Archives pour la catégorie Général

IMG_1829

NOTO, ville baroque classé par l’UNESCO

 

Avant de partir de la Scala dei Turchi, nous partons voir ce qui fait la réputation de la station : les falaises blanches en calcaire.IMG_1768

Après les avoir vu de haut en venant d’Agrigente, nous prenons le scooter pour aller sur la plage : impossible d’y aller en camion les routes sont bien trop étroites et trop en pente. Nous laissons le scooter et après avoir marché une bonne vingtaine de minutes, nous arrivons près des falaises blanches qui se jettent dans une mer cristalline. Que la nature est belle !  Et Dieu sait qu’on le dit souvent.IMG_1740IMG_1743IMG_1751

IMG_1757

même le chien a pris la couleur de la falaise !

même le chien a pris la couleur de la falaise !

IMG_1758

Quelques photos plus tard, nous retournons à l’aire de camping-car pour partir vers Noto.IMG_1735

Sur la carte routière que j’ai acheté à notre précédent voyage, il y a 8 ans, l’autoroute était en pointillée donc en construction, nous espérons logiquement pouvoir la prendre. Et bien non, elle n’est toujours pas construite et nous la prenons qu’à Rosolino presque au terme de notre voyage. L’avantage, c’est que les péages sont toujours inactifs.

Nous sommes sur un trampoline. Bon… mais c’est toujours mieux que d’avoir des routes en état plus que moyen. Toujours et encore des poubelles : pas un parking, pas un bord de route ne sont épargnés.

Après les oliviers, ce sont des cultures maraichères sous serres et on ne voit que des champs de plastiques. Dans les environs de Raguse, la montagne est taillée et d’immenses blocs de granit sont façonnés dans les très nombreuses entreprises.IMG_1779 IMG_1776

Nous avons décidé de ne pas aller à Raguse, Modica et Scicli que nous avons déjà visité il y a 8 ans (voir le blog Sicile 2011) pour aller à Noto, ville baroque, elle aussi et classée par l’Unesco. Nous préférons stationner au Lido de Noto, petit village balnéaire vidé de ses touristes à cette époque de l’année et pour une fois village sympa avec de jolies villas et non pas ces immeubles horribles. L’aire de camping-car est fermé qu’importe nous resterons sur le grand parking de la plage. Nous profitons de l’après-midi pour nous baigner. L’eau est bonne 20-21°, Djinn adore.IMG_1781 IMG_1782IMG_1734IMG_1787

Noto. Quelle merveille !

Nous avons adoré cette ville : une ville baroque mais pas avec une ou deux façades par ci par là. Non, une ville entière enfin là,  je n’exagère presque pas, le centre historique est fabuleux : palais, églises, maisons le tout bien restaurés.  La pierre est légèrement ocre et avec le soleil, le ton est chaud. Un vrai régal pour les yeux.

Nous laissons le scooter devant la porte Reale et prenons le Corso Emanuele III.IMG_1789IMG_1791

Tout de suite on arrive à l’Eglise St François d’Assise. La façade a des colonnes cannelées mais partout ce sera profusion de colonnes, d’encorbellements,  de corniches travaillés de toute beauté : c’est du baroque mais de l’excellent. Par contre, l’intérieur des églises est simple et dépouillé !

L'église Saint François d'Assise

L’église Saint François d’Assise

IMG_1802IMG_1805

On continuera avec la basilique San Salvatore et l’église Sainte Chiara. Ici les églises ne manquent pas. On continue avec la cathédrale. La nef et le dôme, en 1996, se sont écroulés. Tout a été reconstruit mais l’intérieur est presque nu mais moi, j’aime : le tout baroque de l’extérieur au classique de l’intérieur. La façade de la cathédrale est sublime avec ses colonnes et ses 2 clochers. Pour visiter la cathédrale, vous devez monter un monumental escalier à 3 paliers : peut-être commence t’on déjà à faire pénitence rien qu’en montant ses marches !

La cathédrale

La cathédrale

IMG_1810IMG_1813IMG_1814

En face le Palazzo Ducezzio qui maintenant est l’hôtel de Ville de Noto. On peut visiter la salle des miroirs, c’est la seule pièce qui se visite.IMG_1811IMG_1863IMG_1865

La piazza XVI Maggio a une jolie fontaine au pied de l’église San Domenico. IMG_1829IMG_1830

Face à la piazza, le théâtre municipal tout petit mais à croquer. On se verrait bien écouter une pièce de théâtre dans ce décor très roccoco.IMG_1831IMG_1841

Nous nous promenons dans ce centre avec plaisir : des palais, des églises, des monastères, des maisons aux balcons ouvragés et protégés par des grilles en fer forgé.IMG_1846IMG_1854IMG_1850IMG_1847

La grande spécialité de la région est la céramique

 

A 13h30, tout  ferme (sauf les resto)  pour la sacro-sainte sieste et nous  préférons rentrer au camion pour nous baigner. On déjeune d’une salade  avant de partir pour Catane. Mais avant, sieste….

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Santos avant dernière escale

DSC_8054

SANTOS, le 26.08 :

Santos est le port maritime de Sao Paulo. Sao Paulo  a été construit  sur les hauteurs d’un plateau à 750m d’altitude,  à l’intérieur des terres. C’est 11 millions d’habitants et 2600 buldings. C’est la capitale économique et financière du pays ainsi que la capitale du luxe.

Mercredi matin, grand soleil, il est 7h lorsque nous arrivons sur Santos et au lieu de rentrer direct au port, nous attendons encore au mouillage. Comme nous avons pris du retard sur les précédentes escales, d’autres  bateaux ont pris notre tour et nous patientons. Maintenant, nous devons encore attendre mais philosophe, le capitaine nous a dit qu’il y avait encore assez de patates pour nourrir tout le monde malgré les retards successifs !DSC_8035

Ca c’est la nouvelle ville de Santos

Le port de Santos est à l’abri d’une baie dans l’embouchure du fleuve. C’est le plus grand port du Brésil. Sur plus de 20 km, ce ne sont que des quais de déchargement, des grues et des containers à perte de vue.  Nous ferons notre entrée au port de Santos de nuit, nous y arrivons pour minuit. Au petit-déjeuner,  on nous informe que nous pouvons descendre jusqu’à 11h. Ici, on débarque les Mercedes et les camions toupie et pas mal de containers. Puis on recharge des utilitaires Fiat et des containers. C’est vrai qu’il y a au Brésil une usine Fiat et une WV. Les Fiat seraient pour l’Argentine et devraient être débarquées à Zarate.

DSC_8041

Comme tous les ports brésiliens, il y a la vieille ville, près du port avec ses vieux quartiers et ses favelas et la ville nouvelle avec ses buldings.

Nous voici à longer le port de Santos pour arriver au « centre touriste information ». Là, nous appellerons Cédric et sa petite famille pour avoir des nouvelles par skype mais personne chez Damien. Nous les aurons que vers 11h30 mais du bateau. Hé, Rafaël , même si c’est le réveil de la sieste, Mamie et Papy auraient bien voulu un bisou…..

Nous allons centre -ville pour trouver une carte Sim car elles ne sont pas chères (environ 3€) mais à envoyer le blog ça dure pas.

DSC_8046

La ville n’est pas très belle en soi. C’est une ville portuaire, ici, pas d’immeubles. Des maisons style espagnol et portugais en ruine. Dommage, les façades sont très belles. Le centre-ville est quelconque et pas très propre. Nous n’irons pas dans la ville moderne, le temps nous manque.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A 11h tapantes, nous voici de retour au bateau qui est prêt à remonter la rampe. Départ prévu à 13h.

Pas de chance, l’une des grues du camion tombe en panne et ne pourra être dépannée malgré tous les efforts de l’équipage : c’est le moteur et la boite hydraulique de la flêche puis le pilote décale son arrivée plusieurs fois et nous ne repartirons que vers 20h !

Nous laissons dernière nous le Brésil et nous naviguons vers l’Uruguay et l’Argentine. Prochaine étape : Zarate en Argentine.

Une idée de la grandeur de notre cargo : en partance de Anvers, il contenait 1400 voitures, 600 utilitaires, 450 camions et tracteurs et 8 camping-cars, plus matériels TP et agricoles et pièces détachées hors gabarit et 500 containers. Au fur et à mesure de nos escales, le frêt est déchargé mais on recharge aussi (beaucoup moins).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

3 jours de mer : le temps est toujours beau mais on commence à sentir la fraîcheur le soir et le soleil est moins fort et oui, nous allons définitivement vers l’hiver. Quelques photos de lever et coucher de soleil, rien que pour vous faire rêver à lire le blog.

DSC_7930-001

2016 08 20 Rio_01

Jusqu’à maintenant, à un mois de l’embarquement, nous avons bien géré notre temps mais là, nous commençons tous à avoir envie de débarquer. La vie de marin n’est pas faite pour nous, nous préférons tous être sur la terre ferme et nous avons hâte de retrouver nos camions. Avec tous les retards aux escales, nous ne devrons débarqués que dans une semaine soit 36 jours de mer au lieu de 28 jours !

