_DSC1360

Les caballitos de totora de Pimentel

Nous sommes à Pimentel, station balnéaire près de Chiclayo. Ce sera une autre soirée resto avec Béatrice et Hervé. Bivouac sur la plage tout au bout du village près de drôles embarcations.

coucher de soleil avec les ça

coucher de soleil avec les caballitos

Ce sont des « caballitos de totora ».  Ici, la pêche se fait encore avec ces petits bateaux que nous avions vu au musée de Chan Chan. Depuis plus de 1000 ans, la pêche se fait sur ces petites embarcations en roseaux et rien à changer.

A 6h30 ce matin, je suis réveillée et là, les pêcheurs sont déjà levés et prêt à partir. Ils mettent leurs bateaux à l’eau et je peux vous assurer qu’il faut une sacrée dextérité pour aller face à la vague sans se retourner ! Ils sont une soixantaine à partir de si bon matin, l’eau n’est pas chaude et ils partent en bermuda et pull avec quelquefois un sac poubelle découpé pour se protéger._DSC1313_DSC1316

En attendant leur retour, un pêcheur nous explique la fabrication des « caballitos ». Ils sont fait avec une ossature en bambou avec des flotteurs en polystyrène et recouverts de roseaux qu’il faut remplacer tous les 20 à 25 jours. Ça leur coute environ 20 soles pour remplacer les roseaux. La pagaie est un bambou coupé en 2.

_DSC1376_DSC1356 Les pêcheurs partent environ 4 à 5 heures en mer à genoux sur leur embarcation pour rapporter du poisson ou des crabes. Ils peuvent ramener 50kg dans les bons jours mais seulement 1 ou 2 poissons dans les mauvais jours. En ce moment, la mer est froide et la pêche n’est pas très bonne. Ils pêchent assez loin du rivage avec des lignes et hameçons mais aussi avec de petits filets et pour les crabes, des nasses de différentes grandeurs._DSC1408_DSC1409

Un boulot de galérien !  

A leur retour,  la vente  du poisson se fait directement sur la plage. Aujourd’hui, le poisson se vendra 2 soles le kilo ! 

retour de pêche

retour de pêche

les pélicans sont toujours là

les pélicans sont toujours là

Apres 1500 ans d’existence, cette pêche va t-elle durer encore longtemps? Des pêcheurs nous ont dit ne pas vouloir que les fils fassent le même métier : trop dur, plus assez rentable…

A midi arrive un bateau, un vrai celui-ci, il rapporte du poisson. La pêche est faite au filet et ce sont des caisses et des caisses pleines de poissons._DSC1454_DSC1447

Une classe de Chiclayo est en visite à Pimentel et s’arrête au camion. Echanges sympathiques et promesse de mettre leur photo sur le blog. C’est donc chose faite ….Bises à toutes !OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les péruviens sont fiers de participer à la coupe du monde de foot et de jouer contre les français. Les tee-shirts rouges et blancs s’arrachent dans les magasins et sont vendus à la sauvette au carrefour des villes. Echanges cordiaux sur les scores des 2 pays et pronostics 2-1 pour les optimistes mais dans quel camp sont-ils? Dans le camp français ou péruvien ? 

Béatrice et Hervé sont partis en début d’après-midi vers l’Equateur, nous restons à Pimentel car, pour nous, ce sera le retour vers Lima dans quelques jours. Nous décidons de nous promener et d’aller jusqu’à la jetée que nous voyons  au loin. _DSC1469

Cette jetée a une histoire. Elle a été construite parce que Pimentel n’a pas de port et comme la région produisait et produit toujours beaucoup de cannes à sucre, le sucre venait par train jusqu’au bateau par cette jetée et était déchargé par 6 immenses grues jusqu’en 1960. Les bateaux partaient pour les Etats Unis. Maintenant, la jetée sert de promenade aux amoureux et aux pêcheurs, même aujourd’hui où il y a beaucoup de vent._DSC1473

photo de la jetée milieu XXème S

photo de la jetée milieu XXème S

retour à notre bivouac par le bord de mer

retour à notre bivouac par le bord de mer

Mardi, visite du musée des TUMBAS REALES DE SIPAN situé à quelques kilomètres de Chiclayo. Un superbe bâtiment neuf en forme de pyramide, réplique des tombeaux de la culture Moche. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous n’avons pas vu souvent de musée qui contient une aussi riche collection bien mise en valeur  et aussi bien fait en Amérique du Sud. Bon, nous n’avons pas été à Lima, nous pourrons dire après mais depuis le musée de la Monnaie en Bolivie, nous n’avions pas retrouvé cette qualité.

C’est seulement en 1987 que les tombeaux ont été découverts et ont fait l’objet de fouilles. C’est parait-il la plus grande découverte archéologique du Pérou depuis ces 50 dernières années et on veut bien le croire. Bijoux en or et en argent, ornements funéraires, poteries, tombes, les découvertes sont stupéfiantes en qualité (plus de 1000 objets) et en nombre. Le seigneur de Sipan a été enterré avec serviteurs, femmes, gardien de tombeau, chien, lamas sans oublier parures de guerre, bijoux, ornements, poteries….il y a 1750 ans ! La  tombe avec les restes du « Senor » a été reconstituée et c’est bien fait.  

D’autres tombes ont été découvertes, celle du Sacerdoce (le grand prêtre) et celle du « Viejo Senor » (vieux seigneur) qui serait 150 ans l’aînée de celle du Seigneur !

Pour la petite histoire, c’est suite à un trafic d’objets volés que la police et le directeur du musée ont soupçonné qu’il y avait dans la région un site. En faisant des recherches, Le directeur a découvert l’emplacement d’une des tombes et a recherché des appuis financiers. Et là, ils sont tombés sur une des plus grandes découvertes archéologiques. 

J’ai presque comblé mon retard. A partir de Pimentel, nous repartons vers Lima…..

3 réflexions sur “ Les caballitos de totora de Pimentel ”

  1. GRACIAS HERMANA MARTINE Y GERARD POR LAS FOTOS PUBLICADAS EN SU MURO CON MIS ALUMNOS EN SU VISITA AL PUERTO DE PIMENTEL LES RECORDAREMOS SIEMPRE CON MUCHO CARIÑO QUE EL TODOPODEROSO DERRAME ABUNDANTES BENDICIONES DE PARTE DE SU AMIGO Y MIS ALUMNOS Y ALUMNAS Y DEL MIO PROPIO PROFESOR RICARDO CUMPA LOYAGA DEL COLEGIO PEDRO ABEL LABARTHE DE CHICLAYO PERU

    1. Te agradecemos por tus deseos. Estamos en Francia por 2 meses, pero regresamos a su hermoso país el 10 de septiembre por 3 meses. Al placer
      Martine et Gérard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *