on ne nage pas, on flotte

Les lagunas du désert d’Atacama : Cejar, Piedra et Tebenquiche

Les lagunas du désert d’Atacama : Cejar, Piedra et Tebenquiche

 

Dimanche, nous partons vers les lagunes du désert salé. C’est une immense dépression saline qui s’étend sur 320 000 ha : rien ne pousse sur cette croute de sel.

1er arrêt pour les lagunas de Cejar et de Piedras par une piste. Les lagunas sont à 20km de San Pedro d’Atacama.

Nous donnons notre obole à la communauté indienne, ici c’est le berceau de la culture atacamène.

_DSC6269

Ce sont de nouvelles entrées d’argent pour les communautés indiennes de la région : aussitôt qu’un site devient touristique, ça devient payant. Pas cher, donc on se dit que c’est pour le bien de la communauté car il est vrai que dans ce désert, on ne vit pas mais on survit : que des cailloux, que du sel…

Les lagunas Cejar et Piedra ont la particularité d’être salée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La laguna Cerjar est un refuge pour les oiseaux.

On ne se baigne que dans la laguna Piedra.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Baignade face au volcans enneigés et dans le désert

on ne nage pas, on flotte

on ne nage pas, on flotte

Elle est très salée mais pas autant que la mer morte, ici on ne peut pas se noyer, on flotte, on fait la planche. L’eau est fraîche et c’est bien agréable en plein désert de se baigner face aux montagnes : le volcan Licancabur à 5916m qui domine San pedro, le Lascar à 5592m, ils sont tous à plus de 5500m.

Des douches froides ont été installées pour se rincer. Un bain, c’est maximun 45mm et le temps d’aller à la douche, une croûte de sel se forme sur la peau : douche obligatoire et crème hydratante de rigueur…On déjeunera sur place et repos jusqu’à 4h. Là, les tours opérators arrivent, et nous on se sauve.

 

On passe devant une curiosité : 2 trous circulaires à l’identique rempli d’une eau presque douce et Philippe n’hésite pas à faire un plongeon dans cette eau fraîche. Ce sont les los ojos del salar.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Puis on arrive à la Laguna Tebenquiche sur le territoire des indiens Coyos. On leur demande si on peut dormir ce soir. Pas de problème. Un beau circuit pédestre passe le long de la laguna. On voit des flamands roses sur le lac mais ils sont malheureusement un peu loin pour les admirer.

_DSC6277

_DSC6273

_DSC6295

ça c’est le seul flamand qu’on a vu de près mais il est trop dodu pour s’envoler…

Flamand d'une espèce très rare

Flamand d’une espèce très rare

Bivouac et coucher de soleil sur la laguna

Bivouac et coucher de soleil sur la laguna

3 réflexions sur “ Les lagunas du désert d’Atacama : Cejar, Piedra et Tebenquiche ”

  1. les couleurs bleues sont magnifiques ;ta première photo fait réver .C’est quand meme génial de voir que vous traversez des régions aux climats si différents en si peu de jours .Un jour c’est baignade deux jours plus tard c’est geysers et froid ;extra !

    1. Nous sommes à Potosi mais pour le blog c’est pas évident de passer les photos
      J’espère que tu as pu tout de même profité de tes vacances
      Bises

    2. Avec tout ca on se fait à l’altitude mais c’est vrai que les paysages sont superbes on se régale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *