qu’ils sont laids !

 

 Le lendemain, nous profiterons du Wifi de la Plaza des armas pour mettre à jour le blog et vous envoyer les articles sur les parcs argentins. 

Le soleil arrive à percer entre 12h et 16h cette couche nuageuse pas bien épaisse mais elle nous empêche de profiter pleinement du soleil. Nous irons en fin de journée au phare de Caldera et comme l’endroit est sympa, ce sera notre bivouac pour la nuit._DSC8961

Mercredi, nous prenons la ruta Del Desierto, je n’ai pas besoin de vous traduire, rien que les photos nous rappelle que l’on est en plein désert._DSC9025

1er arrêt pour voir une curiosité géologique très rare : de gros rochers en granit gris sont incrusté de quartz noir bien rond. Jamais vu ça, c’est étonnant._DSC8985_DSC8991

Causette avec le gardien du site qui a un vieux TR2000  SAVIEM mais plus de moteur et termine sa vie, ici, face au Pacifique.

Puis un 2 ème arrêt parc géologique Del Piedra concernant des roches de formes extraordinaires mais le site serait bien plus agréable si celui ci ne servait pas de toilettes publiques.

Nous arrivons au parc Pan de Azucar : plages, falaises, îles et beaucoup d’oiseaux. Les pingouins sont partis, ils immigrent l’hiver…_DSC9033

L’entrée du parc est payante mais comme c’est l’hiver, pas de garde-parc, c’est gratuit._DSC9038

Quelques malheureux cactus essaient de pousser

Quelques malheureux cactus essaient de pousser

Nous stationnons au seul village du parc, la Caleta de Pan de Azucar. _DSC9110Village de pêcheurs sans eau courante, c’est le camion-citerne qui passe et sans électricité, seuls quelques panneaux solaires éclairent les restos le soir car l’été, il y a beaucoup de touristes.

Balade le long de la plage et du petit port ou quelques barques des pêcheurs sont au mouillage. Il y a énormément d’oiseaux dont des pélicans_DSC9056_DSC9066

Mais aussi ….

_DSC9053_DSC9052_DSC9069_DSC9081

En fin d’après-midi, arrivent Nadine et Yann, les « Escargot Breitz Tour », pas besoin de vous dire de quelle région ils sont originaires. Nous passons une soirée apéro et le lendemain nous décidons de rester à Azucar ensemble. Nous échangeons les anecdotes de voyages, les bons plans. Eux partent vers San Pedro puis Salta car ils rentrent en France en juin mais via  Ascension au Paraguay.

Yann et Gérard essaieront la pêche car c’est un coin très poissonneux mais nous avons préféré avec prudence acheter pour notre repas du poisson aux pécheurs. C’était plus sûr ! Des pêcheurs leur expliqueront les techniques d’ici. OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vendredi, nous partons en direction de Taltal, nous avons pris l’option de la ruta 1 au lieu de prendre la Panaméricaine. La route longe le Pacifique et même si le temps est gris c’est beau et certainement plus sympa que l’autre route qui traverse le désert et est très monotone.

Nous arrivons à Taltal, petite ville le long du Pacifique toute proprette et jolie. C’est pas souvent et en plus il fait grand soleil. Nous déjeunons dans un resto mais nous sommes déçus. Ça arrive ! 

Le parc de Taltal. Enfin de la verdure

Le parc de Taltal. Enfin de la verdure

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

toujours de superbes fresques

toujours de superbes fresques

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

très belles céramiques à l'office du tourisme

très belles céramiques à l’office du tourisme

 

Dommage, nous avons toujours une brume , la « camanchaca », qui ne se lève qu’à 11h et nous avons du soleil jusque 4-5h de l’après-midi, après le temps redevient gris. Par contre, il ne fait pas froid.

La route qui est en fait une piste mais de très bonne qualité nous fait découvrir de très beaux paysages : falaises, pointes découpées, petites criques, grandes plages. _DSC9183_DSC9199

 

Halte à Paposo qui était l’ancienne frontière entre la Bolivie et le Chili. Le Chili a gagné les territoires nord à la guerre du Pacifique à la fin du XIXème siècle et la Bolivie a perdu tout accès au Pacifique. Ce qui a permis au Chili de gagner des terres incultes mais au combien rentables grâce au salpêtre, du nitrate et du cuivre. Paposo, village perdu et misérable : quelques maisons si on peut appeler ses cabanes des maisons, loin de tout._DSC9145_DSC9144_DSC9157

Le long de cette route, quelques maisons de pêcheurs mais surtout de ramasseurs d’algues. Une fois ramassées les algues sèchent au soleil. Puis partent par pick-up ou camions mais pour où?

Les cabanes en planches sont misérables, l’eau est amenée par camion-citerne dans des tonneaux de 100l qui se trouve en bordure de route et un tuyau amène l’eau jusque la maison. Pas d’électricité, quelquefois un panneau solaire, parfois des toilettes de chantier. Misère, misère….

Par contre nous avons des bivouacs de rêve…_DSC9179_DSC9186

Nous montons toujours vers le nord. La journée est belle avec un grand soleil.

_DSC9204_DSC9206Nous décidons d’en profiter. Gérard pêche, il a acheté des leurres à Taltal et moi, je profite du soleil. Le lendemain matin, on se lève avec la brume.

Nous quittons le bord de mer pour reprendre la ruta 5 en direction d’Antofagasta de toute façon, la route s’arrête là, on n’a pas le choix. Aussitôt que nous prenons de la hauteur, c’est grand soleil. C’est la cordillère qui arrête les nuages. Nous passons du niveau de la mer à 1700m en une trentaine de kilomètres et nous nous arrêtons pour prendre une photo du mirador._DSC9211

2ème arrêt pour voir  la « main du désert ». Photos et on repart. La route est désertique et nous sommes bien contents d’avoir choisi l’option bord de mer._DSC9226_DSC9231

La seule distraction, c’est le nombre impressionnant d’autels le long de la route : des centaines…

des dizaines, non des centaines, non des milliers

des dizaines, non des centaines, non des milliers

Antofagasta : nous y étions l’année dernière pour nos pneus.  2ème ville du pays et port important en raison de l’activité minière de la région. Nous irons mangé au marché aux poissons, nous y achèterons poissons et crabes puis détour au centre commercial.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAVisite à la Portada voir l’emblème de la ville : l’arche en pierre._DSC9234_DSC9235

Nous envoyons un mail à Calama pour visiter la mine de Chuquicamata, la plus grande  du monde mais mardi c’est le 1er mai ! Fête du travail même au Chili. Nous ne la visiterons que mercredi…..sur la route, on rencontre des transports exceptionnels mais vraiment exceptionnels : essentiellement pour la mine.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On a une connexion au top alors j’en profite de vous mettre des photos et de rajouter les vidéos des articles précédents. Nous sommes dans un camping à Iquique mais c’est vrai que vu nos bivouacs …

Une réflexion sur “ Le Pacifique, le parc PAN DE AZUCAR…jusqu’à Antofagasta ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *