OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le carnaval de Gualeguaychu

 

Nous avons quitté la côte atlantique avec regret. Il faisait chaud entre 35 et 40 mais comme il y avait une brise marine, c’était parfait.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Lundi, nous partons pour Puysandu. Là-bas, nous connaissons le garage Merbe, concessionnaire Mercedes. Nous prenons RDV pour le lendemain matin et à la première heure nous sommes là. Pas de mérite, on nous a proposé de dormir sur place.

Vidange, changement des filtres et graissage. Vérification de tous les niveaux, Thanasinh a droit à une révision générale et en plus des amortisseurs neufs, les anciens étaient d’origine ….Puis farniante le long du rio Uruguay. 44°à Paysandu !

Vendredi, nous partons pour Gualeguaychu en Argentine. Le frigo est vide pour le contrôle sanitaire. Allez en 20mn à peine, nous aurons fait l’immigration et la douane, le contrôle sanitaire et Djinn n’ont eu aucune visite. Comme quoi….

Au loin, c’est noir et on voit des éclairs : de gros orages à Gualeguaychu et lorsque nous arrivons, 1ère chose, refaire le plein du frigo. Il fait 40° mais en plus avec les orages, c’est une chaleur humide. On décide d’aller au camping pour brancher la clim’.

_DSC4388

_DSC4383

L’arnaque, comme c’est le carnaval, c’est forfaire : 250 dollars américains pour 1 ou 4 nuits c’est le même prix en plus pas de 220V mais du 197V donc ça ne sert à rien de se brancher, le courant ne passe pas. On décide de dormir dans le superbe parc Uzeinu mais avec l’orage les moustiques attaquent. Heureusement, on peut se réfugier dans le camion. On a roulé avec la clim’ et le camion est frais….mais la nuit est très chaude.

30000 personnes dans le corsodrome

30000 personnes dans le corsodrome

Le carnaval de Gualeguaychu est le plus grand carnaval d’Argentine et une grande fête populaire. La journée, pour les argentins encore en vacances, c’est baignade, farniante avec musique et pêche le long du rio Gualeguaychu :   50 000 personnes se déplacent à cette occasion. Et le soir, c’est la fête.

Sans asado pas de fête...

Sans asado pas de fête…

Le carnaval se fait au corsodrome. Nous avons réussi à avoir des places dans les tribunes.

Nous garons Thanasinh tout près, nous avons préféré payer une place de parking dans le parc de corsodrome et il peut voir le gigantisme des chars qui passe devant lui.

Thanasinh semble tout petit devant le gigantisme des chars

Thanasinh semble tout petit devant le gigantisme des chars

Le corsodrome contient environ 30000 personnes : impressionnant ! Une ferveur populaire sous une chaleur d’été à peine inimaginable. Les argentins aiment faire la fête et aiment la musique et surtout le carnaval.

et sur les chars, du spectacles : chanteurs et danseurs

et sur les chars, du spectacles : chanteurs et danseurs

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

des costumes magnifiques

des costumes magnifiques

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Que dire de ce carnaval, il est fabuleux, les chars sont immenses, magnifiques, les costumes sont splendides, les danseuses, plus belles les unes que les autres et les danseurs, à tomber par terre…..

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

des plumes, des plumes et toujours des plumes….

les marchands de plume font des affaires même dans le public

les marchands de plumes font des affaires même dans le public

c’est le 2ème plus grand carnaval après Rio de Janeiro. Le public est en transe : chansons, danses, applaudissements. Le spectacle est grandiose.

Les chars sont immenses et de toute beauté

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

L'enfer se déchaîne...

L’enfer se déchaîne…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mais en enfer, les tentations sont grandes…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

nous, on était juste dans les tribunes...

nous, on était juste dans les tribunes…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

4 heures de spectacle  à vous résumer en 5mn, impossible en plus il vous manquera la chaleur et l’ambiance

 

L'éden

L’éden avec Eve…..envie de croquer la pomme

la tentation était trop grande .....

la tentation était trop grande …..pour Adam

 

mais pour Eve aussi

mais pour Eve aussi

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

et au milieu le ring….

le bien et le mal. Difficile, le choix...

le bien et le mal. Difficile, le choix…

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

elles ne sont pas que déshabillées, ces dames...

elles ne sont pas que déshabillées, ces dames…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

30 000 personnes dans le corsodrome

De la folie,  à la fin du défilé, les gens dansent, chantent et envahissent le corsodrome

Gérard a fait un film que je vous mets sur un autre article car ici, comme d’hab’, internet ça passe mal.

 

DSC_3987

La côte atlantique uruguayenne : de La Paloma à Chuy 3/3

du 15 au 18 février

De Paloma, nous prenons la ruta 10 et nous allons sur La Pedrera.

la côte de Perdrera

la côte de Perdrera

Nous passerons devant Cabo Polonio, village des hippies des années 70 qui ont su se reconvertir dans le business écolo : leur village est resté sans eau et électricité mais ils font payer un max le parking et la balade en carriole pour aller voir le village. Tout n’a pas été sacrifié à la modernité puisqu’ils ont des panneaux solaires. Pour l’eau, c’est un camion citerne qui passe faire le ravitaillement alors là, je ne vois vraiment pas l’avantage. Un camion, ça pollue. Bref, vu le prix exorbitant, on passe notre chemin.

