Galeries

dsc_2810

« Festa tradicion » des gauchos 12nov.2016

 

Nous revenons par la RN22 sur Zapala lorsque nous voyons en bord de route des gauchos endimanchés seuls, entre amis ou en famille. Après renseignements, ils vont à la « feista tradicion » des gauchos. Nous sommes à quelques kilomètres de là, nous prenons la décision de voir cette fête.

dsc_2531

Nous payons 50 pesos par personne et nous voici sur le parking. Il y a bientôt plus de chevaux sur le parking que de voitures.

Qui sont les gauchos ? Ce mot viendrait de « huachu » qui voudrait dire vagabond. En effet, les gauchos, au début de la colonisation, étaient des hommes qui surveillaient le bétail et menaient une existence indépendante et souvent marginale et violente. Ils allaient d’estancias en estancias selon les besoins. Aujourd’hui, les véritables gauchos travaillent toujours dans les fermes, ils sont d’excellents cavaliers et gardiens de troupeaux.dsc_2542dsc_2561

Nous sommes les seuls touristes étrangers et nous sommes accueillis les bras ouverts. Comme il est 14h et que nous n’avons pas déjeuné, nous nous régalons d’empanadas. Gérard a même eu droit à la démonstration de la fabrication des empanadas.

dsc_2546dsc_2548 Vous pouvez les manger soit à la viande (mélange de viande hachée de bœuf, œuf, persil) soit au jambon et fromage. C’est l’encas des sud-américains par excellence et c’est délicieux.

Tous les participants sont habillés de la tenue traditionnelle du gaucho : chemise blanche ou à carreaux, pantalon resserré au pied avec ceinture et « façon » (c’est le couteau traditionnel du gaucho), gilet, fouet en cuir, le « boina » sorte de béret de couleur noir ou rouge sans oublier le poncho pour les soirées fraîches.  Filles comme garçons, le béret est obligatoire de 7 à 77 ans….dsc_2555dsc_2537dsc_2585

Les rodéos démarrent par les enfants. Ils doivent rester le plus longtemps possible sur le dos d’un mouton. Riez, je vous assure que ce n’est pas si facile. C’est une fille qui gagne le concours …dsc_2591dsc_2592dsc_2601dsc_2603dsc_2613Même les jeux pour enfants sont là pour les éduquer…

dsc_2558

Il y a des stands de vente et la musique

dsc_2525dsc_2590

Puis vient le tour des gauchos qui auront plusieurs épreuves  d’adresse et de dressage.dsc_2667dsc_2674dsc_2680

Pour le dressage, 3 gauchos amènent 1 cheval sauvage, le maintiennent le long d’un poteau tandis qu’un 4ème gaucho monte à cru par contre il porte des étriers impressionnants. Quand ils lâchent le cheval, c’est ruade sur ruade. Pour démarrer l’épreuve, une cloche tinte et le cavalier doit rester sur le cheval jusqu’à le  second coup de cloche.dsc_2852

dsc_2748dsc_2750dsc_2751dsc_2762dsc_2766dsc_2810dsc_2811

Vous remarquerez que ni les enfants, ni les gauchos n’ont perdu leur béret !

dsc_2710dsc_2732

Nous avons passé une excellente journée dans une bonne ambiance et de découverte sur la vie des gauchos.

Nous partons sur la ruta 40 dimanche matin pour Chos Malal . La route est monotone, désertique. Même pas un mouton pour nous occuper, c’est trop sec. Lorsque nous arrivons à Chos Malal, le paysage désertique fait place à une oasis de verdure. Nous nous arrêtons au Tourist Information qui pour une fois est ouvert et on nous renseigne sur les différents sites à découvrir dans la région.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le parc Nahuel Huapi et Bariloche , la ruta los 7 lagos

Le parc Nahuel Huapi et Bariloche du 1 au 4 novembre 2016

Après une visite à El Bonson, jolie ville de montagne qui ne compte pas moins de 30  fabriques artisanales de bière sous le soleil et un marché  d’artisans qui se réunit 3 fois par semaine autour de la place centrale, nous partons pour le parc et le lac Puelo.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

El Bonson

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous avons eu notre 1ère contravention pour stationnement interdit au camion dans la rue principale mais autorisé aux voitures mais comme on ne comprend rien, on est parti sans payer.

Entre temps, la pluie revient en force. Nous déjeunerons au lac mais la pluie nous dissuade de rester et nous prenons le chemin en direction du par Nahuel Huapi, le parc argentin le plus visité. En bord de route, les genets sont en fleurs et les lupins aussi. Ça donne un petit air de printemps malgré le mauvais temps.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

des lupins

les genets sont en fleurs

les genets sont en fleurs

On voit que l’on ait dans une zone touristique, il y a des « cabanas » à tous les coins de rue. C’est l’équivalent de nos gîtes. Ils sont plus ou moins réussis.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Arrêt et nuit au mirador du lago Steffen, l’un des très nombreux lacs du parc.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

du mirador du  lac Steffen

Là, nous faisons connaissance avec Elisabeth et Léo, suisses allemands et avec un peu de français, d’anglais et d’espagnol, nous passons un bon moment et Léo nous donne des points de chute. Lui aussi utilise maps.me car ils sont depuis 3 ans en Amérique du Sud. Il fait froid et il neige sur les sommets.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mercredi matin, à 9h30, nous sommes devant le bureau des garde-forestiers du parc. Nous payons 150 pesos/personnes comme droit d’entrée et nous leur indiquons que nous dormirons près de la cascade de Los Alerces. Deux pistes traversent le parc. Elles sont toutes les 2 en cul sac et comme elles sont étroites et mauvaises, elles ont des horaires d’entrée et de sortie. Tout cela nous est expliqué par les gardes forestiers.

Nous prenons la piste Tronador de 31 km qui se révèle cassante  avec des nids de poules mais malgré le temps gris, le paysage est superbe.  Le mont Tronador culmine à 3554m, c’est un ancien volcan d’ailleurs la traduction de son nom l’indique : c’est le mont « tonnant ». Nous sommes en plein territoire Melpuche.

_dsc1627

Par un petit chemin escarpé et pas facile d’accès, nous allons sur les contreforts du mont Tronador  pour voir un tout petit bout d’un glacier et des cascades.

_dsc1635

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

piste de montagne

_dsc1642_dsc1705

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

un chemin très escarpé…

_dsc1716

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En repartant, nous Nous arrêtons au « ventisquero negro », le glacier noir qui plonge dans un lac. Des morceaux de glace se détachent du glacier régulièrement dans un bruit assourdissant._dsc1740_dsc1757_dsc1746_dsc1747

 

La 2ème piste est plus agréable et nous arrivons au bout d’une heure à la cascade Los Alerces. C’est par un chemin bien aménagé que nous arrivons à la cascade. L’eau est couleur émeraude et d’une transparence  que l’on voit les moindres cailloux et poissons.

_dsc1805_dsc1809_dsc1820_dsc1826_dsc1841

Nous ferons connaissance de 2 espagnols en vacances accompagnés de 2 argentins de Buenos Aires. Echanges agréables. Il est tard, nous dormons sur place et toute la nuit, il pleut.

_dsc1853

Notre impression sur le parc : alors que celui-ci est le plus visité d’Argentine, les pistes sont en très mauvais état. Pas de parking pour s’arrêter faire les quelques sentiers autorisés. Les aires de camping libres ne sont pas adaptées pour les camping-car. Dommage que la forêt ne soit pas exploité,  les arbres pourrissent sur place. Nous l’avions déjà constaté à Los Alcerces alors que l’on demande aux visiteurs de passer par un bassin de décontamination pour aller voir les alerces centenaires !

Bariloche :

Toute la nuit, il a plu et nous partons vers Bariloche toujours sous la pluie. Arrivés vers midi, nous faisons tout de suite vérifier le serrage des lames de ressort (ce devait être fait au bout de 1000 km), le temps s’améliore nettement et le soleil revient.

Damien en voyant les photos, tu auras certainement plein de souvenirs…….

Nous décidons de faire les balades autour des lacs. Si la ville est plus qu’ordinaire mais les bords du lac sont magnifiques. Sortis à peine de la ville, ce ne sont qu’hôtels luxueux et cabanas de grand standing.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tourisme hyper présent : Bariloche a la chance d’avoir une situation idyllique entre lacs et montagnes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous profitions de cette belle fin de journée pour faire le circuit « cathedral » qui va jusqu’à la station de ski

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

et nous permet d’avoir de très belles vues sur le lac et le circuit « Lao Lao » qui, par le parc municipal,  nous promène de presqu’ile en presqu’ile. Un super golf le long de la côte mais vu le vent il n’y a pas joueurs…..Pierre-Philippe, Gérard t’attend….il a réservé pour lundi prochain 10h30 car pour jouer il faut être bon et même très bon, en raison du vent patagonien (vu ton indice, ça ne posera pas de problème). En plus, tu pourras réserver une chambre à l’hôtel du golf qui est magnifique, un 5* .  Espérons qu’il n’y est pas de retard pour les avions….

le golf

le golf

le golf vu du mirador

le golf vu du mirador

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il est 19h et les photos sont moins bonnes mais la vue était superbe

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Bariloche est la capitale du chocolat et dans la rue principale ce ne sont que chocolateries ou glaciers, nous avons presque une crise de foie à passer (sans goûter) devant les devantures.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous quittons Bariloche par la route des lacs.

La ruta los 7 lagos :

Nous trouverons un petit camping le long de la ruta 40 à une petite vingtaine de kilomètres de Bariloche. Il fait beau et on a envie de farnienter. On s’arrête pour la nuit et nous y resterons 3 jours.

Comment ne pas rester ?

Comment ne pas rester ?

Visiteurs du matin

Visiteurs du matin

 

Nous continuerons la ruta 40 nommée la route des  7lacs et celle-ci est splendide. De magnifiques paysages entre les lacs sur des kilomètres.

_DSC1940 Nous quittons la route asphaltée pour la piste pour le lac Trafull puis nous allons vers le parc du volcan Lanin. Prendre la ruta 63 et la la ruta 237 réserve des paysages sublimes

Le lac Trafful

Le lac Trafful

Nous passerons Saint Martin de Los des Andes, joli village typique de montagne avec des chalets en bois au bord du lac Lacar. On se croirait presque dans les Alpes puis Junin.

Direction le volcan avec encore et encore des paysages à couper le souffle. Le ripio n’est pas toujours facile mais nous ne sommes pas pressés. Nous dormirons dans le parc au pied du volcan. En général, les parcs sont payants mais comme nous ne sommes pas en saison, la plupart du temps, on aperçoit aucun garde forestier. _DSC2176-001

les arbres sont en fleurs

les arbres sont en fleurs

le volcan Lanin 4810m

le volcan Lanin 4810m

 

Cuida el Este

Paraguay

Drapeau du Paraguay.
 

.Symbole national : le lion


Drapeau du Paragu
moiriedu Paraguay

Nous sommes au Paraguay. De Iguazu, nous avons laissé l’Argentine, passé la frontière brésilienne puis 10km plus loin, passé la frontière du Paraguay. Le tout, très facilement. Les démarches se font vite et sans problème. Nous nous sommes arrêtés à Cuilda el Este, la ville-marché qui ravitaille tout le Mercosur sous une averse tropicale qui n’a pas duré très longtemps

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cuida el Este

Cuida el Este

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Qu’est ce que c’est le Mercosur ? C’est un peu comme U.E. le Brésil, l’Argentine, le Paraguay, le Chili et l’Uruguay ont des accords commerciaux et de libre échange.

Nous sommes dans une coopérative agricole et nous faisons monter le système air de  gonflage-dégonflage des pneus. Ici tous les camions sont équipés…..et pour 4 ou 5 fois moins cher qu’en France.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous avons encore changé de monnaie et nous devenons plus riche à chaque fois : nous avons pour 1€ ‘équivalent de 6000 guaranis……d’ailleurs les transactions se payent en dollars américains et ça dans presque tout le Mercosur.

Gérard a été invité à faire le tour de la coopérative qui fait 55000ha. Beaucoup de céréales et de soja. Le Paraguay connait des problèmes de déforestation et replante. La superficie d’une ferme doit être minimun de 5000 ha pour être rentable. A savoir, on considère 2.5 vaches à l’hectare soit environ un cheptel minimun de 1200 bêtes. Le Paraguay est le 2ème producteur au monde de soja. Toute la production de céréales et de soja part à l’exportation.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

URUGUAY : MONTEVIDEO

URUGUAY

Flag_of_Uruguay.svg

Capital : MONTEVIDEO

Population : 3,400 millions d’habitants

langue : espagnol

monnaie : le peso – 100 peso = 3.70€ – PIB 16600$ – inflation 8% – chômage 6.5%

Président : Tabare VAZQUEZ – république constitutionnelle, mandat de 5 ans

MONTEVIDEO

Nous avons débarqué jeudi 1er septembre vers 18h. Enfin ! 36 jours de mer.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’agent Grimaldi nous a pris en main dès la sortie du cargo. L’immigration a été faite mais il nous reste la douane et avant, nous  avons dû passer les camping-cars au scanner. Pas de clandestins, pas de drogue, nous partons vers la douane : il est 18h52, la douane ferme à 19h ! Nous donnons nos documents : passeports, carte grise, assurance sauf José ….qui ne sait plus où il a mis ses papiers ! Moment de stress….. Papiers retrouvés et douane finie à 20h30. L’assurance Marie est passée sans problème mais  demain matin nous devrons en trouver une bien que nous sommes couvert encore 2 mois.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous allons direction du phare situé à 8km de la sortie du port. Nous longeons la rambla et de superbes immeubles.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

la plage, déserte...il fait froid

la plage, déserte…il fait froid

Dîner super sympa dans un restaurant : dégustation de vin de cépage Malbec et de superbes entrecôtes. Les portions sont énormes, la viande est délicieuse et le vin aussi.