La 2ème journée de navigation nous parait longue : il a fait gris, brumeux et la température descend inexorablement. Nous avons tous des fourmis dans les jambes : est-ce la perspective de retrouver nos camions ? En attendant, nous avons remisé les shorts et bermudas et renfilé les pantalons, pulls et chaussettes. Depuis 1 mois, nous mangeons des ragouts avec pommes de terre irrémédiablement  cuisinées en purée ou en rondelles fries midi et soir et 8 fois sur 10 des betteraves en entrée. Heureusement que nous avons eu l’intermède des 3 barbecues, des crevettes et des crabes car nous en avons aussi assez de cette cuisine. Les fruits se résument aux oranges et quelques fois d’ananas en cette fin de séjour. Nous avons eu droit 3 fois à une crème caramel et 1 gateau au chocolat…. Notre cuisinier n’a aucune imagination pour varier les repas. On peut manger un hachis parmentier avec un plat de pâtes mais le plus souvent un ragout avec des carottes, pommes de terre, poivrons et un plat de purée ou pommes de terre rondelles fries. Jamais il lui viendrait à l’idée de cuisiner les pommes de terre d’une autre manière. Les viandes sont les ¾ du temps dures par manque de cuisson et lorsque par le pur des hasards nous avons des pommes de terre à l’eau, elles ne sont pas cuites. Ne vous inquiétez pas, elles seront le lendemain cuites dans la soupe.

repas diététique : betterave, soupe, porc, pates, pommes de terre .....

repas diététique : betterave, soupe, porc, pates, pommes de terre …..

Ça alimente les conversations. Vous me demandez si le bateau fait du bruit et bien non. Nous avions prévu des boules Quiès mais pas besoin. Le bateau serait un petit peu plus bruyant au port quand les moteurs auxiliaires sont en marche mais c’est tout à fait acceptable. Comme nous n’avons eu qu’un coup de vent à Rio, nous avons navigué dans de très bonne condition. L’équipage et le capitaine sont sympa. Anne (ancienne prof’ d’anglais) est notre interprète mais, tout le monde fait des efforts pour parler doucement pour que l’on comprenne.

 

 

DSC_6372

DU cap PECORA à SCIVU jusqu’à PISTI

 

 

Samedi 21 mai

 

Nous sommes restés Cap Pecora jusque vendredi matin. Vers 17h, jeudi, le vent qui nous avait laissé un peu de répit pendant 3 jours a recommencé à souffler pour être très fort en fin de soirée, toute la nuit et vendredi matin. Nous avons donc décidé de partir de notre coin de Paradis et remonter la côte vers la plage de SCIVU. Par contre, nous avons pu faire de belles photos de la mer avec de belles vagues.DSC_6074DSC_6308DSC_5824 (1)

Prêt à attaquer les virages et la montée jusquà’ Arbus, la porte du frigo ou du moins la charnière du bas qui casse et tout valdingue dans le camion. Arrêt d’urgence, il faut trouver pour réparer. Pas possible d’inverser le sens d’ouverture de la porte, on l’a déjà fait car ce n’est pas la première fois que ça nous arrive. Géo Trouve Tout (soit Gérard) sort sa caisse à outils et trouve la solution : il revisse une plaque en métal sous la porte du frigo pour renforcer la charnière et ça marche. Nous voici reparti pour de bon.

Scivu est la plage avant Piscinas car petit rappel pour aller sur cette plage, le camping-car doit mesurer moins de 3,50. Elle fait partie d’une aire protégée car comme Piscinas , ce sont des dunes qui l’entourent, dunes et petites falaises. Les dunes sont recouvertes par endroit de maquis et ont se demande comment ça peut pousser dans le sable.

DSC_6349DSC_6352

Un immense parking domine la plage et on doit descendre sur une trentaine de mètres pour l’atteindre. On continue sur la Costa Verde et l’on prend la route du nord. Nous ne connaissons pas et nous voici à Porto Palma pour la fin de journée. Gérard met les cannes à l’eau et nous profitons de la chaleur : le vent est tombée et il fait chaud. Dans la journée, le thermomètre est enfin monté à 26°. Porto Palma, petit village mais tout est fermé même pas un bistro et ça en Sardaigne pas de bistro dans un village c’est plus qu’inhabituel. Bref on est sur le port super bien et 6 surfeurs viennent faire leur show pour la soirée. Et ils étaient bons.DSC_6363DSC_6372DSC_6368 DSC_6378 DSC_6385

Samedi matin, nous continuons vers Sant’ Antonio di Santadi et la plage de Pisti

Juste une photo de Pisti, car on vient de se rappeler qu’il y a la « Calvacada sarda » et que c’est l’événement de l’année. Ni une, ni deux, on reprend la voie express pour arriver à 13h sur la plage de Platamonia aux portes de Sassari. On trouve un Service Camper ou 4 français se sont installés pour aller aussi à la calvacada

 

 

DSC_3402

L’ARDOISE – CRUAS

L’ARDOISE – CRUAS

mercredi 12 août

 

Nous partons à 9h de l’Ardoise. On confirme il n’y a rien même pas de pain, Nicole y a été en vélo mais rien. Nous avons une grande étape aujourd’hui avec pas grand chose à voir mais on veut rallier Cruas ce soir afin de pouvoir arriver demain midi à Valence.

A peine partis et c’est déjà l’écluse de Caderousse et toujours usine et canal de dérivation . Nous éclusons très vite pas d’attente : une péniche était dans le sas. On passe devant Saint Etienne des Sorts, petit village construit au bord du Rhône, très rare en général nous ne voyons ni ville, ni village : ils sont tous éloignés des berges du Rhône et souvent à causes des digues on aperçoit les toits de quelques habitations.

DSC_3490

Nous arrivons à l’écluse de Bollène qui a sa construction était la plus grande du monde : elle permet de franchir une hauteur de 26m. Le remplissage et la vidange de l’écluse se fait en un temps record : 7mn !

DSC_3412DSC_3418Nous ne pouvons pas nous arrêter à Viviers : plus de ponton emporté par la dernière crue du Rhône et pas encore refait. On aperçoit Chateauneuf du Rhône puis de très loin les immeubles les plus haut de Montélimar.

22 bateaux de plaisance parcourent le Rhône avec chacun 150 passagers

DSC_3704

DSC_3610

Il fait très chaud plusieurs fois nous prendrons des douches pour nous rafraichir, il n’y a pas de vent on cuit à petit feu et en plus lors des passages d’écluses nous devons porter les gilets de sauvetage….

Sur le Rhône, nous passons devant plusieurs centrales nucléaires et nous remarquons que des cygnes colonisent les eaux. Qu’est ce qui les attirent ?

DSC_3564On confirme qu’il a fait chaud, la capitainerie nous a dit qu’ils ont relevé 40°

DSC_3453

 

P4020158.jpg

Fini les pistes, le Maroc d’est en ouest…et du sud au nord

La fin des vacances se rapprochent et nous traversons le Maroc d’est en ouest. Nous laissons à Ouarzazate les kasbah en pisé, nous passons Marrakech sous la pluie (un comble) et nous arrivons à Essaouira. Là, nous passons du Maroc des berbères et du siècle dernier au Maroc touristique. Un choc pour nous.

P3300019   P3300026 

P3310032

Nous n’y resterons pas longtemps, juste le temps de faire un tour dans la vieille ville et manger du poisson sur le port et dans un superbe ryad, revoir le rallye des gazelles

et nous voici partis pour El Jadida par la route “côtière”. Auparavant, nous aurons traversé d’immenses forêts de thuyas. Pas étonnant qu’Essaouira est réputé pour ses objets en bois de thuya.

P4010030

  Jusqu’à Safi, la route est belle et la mer est superbe puis la route devient monotone et surtout  défoncée. on ne voit  la mer que de loin car les champs descendent jusque sur la plage. El Jadida a été classé pour l’Unesco pour ses anciennes murailles qui datent de la colonisation des portugais qui avait fortifié la ville. L’architecture de la vieille médina rappelle les vieilles villes portugaises. Nous visiterons la  citerne qui a permis aux portugais de tenir des sièges face à l’ennemie grâce à cette réserve d’eau potable.

P4020087  P4020074

P4020104 P4020112

 P4020054

Nous reprendrons notre route vers Casablanca, à midi, pendant notre déjeuner, nous ferons laver le camion et il profitera en même temps d’un bon graissage. Je vous mets aussi la photo d’un berliet qui se faisait faire une beauté

P4020143    P4020144

Là, le Maroc devient plus industriel, les cultures intensives, la région nord  est le poumon du Maroc. Nous avons constaté, dans tout le Maroc, des constructions neuves. Il n’y a presque plus de bidonvilles.

P4020151

Que ce soit les villes du sud ou du nord, la construction est en pleine expansion. De très belles villas sont construites en périphérie des grandes villes et les derniers 20kms avant d’arriver à Casablanca, ce ne sont que des programmes de construction haut de gamme :  lotissement sécurisé avec villas avec piscine …

En quelques années, le Maroc a fait d’énormes progrès au niveau des logements et de l’éducation. Les écoles ont poussé comme des champignons et le moindre village dans le moindre recoin a son école. Les villes de moyenne importance ont des pôles éducatifs importants avec école, collège, lycées, facultés. L’école est obligatoire pour les filles comme pour les garçons. Les garçons y allait déjà plus ou moins mais les filles, elles restaient souvent cantonnées à la maison. C’est terminé.

P4020158   P4020162

                                    Casablanca est la ville des affaires

mais, il reste toujours la vieille médina en plein centre ville

P4020168