Nous partons pour la Punta Del Diablo, station renommée mais, surprise, c’est aussi une station de baba-cools extrêmement animée.  Un immense camping en périphérie de la ville puis lorsque l’on arrive dans le centre, les rues deviennent  étroites, les maisons de pic et de broc et nous avons du mal à passer avec le camion car bien sûr, aucune indication que les routes sont de vagues chemins de terre.

le front de mer de Punta del Diablo

le front de mer de Punta del Diablo

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et bien sûr, pas de demi-tour possible. Par contre, la plage est superbe mais nous ne nous voyons pas restés pour la nuit : on risque de la passer blanche.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

le port de pêche

la très belle plage de Punta Del Diablo

la très belle plage de Punta Del Diablo

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

la très belle plage de Punta Del Diablo

Nous rebrousserons chemin jusqu’à   La Esmeralda. Là, la mer est bleue, il y a d’énormes vagues et nous profitons de le mer, l’eau est bonne. Le sable est fin et doux, la plage, à perte de vue. Nous sommes garés juste derrière les dunes de sable. Il fait très chaud.

Nous irons jusqu’à Chuy qui est la ville frontière avec le Brésil, rien à dire c’est une ville free-taxe donc magasins à gogo mais les prix ne sont guère intéressants. Nous avons, tout de même, trouvé notre câble pour notre disque dur et nous repartons vite de cette ville. Nous irons en front de mer à Bara Del Chuy, ville fantôme. Tout y était fermé, c’est d’un triste à mourrir. On y mangera tout de même au seul resto d’ouvert des rabas, ce sont des beignets de calamars et des beignets de poissons.

Nous retournons vers La Coronilla , l’endroit est beau mais la mer étant peu profonde à cet endroit,   elle est marron, couleur du sable que charrient les vagues mais les gens se baignent tout de même.

DSC_3987

Gérard n’a pas pu résisté à vous envoyer les beaux maillots brésiliens…

La plage n’est pas très propre mais en fin de matinée, un bull vient la nettoyer. DSC_4007Trois autres camping-cars viendront nous rejoindre pour la nuit. 2 uruguayens et 1 brésilien. En discutant avec les brésiliens, ils sont étonnés qu’ici, en Uruguay, on puisse faire du camping sauvage. Impossible au Brésil, trop de délinquance, trop de drogue et on se fait attaquer pour moins que rien. La faute aux politiques. Tiens, eux-aussi n’on pas l’air contents de leurs politicien…..Et en Uruguay, ce n’est guère mieux, d’après les uruguayens, ils vivent tous au-dessus de leur moyen, la vie est chère (aussi chère qu’en France et même plus), les salaires bas (le smic est à 500€) et l’on vit avec le crédit de plusieurs cartes bancaires et le budget de l’état explose.

Les politiques sont-ils tous coulés dans le même moule????

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La côte atlantique uruguayenne : de José Ignacio à La Paloma 2/3

Les 13 – 14 février 2017

Lundi, nous allons à Pueblo Garzone à quelques dizaines de kilomètres. Gérard a vu, juste avant de partir, un reportage sur l’Uruguay et sur le chef Esteban Aguirre qui possède 9 restaurants gastronomiques dont un à  Pueblo Garzon. C’est sous la pluie que nous arrivons à ce petit village très sympa mais là, le restaurant est fermé et il n’y a même plus d’enseigne. Le reportage TV devait daté….

Nous retournons en bord de mer à La Paloma, petit village de pêcheurs

le petit port de pêche de La Paloma

le petit port de pêche de La Paloma

et oui, il  a encore un port de pêche à La Paloma et nous achèterons au marché aux poissons des empanadas au poisson et des beignets. Ce sera notre repas du soir avec une salade.

 

Mardi, le temps est au beau, le soleil est revenu et il fait toujours aussi chaud et lourd. Nous restons à farnienter près de la plage, la côte est beaucoup plus sauvage et il y a moins de touristes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La Paloma est réputée pour son excellent spot d’observation pour les baleines franches quand elles reviennent  ou repartent d’Afrique australe du mois de juillet au mois de décembre. Nous sommes toujours étonnés de la gentillesse des Uruguayens qui viennent nous parler, nous proposer leurs services.

Nous partons ce matin pour La Perdrera….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La côte atlantique uruguayenne : de Punta Del Est à José Ignacio 1/3

Le 12 février 2017

Nous quittons à regret Mariotte et Pascal, Laetitia et Jacky. On nous avait annoncé des orages mais non rien mais le temps est lourd, chaud et humide. Pas très agréable.

DSC_3950

Nous partons vers la côte atlantique. De Montévidéo à Punta Del Este, ce sont de grandes plages de sable plus ou moins aménagées.

Quand on arrive sur Punta Del Este, on retrouve le tourisme de masse. C’est annoncé comme le « Miami » uruguayen enfin c’est un peu exagéré  mais on retrouve les buildings, les boîtes de nuit, les bars à cocktails et …… la foule de touristes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Punta Del Este

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Punta Del Este

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les plages de Punta

Nous passons devant les très belles plages de Mansa et Brava. C’est sur la playa Brava que l’on retrouve la statue de la Mano, la main a été réalisée par le sculpteur Mario Irrazabal.  C’est devenu l’emblème de la ville. De la plage de la Brava, on continue sur la plage de San Rafael et Montoya, les plages « branchées » de la station balnéaire. Le temps est  toujours orageux et il  y a beaucoup de vent, on imagine, s’il faisait beau, le monde sur la plage surtout lorsque l’on voit la dimension des parkings.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La Mano

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous continuons sur La Brava puis José Ignacio, station à la mode, mais plus petite. C’est un ancien village de pêcheurs, ces maisons de pêcheurs sont reconverties en de jolies résidences secondaires. Visite du phare de San Ignacio mais vers 17h, la côte est belle avec ses rochers et ce sable fin.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le phare de José Ignacio

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

José Ignacio

Maison de pêcheur

Maison de pêcheur

Un crachin breton vient  gâcher notre fin d’après-midi qui heureusement ne durera pas. Nous trouverons, face à la Lagune Grazon, notre bivouac de la nuit avec en décor, les nombreux kite-surfeurs qui rivalisent en vitesse et en saut.

DSC_3960

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Carnaval de MONTEVIDEO

Le 9 février 2017

Nous quittons Colonia Del Sacremento pour Montevideo pour aller voir le carnaval. Nous allons au phare pour notre bivouac. Deux camping-cars sont déjà là et ce sont des ….français. Leiticia et Jacky  prennent le bateau le 18 (le blog de leurs aventures en Amérique du Sud : itinéraire d’un ivéco voyageur)et Mariotte et Pascal attendent des pièces détachées pour repartir après sur le Brésil.

Nous décidons tous de nous rendre au carnaval ce soir et pour plus de commodités nous ne prendrons qu’un seul véhicule. C’est Jacky qui nous emmènera.

Le défilé du carnaval de Montévidéo avec chars, grosses têtes et écoles de danses ouvre la saison du carnaval et cette année, c’était le 19 janvier.

C’est, parait-il, le plus long carnaval du monde !

Mais ce soir, comme toutes les semaines qui suivront en février, ce sont les défilés des Ilamadas. Ce sont, en fait,  les écoles de percussion. Les esclaves seraient à l’origine de cette musique  et les groupes de tambours, selon leur appartenance, ont différents rythmes : piano, repique et chico.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les porte-drapeaux de chaque école

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

P1470650

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le défilé commence par les sponsors, le ton monte et à la vue des premiers Ilamadas, l’ambiance devient survoltée mais c’est certainement du aussi à la bière et à l’alcool.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce sont les porte-drapeaux de chaque école qui commence . Des drapeaux immenses volent au dessus de la foule puis les danseuses et enfin les percussions.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Imaginez l’ambiance sous la chaleur d’une soirée d’été uruguayenne.

Vendredi, nous avons eu confirmation par Rachida de Wave Logistics que nos pneus étaient bien partis de France et arrivée prévue au Paraguay vers le 10 mars. Pascal a passé sa journée de jeudi et vendredi pour essayer de dédouaner ses pièces détachées mais la douane lui réclame 80% de taxe. Les pièces détachées partiront donc aussi au Paraguay.

Au bord du Rio de la Plata

Bien arrivés à Buenos Aires et Colonia Del Sacremento

Nous sommes bien arrivés à Buenos Aires et nous avons récupéré Djinn auprès d’une hôtesse d’ Air France qui nous attendait au retrait des bagages. Elle a fait le voyage avec un autre chien. Nous avons passé le service sanitaire sans aucun problème. Pour arriver en Argentine, on passe les portiques de sécurité, puis à l’immigration  empreinte digitale et photo  obligatoires puis, passage au scanner de tous les bagages.

Vivement l'arrivée.....

Vivement l’arrivée…..

Le taxi nous emmène directement au Buquebus pour un bateau à 12h30 et là, on recommence le passage de douane puisque de l’autre côté du Rio de Plata, nous serons en Uruguay. Repassage des bagages au scanner, puis empreinte, photo…. Djinn a de nouveau droit à la soute et après 1h de bateau, nous voici à Colonia. On voit Djinn ou du moins sa caisse dans les bras d’un homme d’équipage qui la confie à une hôtesse. A la sortie du bateau, elle nous attendait sagement. Le passage de la douane de Djinn a été rapide, nous avons juste montré son passeport et la délivrance du laisser-passer argentin.

Nous avons récupéré notre camion chez Sandra qui a démarré du 1er coup après 2 mois de repos.

Nous sommes depuis à Colonia, nous avons bricolé la 1ère journée et depuis farniente. De toute façon nous ne sommes pas pressés, nos pneus n’arrivent que le 10 mars à Ascencion au Paraguay. Alors on profite des plages de Colonia et de son soleil. Il fait beau et chaud.

Le Rio de Plata est marron mais tout le monde se baigne en effet il y a peu d’eau, du sable ….