Nuit au pied du phare.DSC_8109

DSC_8091Vendredi, c’est la chasse à l’assurance. Nous faisons 5 compagnies différentes qui  veulent  nous assurer que pour l’Uruguay mais pas pour le Mercosur n’étant pas résident. Nous avons parcouru la ville de bas en haut et de long en large pour trouver les bureaux. Cela nous a permis de visiter en même temps.  Pas de parkings, c’est certainement pour cette raison que les habitants se déplacent beaucoup en transport en commun et qu’il n’y a pas d’embouteillage dans la ville.

 

Plaza Fabini

Plaza Fabini

 

Le palacio municipal

Le palacio municipal

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pourtant, Montevidéo et sa métropole, c’est 2.3millions d’habitants mais aussi l’une des 3 villes les plus sûrs du monde. Les immeubles le long de la rambla en bord de mer sont en marbre et ont tous des gardiens. Le niveau de vie nous parait assez élevé mais l’on voit aussi plein de « petits boulots » : des jeunes promènent par 4 voir 5 ou 6 chiens à pied ou en vélo, des vendeurs de fleurs, des récupérateurs à cheval tirant une charrette, des vendeurs de journaux ou de friandises aux carrefours, des laveurs de pare-brise….par contre lorsque l’on s’éloigne de la ville, les faubourgs sont plus « populeux ».

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Place de l'Indépendance

Place de l’Indépendance

La Rambla

La Rambla

Le théâtre Solis

Le théâtre Solis

Nous profitons d’un centre commercial pour faire des courses et faire du change : en pesos et en dollars US. L’euro n’a pas de valeur ici comme partout en Amérique du Sud. Par contre, les dollars US sont partout acceptés et certains échanges ne se font qu’en dollars. Pour 1 euro, vous avez 31.40 pesos. La vie est identique à chez nous sauf pour la viande qui est très bon marché entre 3 et 10€.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous rentrons vers 18h à notre bivouac au phare pour le coucher de soleil mais, ici, c’est l’hiver et il fait froid mais surtout le vent est glacial. Nous partons vers Colonia del Sacremento, ville classée par l’Unesco et qui fait face à Buenos Aires

 

DSC_6930

DERNIERS PREPARATIFS

Nous voici à moins d’un mois de notre départ, le stress commence à monter.

Nous avons fait une petite, non une grande fête pour fêter notre départ entre amis et famille.DSC_7039

DSC_7050

Gérard termine les dernières améliorations du camion en mettant la clim. Par contre, il est obligé de démonter le meuble frigo pour passer les gaines de ventilation….Il lui reste aussi à mettre les bandes réfléchissantes rouges sur le pourtour de l’arrière du camion, obligatoires en Argentine. Nous avons réçu notre nouveau GPS de chez ‘Navigattor », écran 8″ et nous familiarisons avec la nouvelle tablette et nous téléchargeons les cartes.

téléchargement (1)

Avec notre banque, nous avons pris un contrat « cap transat » qui nous permet de ne pas payer de frais bancaires sur les TAB à l’étranger. Nous payons juste un forfait par mois, nous avons aussi profité de renouveler notre carte Visa et demandé une carte Mastercard qui passe mieux sur certains pays de l’Amérique Latine.

L’assurance rapatriement, accident est prise chez la Macif (IMA) qui est gratuite lorsque vous êtes sociétaire. Il suffit d’avoir quelque chose d’assurer chez eux. On est couvert pendant un an à l’étranger et comme nous revenons tous les 4 mois, il n’y aura pas de problème. L’assurance pour le camion pendant la traversée est couverte par le Cabinet Marie et nous attendons toujours pour le Mercosur.

Les permis internationaux sont faits et réceptionnés mais on a toujours pas le permis national de Gérard!

Nous avons commandé une balise spot et nous devons la recevoir semaine prochaine. Vous pourrez nous suivre dans nos déplacements et c’est une sécurité en cas de problème. Dès réception, nous aurons à souscrire un abonnement avec différentes options dont celle qui nous intéresse : le secours à la personne en cas d’accident

téléchargement

Nous avons reçu nos billets maritimes pour un départ pour le 27 juillet sur le Grande Brasile de Grimaldi.