_DSC8567

Lac Titicaca – les îles flottantes

 

Le lac Titicaca est 15 fois plus grand que le lac Leman : une mer intérieure mais aussi le lac navigable le plus haut du monde à plus de 3800m d’altitude, il a une longueur de plus de 200km. D’une profondeur de 275m, vers les îles Uros, la profondeur n’ait plus que de 15m.

Départ pour les îles flottantes

Départ pour les îles flottantes

La mythologie inca y situe l’origine de la civilisation. Viracocha, le dieu créateur y fit émerger la Lune, le Soleil et les étoiles. Manco Capac, descendant du dieu Soleil sortit des eaux et dirigea sa tribu pour fonder Cusco.

Nous avons RDV avec Felix pour visiter les îles Uros ou îles flottantes et nous serons accompagnés par Eva, une française en vadrouille sur le continent.

Felix

Felix

C’est la fin de journée et le coucher du soleil donne de superbes couleurs. Nous passons entre les roseaux et apercevons sur l’une des îles des jeunes en train de jouer au foot et des filles au volley.

entre les torteras

entre les torteras

match de volley

match de volley

Le nom de Uros vient de la tribu qui a colonisé le lac. Pendant l’invasion des Incas, les Uros se sont enfuis vers le lac et se sont peu à peu adaptés à ce milieu. Ils ont créés des îles flottantes en « torteras » sortes de roseaux.

Arrivée chez Félix

Arrivée chez Félix

Chaque famille a sa propre île.

Arrivée chez Felix

Arrivée chez Felix

Une couche de 3m est fixé par des pieux pour faire l’embase de l’île puis les maisons, les bateaux tout est en torteras. Pendant la saison des pluies, il faut tous les 15 jours renouvelé les torteras.

les maisons sont en torteras

les maisons sont en torteras

Actuellement, il y a 80 îlots ou vivent encore des familles

OLYMPUS DIGITAL CAMERAqui autrefois ne vivaient que de trocs car rien ne peut pousser sur ces îles. Ils vivaient de la pêche et de la chasse. 4 poissons contre 4 pommes de terre, ils allaient sur le marché d’Acora pour faire leur troc.

poissons sechés contre pommes de terre

poissons sechés contre pommes de terre

Maintenant, les hommes travaillent souvent sur Puno et la femme du tourisme. La seule amélioration, ce sont les panneaux solaires. Avant, c’était les bougies ou le feu qui éclairaient les habitations en torteras et forcément il y avait des incendies.

 

Son épouse nous montre les châles et les tapis qu’elle confectionne.

avec Eva

avec Eva

artisanat local

artisanat local

Comme toutes les communautés indigènes, ici, les agences ou tours respectent une chartre : chaque famille doit être visitée à tout de rôle afin que le tourisme profite a toutes les familles. Les prix sont identiques partout.

Felix nous montre un film qui a été fait sur les îles flottantes et leur coutume par un français : Marc Simonet et nous comprenons mieux leur existance. Felix est fier d’avoir participé à ce film en 2004.

Par exemple : un jeune homme veut se marier, il doit obligatoirement avoir une île, une maison, un fusil, une barque. C’est la communauté qui va se charger de lui créer l’île, de lui faire sa maison et son bateau et tout sera prêt pour le jour du mariage. La communauté reste très importante pour les habitants et les traditions sont encore très vivaces. Nous avons posé la question au fils de Felix qui nous a confirmé que pour rien au monde il partirait des îles. Par contre, il va travailler à Puno car il y a une évolution dans le travail et ça il le comprenne.

Nous terminons par une infusion de mounia et Felix nous raccompagne, il fait nuit noire mais pas besoin de phare. Il nous ramènera devant le camion. Eva restera dormir chez eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *